WEC
04 oct.
-
06 oct.
Événement terminé
08 nov.
-
10 nov.
Événement terminé
12 déc.
-
14 déc.
EL1 dans
29 jours

La Toyota d'Alonso-Buemi-Nakajima brave la neige et s'impose à Spa

partages
commentaires
La Toyota d'Alonso-Buemi-Nakajima brave la neige et s'impose à Spa
Par :
4 mai 2019 à 17:33

Dans une épreuve marquée par trois épisodes neigeux, la Toyota d'Alonso-Buemi-Nakajima a vaincu les éléments pour remporter les 6 Heures de Spa-Francorchamps. Le trio profite des déboires techniques de la voiture sœur pour prendre une belle option sur le titre avant Le Mans. 

Le mythique tracé de Spa nous a offert ce samedi une course à nulle autre pareille. Un scénario que l'on doit aux conditions climatiques surréalistes qui ont affecté le toboggan des ardennes. Alors que le paddock s'était réveillé sous la neige, le soleil avait finalement refait son apparition et réchauffé quelque peu l'atmosphère au moment du départ.

Un envol un peu brouillon pour l'ensemble du peloton à 13h30, mais sans incident majeur, confirmait le leadership de la Toyota #7 de Conway-Kobayashi-López. Mais dès la fin du premier tour, le ciel s'est transformé et a d'abord déversé de la neige fondue, avant que cela se transforme en grêle puis en véritable neige. Avec un mercure descendu sous les 2°C, les images qui nous ont été offertes ont vite pris un tournant rarissime. 

Lire aussi:

Tout au long de la première demi-heure, et après un ballet dans les stands pour chausser des pneus "pluie", les pilotes en piste ont fait preuve d'une maîtrise impressionnante, sans qu'aucune erreur majeure ne soit à déplorer. Devant le redoublement d'intensité de la neige, la direction de course a toutefois pris la décision de neutraliser l'épreuve avec l'intervention de la voiture de sécurité. Une sage idée, avant que les éclaircies fassent leur retour en fin de première heure. 

Le départ des 6 Heures de Spa-Francorchamps

À la relance, Mike Conway a perdu la tête de la course suite à une petite erreur dans la dernière chicane, probablement liée à l'appui un peu moindre embarqué par la Toyota #7 par rapport à sa voisine de garage. Sébastien Buemi ne s'est ainsi pas fait prier pour prendre les rênes et commencer à creuser l'écart. C'était sans compter sur une nouvelle entrée en piste de la voiture de sécurité pour nettoyer des débris en piste. Ceux-ci étaient consécutifs à l'accrochage entre Jordan King et Tom Dillmann, coûtant très cher au Français et à l'équipe ByKolles. Tandis que le pilote du Jackie Chan DC Racing a reçu une pénalité de deux minutes, l'écurie du LMP1 a repris la piste de très longues minutes plus tard, transformant sa course en séance d'essais grandeur nature avec son nouveau moteur. 

Coup du sort pour la Toyota #7

La piste s'asséchant, les pneus slicks ont peu à peu refait leur apparition, et les stratégies décalées par la neutralisation ont fait perdre un temps précieux à la Toyota #8, à bord de laquelle Fernando Alonso est également parti en tête-à-queue dans Pouhon, au début de son relais. Las, alors que l'équipage de la #7 avait pris une belle option à la mi-course, tout s'est écroulé au moment du retour au stand de Kamui Kobayashi. Un capteur défectueux au niveau du système hybride de la Toyota a nécessité une intervention dans le garage, faisant perdre cinq tours à son équipage. 

Dès lors, la voie était dégagée pour la #8, tandis que José María López se lançait dans une remontée pour au moins accrocher la sixième place finale et assurer quelques points synonymes d'espoir en vue de la Super Finale du championnat aux 24 Heures du Mans. 

La dernière partie de course n'a pas pour autant été tranquille, puisqu'un deuxième épisode neigeux est venu frapper le circuit et faire chuter une nouvelle fois la température autour des 3°C. Au plus fort de la tempête, la course a de nouveau été neutralisée une demi-heure par la voiture de sécurité, avant d'être relancée à 1h15 de l'arrivée... de manière bien éphémère, une troisième averse de neige se déclenchant peu avant la dernière demi-heure, et provoquant la neutralisation par Safety Car.  

Lire aussi:

Grâce à une amélioration de la situation, la course a pu reprendre pour le dernier quart d'heure, permettant à chacun de ne pas nourrir des regrets trop importants dans les différentes catégories. En vain, puisque le retour des précipitations a finalement poussé la direction de course à brandir le drapeau rouge et à mettre un terme aux débats à dix minutes de la fin. 

Toyota assure d'ores et déjà son titre de Champion du monde des équipes LMP1, tandis que tout sera à jouer entre les deux équipages le mois prochain au Mans, avec tout de même un bel avantage comptable pour Alonso-Buemi-Nakajima sur Conway-Kobayashi-López. 

DragonSpeed tire le gros lot, Aston rigole

#31 Dragonspeed Oreca 07: Roberto Gonzalez, Pastor Maldonado, Anthony Davidson

Dans la catégorie LMP2, la lutte pour la victoire s'est essentiellement résumée à un duel entre l'Oreca #38 du Jackie Chan DC Racing et l'Alpine. Une belle illustration des deux forces en présence du championnat, alors que le G-Drive Racing, qui avait une belle carte à jouer, à perdu gros en début de course suite à des mauvais choix stratégiques. 

La dernière neutralisation par la voiture de sécurité a complètement rebattu les cartes, donnant lieu à une explication finale entre DragonSpeed, G-Drive, Alpine et le Jackie Chan DC Racing. Un dernier combat écourté par le drapeau rouge, et permettant à la DragonSpeed de Pastor Maldonado, Anthony Davidson et Roberto Gonzalez de s'imposer de manière quasiment inattendue.  

#97 Aston Martin Racing Aston Martin Vantage AMR: Alex Lynn, Maxime Martin

Du côté du LMGTE Pro, faut-il le préciser une nouvelle fois, les combats ont été nombreux et spectaculaires, avec un suspense toujours au rendez-vous. Après un gros forcing en fin de course avec les mauvaises conditions, l'Aston Martin #97 est allée chercher la victoire avec le duo formé par Alex Lynn et Maxime Martin. La Ferrari AF Corse #51 prend la deuxième place. 

Lire aussi:

Le palmarès de cette épreuve synonyme de répétition générale avant Le Mans est complété par la victoire en LMGTE Am de la Porsche #77 du Dempsey-Proton Racing, aux mains de Christian Ried, Riccardo Pera et Matt Campbell

Belgium 6 Heures de Spa-Francorchamps

Cla Pilotes Voiture Class Tours Temps Stands
1 Switzerland Sébastien Buemi
Japan Kazuki Nakajima
Spain Fernando Alonso
Toyota TS050 Hybrid LMP1 133   9
2 France Nathanaël Berthon
France Thomas Laurent
United States Gustavo Menezes
Rebellion R13 LMP1 132 1 lap 9
3 Russian Federation Mikhail Aleshin
Russian Federation Vitaly Petrov
Belgium Stoffel Vandoorne
BR Engineering BR1 LMP1 132 1 lap 9
4 France Stéphane Sarrazin
Russian Federation Egor Orudzhev
Russian Federation Sergey Sirotkin
BR Engineering BR1 LMP1 131 2 laps 9
5 Switzerland Neel Jani
Germany André Lotterer
Brazil Bruno Senna
Rebellion R13 LMP1 130 3 laps 8
6 United Kingdom Mike Conway
Japan Kamui Kobayashi
Argentina José María López
Toyota TS050 Hybrid LMP1 129 4 laps 8
7 Mexico Roberto Gonzalez
Venezuela Pastor Maldonado
United Kingdom Anthony Davidson
Oreca 07 LMP2 129 4 laps 8
8 Russian Federation Roman Rusinov
Netherlands Job van Uitert
France Jean-Éric Vergne
Aurus 01 LMP2 129 4 laps 9
9 France Nicolas Lapierre
Brazil André Negrao
France Pierre Thiriet
Alpine A470 LMP2 129 4 laps 8
10 China Ho-Pin Tung
France Gabriel Aubry
Monaco Stéphane Richelmi
Oreca 07 LMP2 129 4 laps 7
11 France François Perrodo
France Matthieu Vaxiviere
France Norman Nato
Oreca 07 LMP2 128 5 laps 8
12 Netherlands Frits van Eerd
Netherlands Giedo van der Garde
Netherlands Nyck de Vries
Dallara P217 LMP2 127 6 laps 11
13 Denmark David Heinemeier Hansson
United Kingdom Jordan King
United Kingdom Will Stevens
Oreca 07 LMP2 127 6 laps 11
14 France Erwin Creed
France Romano Ricci
United States Nick Boulle
Ligier JSP 217 LMP2 126 7 laps 10
15 United Kingdom Alex Lynn
Belgium Maxime Martin
Aston Martin Vantage AMR LMGTE PRO 124 9 laps 7
16 Italy Alessandro Pier Guidi
United Kingdom James Calado
Ferrari 488 GTE EVO LMGTE PRO 124 9 laps 8
17 Austria Richard Lietz
Italy Gianmaria Bruni
Porsche 911 RSR LMGTE PRO 124 9 laps 7
18 Denmark Michael Christensen
France Kévin Estre
Porsche 911 RSR LMGTE PRO 124 9 laps 8
19 Brazil Augusto Farfus
Portugal António Félix da Costa
BMW M8 GTE LMGTE PRO 124 9 laps 8
20 Guernsey Andy Priaulx
United Kingdom Harry Tincknell
Ford GT LMGTE PRO 124 9 laps 9
21 Italy Davide Rigon
United Kingdom Sam Bird
Ferrari 488 GTE EVO LMGTE PRO 124 9 laps 7
22 Denmark Marco Sørensen
Denmark Nicki Thiim
Aston Martin Vantage AMR LMGTE PRO 124 9 laps 7
23 Germany Martin Tomczyk
Netherlands Nick Catsburg
BMW M8 GTE LMGTE PRO 124 9 laps 8
24 Germany Stefan Mücke
France Olivier Pla
Ford GT LMGTE PRO 123 10 laps 8
25 Germany Christian Ried
Italy Riccardo Pera
Australia Matt Campbell
Porsche 911 RSR LMGTE AM 122 11 laps 7
26 Turkey Salih Yoluc
United Kingdom Euan Hankey
Ireland Charlie Eastwood
Aston Martin Vantage LMGTE AM 122 11 laps 8
27 Argentina Luis Perez-Companc
Italy Matteo Cressoni
Ireland Matt Griffin
Ferrari 488 GTE LMGTE AM 122 11 laps 8
28 Switzerland Thomas Flohr
Italy Francesco Castellacci
Italy Giancarlo Fisichella
Ferrari 488 GTE LMGTE AM 122 11 laps 9
29 Germany Jörg Bergmeister
United States Patrick Lindsey
Norway Egidio Perfetti
Porsche 911 RSR LMGTE AM 122 11 laps 7
30 Canada Paul Dalla Lana
Portugal Pedro Lamy
Austria Mathias Lauda
Aston Martin Vantage LMGTE AM 121 12 laps 7
31 United Kingdom Michael Wainwright
United Kingdom Ben Barker
Germany Thomas Preining
Porsche 911 RSR LMGTE AM 121 12 laps 7
32 Japan Motoaki Ishikawa
Monaco Olivier Beretta
Italy Eddie Cheever III
Ferrari 488 GTE LMGTE AM 120 13 laps 7
33 Italy Gianluca Roda
Italy Giorgio Roda
Italy Matteo Cairoli
Porsche 911 RSR LMGTE AM 115 18 laps 8
34 France Tom Dillmann
United Kingdom Oliver Webb
Italy Paolo Ruberti
ENSO CLM P1/01 LMP1 95 38 laps 9

Article suivant
Toyota juge "ridicule" le retard du futur règlement

Article précédent

Toyota juge "ridicule" le retard du futur règlement

Article suivant

Alonso se délecte du gros coup réalisé au championnat

Alonso se délecte du gros coup réalisé au championnat
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WEC
Événement 6H de Spa-Francorchamps 2019
Catégorie Course
Auteur Basile Davoine