MotoGP
C
GP du Qatar
05 mars
-
08 mars
Prochain événement dans
40 jours
C
GP de Thaïlande
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
54 jours
C
GP des Amériques
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
68 jours
C
GP d'Argentine
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
82 jours
C
GP d'Espagne
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
96 jours
C
GP de France
14 mai
-
17 mai
Prochain événement dans
110 jours
C
GP d'Italie
28 mai
-
31 mai
Prochain événement dans
124 jours
C
GP de Catalogne
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
131 jours
C
GP d'Allemagne
18 juin
-
21 juin
Prochain événement dans
145 jours
C
GP des Pays-Bas
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
152 jours
C
GP de Finlande
09 juil.
-
12 juil.
Prochain événement dans
166 jours
C
GP de République Tchèque
06 août
-
09 août
Prochain événement dans
194 jours
C
GP d'Autriche
13 août
-
16 août
Prochain événement dans
201 jours
C
GP de Grande-Bretagne
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
215 jours
C
GP de Saint-Marin
10 sept.
-
13 sept.
Prochain événement dans
229 jours
C
GP d'Aragón
01 oct.
-
04 oct.
Prochain événement dans
250 jours
C
GP du Japon
15 oct.
-
18 oct.
Prochain événement dans
264 jours
C
GP d'Australie
23 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
272 jours
C
GP de Malaisie
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
278 jours
C
GP de Valence
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
292 jours

Suzuki et Aprilia favorables à des Grands Prix sur deux jours

partages
commentaires
Suzuki et Aprilia favorables à des Grands Prix sur deux jours
Par :
19 déc. 2019 à 17:00

Le MotoGP voit son calendrier se renforcer comme ce fut le cas de celui de la Formule 1. Mais la catégorie reine de la moto sera-t-elle plus prompte à envisager un changement de format de ses Grands Prix ?

Avec l'expansion du calendrier, le MotoGP est amené à réfléchir à l'organisation de ses manches, au point que plusieurs de ses acteurs ont récemment évoqué l'option de Grands Prix condensés sur deux jours. Passé à 19 manches en 2018, l'agenda comptera 20 Grands Prix la saison prochaine et devrait poursuivre son développement jusqu'à prévoir 22 dates en 2022. Bien que les pilotes aient déjà exprimé par le passé leur volonté de ne pas dépasser le cap des 20 courses, l'intérêt manifesté par des pays tels que la Finlande (qui sera au calendrier en 2020), l'Indonésie (prévue pour 2021), le Brésil (en 2022) ou la Hongrie (qui a un accord préliminaire avec la Dorna) devrait repousser les limites d'ici à trois saisons.

Afin de répondre aux inquiétudes des équipes face à un agenda trop chargé sur l'ensemble de l'année, les instances ont déjà mis en place une réduction du programme d'essais. Ainsi, dès l'an prochain, la traditionnelle séance de Valence organisée au surlendemain du dernier Grand Prix sera supprimée, tout comme le test de pré-saison au Qatar début 2021, bien que celui-ci pourrait être exceptionnellement remplacé par une séance à Lombok visant à faire découvrir la nouvelle piste indonésienne aux pilotes.

Lire aussi :

Alors que Valentino Rossi s'est déjà exprimé en faveur d'une mesure radicale permettant d'alléger l'agenda en réduisant les Grands Prix à deux jours au lieu de trois, Davide Brivio a lui aussi apporté sa voix à cette solution. "Vingt-deux courses, ça devient assez dur. C'est difficile pour les pilotes de garder la concentration et, disons, 'le stress' pendant les 22 courses. Et puis aussi pour nous tous qui y travaillons, car cela devient une période vraiment longue", concède le team manager Suzuki.

"Nous avons commencé à en discuter entre équipes cette année. Quand a émergé la possibilité d'avoir 20 courses l'année prochaine, ce qui va finalement bien avoir lieu, nous avons commencé à réfléchir à la réduction des séances d'essais. Il s'agissait juste d'essayer d'équilibrer un peu – ce n'est pas bien équilibré, mais il fallait au moins essayer de faire quelque chose pour compenser cela. Ce n'est pas la même chose d'annuler un test et d'introduire une course, mais au moins on essaye de réduire le gros stress."

Pour le patron de l'équipe Suzuki, cette expansion est un chemin naturel, aussi faut-il d'ores et déjà chercher des solutions pour rendre l'agenda vivable pour les pilotes et toute personne travaillant dans le paddock. "Vingt-deux courses, ce sera très exigeant pour tout le monde. Mais c'est ce qu'on va faire. La Formule 1 vient d'atteindre les 22 [Grands Prix] et ils parlent déjà d'en faire 25, et nous, nous en sommes à 20 et nous parlons d'en faire 22", souligne Davide Brivio. "Je pense que l'idée de réduire le week-end pourrait peut-être être une façon de faire. Personnellement, je le prendrais en considération, je l'évaluerais. Je ne sais pas si c'est possible, mais je pense que c'est une chose à laquelle nous pouvons penser : faisons 22 courses et peut-être compressons le programme à samedi et dimanche. Ce pourrait être une façon de faire. En tout cas, il faut que nous trouvions une solution."

"Bien sûr, nous connaissons tous le show [que représente le championnat]. Le MotoGP devient de plus en plus populaire, et c'est bien. Il y a beaucoup de demandes pour organiser des courses. Nous pourrions explorer plus de pays, c'est positif et fantastique. Nous vivons une très bonne période de ce point de vue, alors à mon avis nous devons essayer de trouver le meilleur compromis. Réduire le week-end est une chose à laquelle nous pensons, nous avons commencé à en parler un peu au sein de notre équipe, et c'est quelque chose que nous évaluerions."

Marc Marquez, Repsol Honda Team, en tête au départ

La F1 a déjà connu cette expansion, étant passée à 19 Grands Prix en 2005 quand le MotoGP n'y est arrivé qu'il y a un an. Puis la catégorie reine du sport auto a ensuite annoncé un calendrier à 20 courses dès la saison suivante, bien que l'un d'eux ait finalement dû être annulé. Elle a atteint les 21 courses en 2016 et franchira un autre cap en 2020, avec 22 Grands Prix au programme. En parallèle, ses essais sont également réduits. Cependant le débat mené sur le raccourcissement du week-end de course n'a pas abouti à un changement de format à ce stade, même si le sujet est revenu sur la table récemment avec l'expérimentation appréciée d'un programme aménagé pour le Grand Prix du Japon à la suite d'un typhon.

Moins d'essais hivernaux en F1 :

Directeur sportif de la Scuderia Ferrari de 2009 à 2018, Massimo Rivola est de longue date un fervent défenseur d'un format réduit, cependant avec ses nouvelles fonctions à la tête d'Aprilia en MotoGP il est également sensible à l'impact que cela pourrait avoir sur les autres catégories du championnat, propice à l'éclosion de jeunes pilotes.

"Je comprends parfaitement le point de vue de Carmelo [Ezpeleta] sur le fait d'avoir plus de courses et moins d'essais. Je pense qu'au final c'est bon pour notre sport. L'idée d'un week-end de deux jours n'est pas mauvaise du tout, je l'ai d'ailleurs proposée il y a dix ans en F1, mais cela avait été refusé", explique-t-il.

"Pour être honnête, je pense que nous devrions y penser. Je suis simplement inquiet par le fait que les jeunes pilotes ont besoin d'un peu de temps de piste. Peut-être qu'avec un format différent nous pourrions y réfléchir. Avoir le Moto3, le Moto2 et le MotoGP pendant le week-end, c'est bien. On peut vraiment voir l'avenir tout en faisant courir nos pilotes, et c'est quelque chose que nous ne pouvons pas perdre. Je pense que voir la prochaine génération arriver pendant le week-end de course est une clé de notre sport. Mais c'est un point sensé et nous allons commencer à en discuter en interne."

Article suivant
Quartararo "pas encore prêt" à contrer Márquez sur toutes les courses

Article précédent

Quartararo "pas encore prêt" à contrer Márquez sur toutes les courses

Article suivant

Découvrez le tour embarqué d'Hamilton sur la Yamaha de Rossi

Découvrez le tour embarqué d'Hamilton sur la Yamaha de Rossi
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Auteur Léna Buffa