Marc Márquez : "Je sens que je pourrai bientôt piloter"

Marc Márquez s'affiche à l'entraînement, montrant ses progrès alors que son bras lui procure des sensations meilleures de jour en jour.

C'est un Marc Márquez tout sourire qui apparaît ce lundi dans une vidéo dévoilée par Honda et présentant l'entraînement que l'Espagnol réalise actuellement. Alors que ses collègues et adversaires se trouvent à Losail pour prendre part aux essais de pré-saison − qui reprendront mercredi − le pilote Honda, lui, attend le contrôle médical prévu dans les prochains jours et qui lui dira si, oui ou non, il pourra être présent au rendez-vous suivant, à savoir le début de la compétition dans moins de trois semaines.

Dans la vidéo diffusée par Honda, on voit Márquez courir en extérieur et faire des exercices avec son coach, sollicitant son bras droit pour soulever des poids, recevoir et lancer une balle, ou encore jouer aux fléchettes. Pas franchement un amusement, mais bien un exercice visant à renforcer un bras meurtri par une fracture de l'humérus (puis une infection), où trois opérations ont été pratiquées entre juillet et décembre.

S'il apparaît clairement à présent que le champion espagnol sort depuis quelques semaines de la torpeur d'une convalescence dont il ne voyait pas le bout, sa vie est bel et bien monacale, exclusivement tournée vers le fait de retrouver sa condition physique. "Ce dernier mois, les journées ont toutes été identiques", raconte-t-il. "Je me lève à 8h, puis de 9h à 10h j'ai une première séance de physio et de gym, ensuite de 11h30 à 13h30 j'ai ma séance d'entraînement, qui peut être du vélo, du running ou autre. Puis dans l'après-midi, de 16h à 18h, j'ai une deuxième séance de physio et de gym. Ensuite, de 19h à 21h, c'est mon temps libre, et à 22h je suis déjà au lit parce que je n'ai plus d'énergie !"

Lire aussi :

"Ma sensation est que mon bras droit commence maintenant à être un bras normal, mais il y a un mois il m'était même difficile de prendre une douche, d'ouvrir une porte, de manger avec le bras droit. C'est comme une bagarre mentale : il faut se battre contre sa confiance. J'ai passé un long moment sans utiliser mon bras droit", explique Márquez. "C'était la première fois de ma vie que j'avais ce genre de sensations. Mais, ça, c'était les deux premières semaines. Ensuite, petit à petit, on sent qu'on arrive bien mieux à prendre sa douche, qu'on peut commencer à travailler à la gym, qu'on a plus de force dans le bras et moins mal…"

"Je ne sais pas, je sens que je pourrai bientôt piloter, mais j'ai un contrôle médical cette semaine et on va voir si [le médecin] dit qu'il est d'accord. Et puis il faut voir les muscles : ils sont en bonne voie, mais on ne sait jamais. On va en tout cas dans la bonne direction. Il y a deux semaines j'ai dit [que ça avançait] de semaine en semaine, mais maintenant je sens des progrès jour après jour, et c'est important."

On va dans la bonne direction. Il y a deux semaines j'ai dit que ça avançait de semaine en semaine, mais maintenant je sens des progrès jour après jour.

Marc Márquez

"Je me sens mieux chaque jour et c'est le plus important. Maintenant, à la gym, je sens chaque jour que mon bras droit se rapproche du bras gauche et, ça aussi, c'est important. J'ai hâte de pouvoir à nouveau piloter une moto !"

Lorsqu'il obtiendra le feu vert des médecins, Marc Márquez ne va pas directement reprendre le guidon de sa RC213V, il lui reste à en passer par une étape d'importance auparavant : "Je ne vais pas d'emblée piloter une MotoGP. Avant, je vais peut-être conduire une petite moto. On s'entraîne parfois sur un petit circuit."

L'impatience grandit en tout cas indéniablement, et le champion admet visualiser ce retour tant attendu, lui qui est absent des pistes MotoGP depuis juillet dernier. "D'un point de vue mental, bien sûr j'essaye d'imaginer le meilleur comeback, ce qui ne veut pas dire arriver et gagner la course. Le meilleur comeback, c'est piloter la MotoGP comme je le veux, essayer de prendre du plaisir, et petit à petit redevenir celui que j'étais, au même niveau, piloter avec le même style. Mais il est vrai que ce sera un processus, et on verra s'il sera rapide ou lent."

"Quand vous réalisez que vous n'allez pas bien commencer la pré-saison, que vous ne pourrez pas tester les nouveautés apportées par Honda, alors qu'ils ont beaucoup travaillé pendant l'hiver, c'est étrange. Mais je sais qu'ils travaillent très dur avec Stefan Bradl, avec Pol [Espargaró], avec mon frère Álex et Nakagami, pour essayer de tester de nouvelles pièces et d'améliorer le niveau de la moto. Je sais qu'ils m'attendent, et je vais essayer d'être là dès que possible. Tout ce que je peux dire c'est que j'ai hâte de piloter la moto."

partages
commentaires
6e temps et meilleure V-max : les bons débuts confirmés de Zarco
Article précédent

6e temps et meilleure V-max : les bons débuts confirmés de Zarco

Article suivant

Maverick Viñales "surpris" par son rythme et sa régularité

Maverick Viñales "surpris" par son rythme et sa régularité
Charger les commentaires