WEC
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
29 jours

DragonSpeed annonce son arrivée en LMP1

partages
commentaires
DragonSpeed annonce son arrivée en LMP1
Par :
31 oct. 2017 à 12:29

L'équipe américaine s'engagera en FIA WEC l'année prochaine, avec un châssis et une motorisation qui sont encore à définir.

#21 Dragonspeed Oreca 07 Gibson: Henrik Hedman, Ben Hanley, Felix Rosenqvist
#21 Dragonspeed, Oreca 07 - Gibson: Henrik Hedman, Nicolas Lapierre, Ben Hanley
#21 Dragonspeed Oreca 07 Gibson: Henrik Hedman, Ben Hanley, Felix Rosenqvist
#21 Dragonspeed, Oreca 07 - Gibson: Henrik Hedman, Nicolas Lapierre, Ben Hanley
Ben Hanley, Dragonspeed
#21 Dragonspeed, Oreca 07 - Gibson: Henrik Hedman, Nicolas Lapierre, Ben Hanley
#21 Dragonspeed, Oreca 07 - Gibson: Henrik Hedman, Nicolas Lapierre, Ben Hanley
#21 Dragonspeed Oreca 07 Gibson: Henrik Hedman, Ben Hanley, Felix Rosenqvist

Après avoir décroché le titre ELMS il y a dix jours via G-Drive, que la structure américaine soutenait, DragonSpeed a officialisé ce mardi son arrivée en LMP1 pour la saison prochaine. L'équipe prendra part à la "super saison" 2018-2019 du FIA WEC dans la catégorie reine de l'Endurance.

Henrik Hedman et Ben Hanley seront deux des trois pilotes du projet, tandis que le troisième homme sera annoncé ultérieurement. Cet engagement est tout frais et il reste du travail à faire, puisque DragonSpeed n'a pas encore indiqué avec quel prototype l'équipe s'engagera. Un travail d'évaluation est mené pour faire l'acquisition du meilleur châssis et du meilleur moteur possible, tandis que les règles définitives du LMP1 devraient tomber dans quelques semaines, avec notamment le souhait d'équilibrer les performances entre les prototypes hybrides et non hybrides.

"Toute l'équipe est enthousiaste pour relever ce challenge", se réjouit Elton Julian, patron de DragonSpeed. "Après avoir gagné les titres en GT3 et en LMP2, la progression naturelle pour notre équipe très talentueuse et motivée est d'aller en LMP1. Nous étudions soigneusement les potentiels partenaires qui pourraient nous aider à mettre en place un programme qui apportera les progrès et les succès que nous voulons pour DragonSpeed. Tout le monde est au même stade en matière de package et d'approche nécessaire, et nous sommes impatients de commencer."

"Je me souviens de 2005, lorsque j'ai piloté pour la première fois au Mans. Il y avait une seule équipe d'usine avec Audi, et de nombreux privés qui faisaient rouler six châssis différents avec quatre moteurs différents. Au final, la pole position était revenue à un privé. Si Toyota continue – et j'espère que ce sera le cas – je pense que lors des deux prochaines années nous pourrons apporter de la variété et une certaine tradition des teams privés pour une fantastique compétition dans la catégorie reine."

Tandis que Toyota doit encore donner sa réponse définitive quant à un maintien de son programme LMP1 hybride, on sait que Ginetta et SMP Racing sont prêts à vendre des châssis LMP1 clients pour 2018. ByKolles s'était également dit prêt à vendre des exemplaires de sa CLM P1/01. Cette dernière utilise actuellement un moteur Nissan, tandis que l'on a appris il y a quelques semaines l'arrivée d'un nouveau V10 Judd utilisable en LMP1.

Article suivant
Lotterer prêt à rouler pour un team privé en LMP1

Article précédent

Lotterer prêt à rouler pour un team privé en LMP1

Article suivant

Pour Lotterer, le LMP1 actuel n'est pas à jeter

Pour Lotterer, le LMP1 actuel n'est pas à jeter
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Pilotes Elton Julian , Ben Hanley , Henrik Hedman
Équipes Dragonspeed
Auteur Basile Davoine