Prochaine étape pour Lappi : réduire ses erreurs

Le pilote Toyota espère vivre une saison 2018 plus propre en WRC, admettant qu'il a commis trop d'erreurs cette année.

Prochaine étape pour Lappi : réduire ses erreurs
Esapekka Lappi, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing
Les vainqueurs Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Racing
Esapekka Lappi, Janne Ferm, Toyota Yaris WRC, Toyota Racing

Esapekka Lappi, Champion WRC2 en titre, a intégré l'équipe Toyota lors de la sixième manche de la saison WRC, au Portugal, et sa première demi-saison parmi l'élite a donné lieu à des résultats contrastés. Il y eut d'un côté trois entrées dans le top 10, parmi lesquelles une superbe victoire en Finlande. Mais d'un autre côté, des accidents lui ont coûté cher en Allemagne et en Espagne, tandis qu'en Pologne c'est une casse de suspension, survenue en coupant un virage, qui l'a mené à l'abandon.

Ce sont ces erreurs que Lappi a besoin de gommer en vue de la saison 2018, estime-t-il. "Pendant la saison, nous avons connu des problèmes techniques et des problèmes de pilotage – en tout cas en ce qui me concerne", a-t-il expliqué à Motorsport.com à l'approche du Rallye d'Australie, dernière manche de la saison.

"J'ai rejoint l'équipe au Portugal et, OK, la vitesse est venue assez rapidement mais j'ai commis trop d'erreurs", poursuit-il. "D'un autre côté, je pense que cette année je devais montrer ma vitesse, comprendre quelle est la limite de la voiture à ce niveau. Et trouver les limites, pouvoir être dans le rythme la saison prochaine. Je vais essayer d'avoir une bonne saison l'année prochaine et de ne pas commettre tant d'erreurs."

L'arrivée de Tänak, une motivation

Lappi, 26 ans, ne va pas seulement devoir composer avec des attentes en hausse à titre personnel l'an prochain, il va aussi devoir gérer l'arrivée d'un nouveau coéquipier, Ott Tänak. Un challenge qu'il dit être impatient de relever, avec l'espoir que faire équipe avec Tänak et Jari-Matti Latvala lui permettra de se développer personnellement.

"C'est bien d'avoir un coéquipier aussi fort [que Tänak]", anticipe le Finlandais. "La vitesse pure sera vraiment bonne dans notre équipe l'année prochaine. Cela va me motiver à être encore meilleur, c'est sûr, parce qu'il sera plus difficile de le battre. Il faudra travailler plus dur et être plus motivés pour essayer d'être toujours plus rapides."

"Ce genre de coéquipiers très rapides sont bons pour moi. C'est en tout cas ce que je pense aujourd'hui ! On verra ce qu'il en sera l'année prochaine."

L'expérience va compter en Australie

Après avoir déjà disputé le Rallye d'Australie l'an dernier au volant d'une Skoda R5, Lappi admet que cette petite expérience lui sera particulièrement utile ce week-end. Il concède aussi qu'il va pouvoir cette fois apprécier les spéciales tracées aux alentours de Coffs Harbour, sachant que la pression de la course au titre WRC2 pesait sur ses épaules l'an dernier à pareille époque.

"La semaine avait été assez longue l'année dernière, parce qu'il fallait qu'on termine le rallye pour décrocher le titre WRC2. Je n'avais vraiment pas pu prendre de plaisir. Mais du point de vue des spéciales, j'ai aimé la surface et j'ai aimé les spéciales. Je pense que je vais beaucoup plus apprécier cette année que l'année dernière."

"L'expérience est essentielle dans ce sport, surtout au niveau où nous sommes à présent. Ça n'est pas si facile de se battre contre ceux qui ont le plus d'expérience. J'ai gagné le Rallye de Finlande et c'était ma sixième participation. Alors quand vous avez l'expérience, tout est un peu plus facile. Vous savez ce que vous faites, où sont les pierres, ce genre de choses. Ce sont vraiment de petites choses, mais au final cela fait une grande différence."

partages
commentaires
Projet Peugeot 306 Maxi Loeb Racing - Daniel Elena dans la place (3/5)
Article précédent

Projet Peugeot 306 Maxi Loeb Racing - Daniel Elena dans la place (3/5)

Article suivant

DMACK n'aura pas de programme WRC à plein temps en 2018

DMACK n'aura pas de programme WRC à plein temps en 2018
Charger les commentaires