Le paradoxe Toyota - Rapide sous la pluie, lent sur le sec

B.V., Le Mans - Ayant remporté le Championnat du Monde d'Endurance 2014, Toyota Racing abordait la campagne 2015 avec de grandes ambitions. Les deux premières manches de la saison ne se sont néanmoins pas passées comme prévu, avec une troisième place à Silverstone comme meilleur résultat à se mettre sous la dent pour le constructeur japonais.

Il semble que la Toyota TS040 Hybrid souffre d'un manque de vitesse chronique sur le sec, alors que paradoxalement, son niveau de compétitivité par rapport à l'opposition augmente lorsque la pluie vient perturber les festivités.

Voir aussi - Le Mans - La grille de départ en images

Les qualifications des 24 Heures du Mans ont confirmé les difficultés rencontrées sur le sec puisque la meilleure Toyota a échoué à... sept secondes de la pole position, et même à deux secondes de sa propre pole position 2014!

"Nous nous sommes évidemment pas les plus rapides," reconnaît Pascal Vasselon, directeur technique. "Nous souffrons d'un déficit de performance, surtout sur le sec. Sous la pluie, étrangement, nous sommes souvent en mesure de signer le meilleur temps."

Lire aussi - Toyota - "S'il y a une année où il faut qu'il pleuve..."

"Je dis 'étrangement', car il n'est pas inhabituel de voir des différences entre piste humide et piste sèche, les facteurs de performance sont légèrement différents. Mais cette fois, la différence est très grande. Nous pouvons être les plus rapides sous la pluie, et sur le sec, nous sommes derrière."

La pluie sera-t-elle nécessaire aux chances de Toyota de remporter les 24 Heures du Mans 2015? C'est ce que le discours de Vasselon semble indiquer. Or, alors que les prévisions initiales annonçaient un dimanche pluvieux en Sarthe, il se pourrait que les 165 pilotes au départ aient affaire à une piste sèche de bout en bout. Toyota peut toutefois compter sur sa fiabilité, estime son directeur technique.

"D'un côté, nous sommes plus lents ; de l'autre, notre fiabilité est bonne, possiblement meilleure que celle de l'opposition," estime Vasselon. "Dans cette course, nous essaierons de regagner dans les stands ce que nous perdrons sur la piste."

Combien de tours par relais?

Il reste une question cruciale qui pourrait décider de l'issue de la course : celle du nombre de tours par relais. Toyota devrait effectuer treize boucles par relais, soit autant qu'Audi et une de moins que Porsche selon les estimations de Vasselon. Le Français explique pourquoi.

"On nous donne le volume du réservoir de carburant, c'est le même pour tout le monde," rappelle-t-il. "La réglementation nous oblige à limiter à chaque tour notre consommation d'essence, et c'est différent pour quatre, six et huit mégajoules. On divise, et on se rend compte qu'Audi fait treize tours ; nous faisons treize tours aussi même si nous sommes proches de quatorze, et Porsche fera quatorze."

"Nous pourrions essayer de faire quatorze tours, mais nous avons fait la simulation et le résultat est très clair : nous perdrions davantage en termes de rythme en piste que nous ne gagnerions en réduisant le nombre d'arrêts au stand. Nous ferons donc treize tours," conclut Vasselon.

Les Toyota s'élanceront des septième et huitième rangs au départ des 24 Heures du Mans, avec la n°2 de Wurz, Sarrazin et Conway devant la n°1 de Davidson, Buemi et Nakajima.

A propos de cet article
Séries 24 heures du Mans
Événement 24 heures du Mans
Circuit Le Mans
Équipes Toyota Racing
Type d'article Actualités
Tags pluie, stratégie, toyota, vasselon