Espargaró : "Trop compétitif pour juste remplir une place sur la grille"

partages
commentaires
Espargaró :
Oriol Puigdemont
Par : Oriol Puigdemont
14 oct. 2018 à 14:00

Aleix Espargaró pousse Aprilia à réagir pour 2019 et à concevoir une moto qui règle les nombreux problèmes de la version actuelle.

Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini
Aleix Espargaro, Aprilia Racing Team Gresini

Dimanche, à Buriram en Thaïlande, l'aîné des frères Espargaró a terminé en 13e position, 21 secondes derrière le vainqueur, Marc Márquez. Malgré un résultat qu'il qualifiait de meilleur possible (son équipier Scott Redding a terminé 16e), l'Espagnol ne se montrait pas ravi d'un week-end passé sur un circuit montrant les faiblesses du prototype Italien, qui sont nombreuses.

L'un des chevaux de bataille d'Espargaró et Redding est le manque de puissance du moteur de la RS-GP. Or, le circuit de Buriram possède deux longues lignes droites dans le premier secteur, un déficit important pour Aprilia. Il faut ajouter à cela le manque de grip à l'arrière, conséquence du changement de conception de la nouvelle moto.

Lire aussi :

À quatre courses de la fin du championnat, Espargaró est 16e du championnat avec 32 points, autant que son frère Pol, pilote KTM, qui a manqué trois Grands Prix sur blessure. Le porteur du numéro 41 ne veut pas d'une autre saison comme celle-ci, et il demande donc à Aprilia de ne pas manquer le coche à l'heure de concevoir la moto de l'année prochaine.

"C'est une année très frustrante. Je suis une personne très positive, mais Redding et moi nous plaignons des mêmes problèmes et on ne s'améliore pas", expliquait-il à Buriram, l'une des pistes les plus préjudiciables pour la RS-GP. "Nous savions que nous allions avoir du mal car il nous manque pas mal de [puissance] moteur, et nous avons beaucoup de problèmes de grip. On a apporté des changements à la géométrie de la moto, fait pivoter le moteur, modifié la répartition des masses et on a perdu tout le grip à l'arrière."

2018, un "désastre"

Les règles accordant encore des concessions à Aprilia, Aleix Espargaró et Scott Redding disposent donc d'essais privés pour faire entendre leur voix. L'Espagnol confirme un rythme soutenu en termes de présence en piste, mais les résultats peinent à se faire ressentir.

"On fait des tests toutes les semaines et, ces trois derniers mois, je n'ai passé que dix jours à la maison. Or, on ne s'améliore pas du tout. Il est important que la moto 2019 soit compétitive car cette année a été un désastre", annonce clairement Espargaró.

Lire aussi :

"Je suis trop compétitif pour juste remplir une place sur la grille. Si je devais encore faire une année à terminer 17e, à prendre des risques à tous les niveaux et à battre mon équipier de 30 secondes, ça serait ma dernière année, c'est sûr", insiste le Catalan, qui espère toujours voir Aprilia faire le pas en avant qu'il attend depuis plus d'un an.

"Je crois en Romano Albesiano [responsable Aprilia Racing, ndlr] et je veux penser que la moto de l'année prochaine sera bonne. Nous sommes le plus petit constructeur et nous devons grandir. En 2019 on pourra compter sur Iannone, un pilote très rapide qui obtient des podiums cette saison."

Article suivant
Face à Dovizioso, Márquez a enfin trouvé la clé dans le dernier virage

Article précédent

Face à Dovizioso, Márquez a enfin trouvé la clé dans le dernier virage

Article suivant

Rossi ne s'inquiète pas des records que pourrait battre Márquez

Rossi ne s'inquiète pas des records que pourrait battre Márquez
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Aleix Espargaró
Auteur Oriol Puigdemont
Type d'article Actualités