Lorenzo : Le MotoGP actuel manque de fortes personnalités

Pour Jorge Lorenzo, le plateau actuel de MotoGP manque de pilotes à la forte personnalité et de féroces rivalités, toujours à même "d'enflammer les fans" selon lui.

Avec la retraite de Valentino Rossi en fin de saison passée, le MotoGP a dit adieu à une certaine génération de pilotes qui ont fait les grandes heures du championnat dans les années 2000 et 2010. Les générations suivantes ont progressivement pris le pouvoir dans une discipline où les rapports de force mais également entre les hommes ont changé, influencés par des liens, une médiatisation et globalement un monde différents de ce dans quoi évoluaient leurs prédécesseurs.

A l'heure où la discipline, en l'absence (ou la très intermittente présence) de l'une de ses figures de proue majeure de cette dernière décennie, Marc Marquez, qui espère bientôt en avoir fini avec les conséquences de sa chute de Jerez 2020, se cherche des leaders pour combler le vide laissé par les historiques figures récemment parties à la retraite, Jorge Lorenzo est d'accord avec l'idée qu'il manquerait à la discipline des pilotes avec une personnalité plus affirmée.

Quand, dans le cadre d'un entretien avec Cycle World, le triple Champion du monde MotoGP est questionné sur l'absence de "fortes personnalités" chez les pilotes actuels de la discipline, comme pouvaient l'être Rossi, Casey Stoner, Dani Pedrosa ou encore Max Biaggi, il acquiesce : "Je suis d'accord. Aujourd'hui, tous les pilotes semblent amis. [Fabio] Quartararo ne parle pas avec [Pecco] Bagnaia comme je parlais avec Rossi. Pecco ne parle pas avec Jorge Martín comme Rossi parlait avec Stoner. Aujourd'hui, ils ont tous de bonnes relations."

Même s'il ne rejette pas l'intérêt pour la discipline d'une bonne entente entre les acteurs, l'Espagnol juge que c'est avant tout dans la rivalité féroce que se construit l'intérêt des fans : "D'une certaine manière, [cette amitié] est bonne pour la discipline. J'ai un très grand respect pour chaque coureur, mais les batailles sans pitié ont toujours enflammé les fans."

Lire aussi :

"Je pense au regard féroce que [Sete] Gibernau a lancé à Valentino à Jerez en 2015, aux bagarres entre Rossi et Stoner ou Rossi et Biaggi. Cette rivalité flottait dans l'air. C'est la même chose en Formule 1, où la rivalité de Lewis Hamilton contre Max Verstappen ou Verstappen contre Leclerc est palpable. Vous pouvez tout voir devant les caméras."

Lorenzo a d'ailleurs été l'un des acteurs de l'une des fins de saison les plus intenses, sur la piste et en dehors, au terme de laquelle il avait décroché le titre, en 2015, face à son coéquipier d'alors chez Yamaha, Valentino Rossi. Une opposition en interne avec laquelle composer n'a pas toujours été aisé mais qui a été source de motivation pour le Majorquin.

"C'était difficile [de faire équipe avec Rossi]. Sans ma forte personnalité, j'aurais probablement été battu psychologiquement parce que Valentino avait toute l'attention. Tout le monde l'aimait, et cela vous faisait vous sentir tout petit. Mais j'étais déterminé, et une fois la visière baissée, mon seul objectif était d'ouvrir les gaz et de gagner. Battre Rossi avec la même moto m'a donné beaucoup de satisfaction et de popularité."

Les excuses de Rossi [à Márquez] auraient changé le cours des choses [en 2015]

Jorge Lorenzo

Quant à la fin de campagne 2015, il rappelle : "Cette année-là, j'aurais facilement gagné le titre parce que j'étais le plus rapide, mais le jour des courses, il se passait toujours quelque chose. Comme le problème avec la visière, la pluie le dimanche après un solide week-end sur le sec à Silverstone. Ainsi, malgré la vitesse, la saison a été difficile."

"De nombreux facteurs sont intervenus, mais pour l'histoire Rossi-Márquez, le GP d'Argentine a été crucial. Valentino était responsable de la chute de Márquez, mais il ne s'est pas excusé après la course. Marc n'a pas aimé ça. Je pense que les excuses de Rossi auraient changé le cours des choses. Márquez ne voulait pas vraiment que je gagne le titre, nous n'étions pas amis."

Lire aussi :
partages
commentaires
Viñales aura une "motivation supplémentaire" pour gagner en Autriche
Article précédent

Viñales aura une "motivation supplémentaire" pour gagner en Autriche

Article suivant

Andrea Dovizioso fier de l'empreinte qu'il laissera en MotoGP

Andrea Dovizioso fier de l'empreinte qu'il laissera en MotoGP