Autos - Un choix déjà décisif pour Al-Attiyah sur la première étape

partages
commentaires
Autos - Un choix déjà décisif pour Al-Attiyah sur la première étape
Par : Willy Zinck
3 janv. 2017 à 11:30

Le vainqueur des éditions 2011 et 2015 a démarré ce nouveau millésime du bon pied en signant le meilleur temps de la première journée. Mais les événements auraient pu prendre une tournure plus dramatique si le Qatari n'avait pas eu le nez creux.

Nasser Al-Attiyah, Toyota Gazoo Racing
#301 Toyota Gazoo Racing Toyota: Nasser Al-Attiyah, Matthieu Baumel
#302 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz
#302 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz
#302 Toyota Gazoo Racing Toyota: Giniel de Villiers, Dirk von Zitzewitz
#311 Toyota : Bernhard Ten Brinke, Tom Colsoul

Nasser Al-Attiyah a été le premier à tirer les marrons du feu hier, en réalisant le meilleur temps sur la première spéciale reliant la capitale du Paraguay, Asunción, à Resistencia en Argentine. Mais l’issue de cette première journée aurait pu s’avérer rédhibitoire pour le double vainqueur du Dakar.

En tête du parcours, le pilote passé cette année chez Toyota a en effet été victime d’un départ de feu dans l’habitacle de son Hilux. “On s’est fait peur sur les dix derniers kilomètres, car on a commencé à avoir beaucoup de fumée dans la voiture. C’est Matthieu [Baumel, son copilote] qui m’a fait signe de m’arrêter pour voir ce qui se passait”, a-t-il expliqué à France TV. En cause : une fuite d’huile à l’origine d’un début d’incendie. Un épisode qui n’est pas sans rappeler l’embrasement de la Toyota de Bernhard Ten Brinke l’an dernier, qui avait finalement mené au retrait du pilote néerlandais.

Al-Attiyah s’est alors empressé d’éteindre les flammes au moyen de l’extincteur présent à bord, sans succès. Le pilote qatari a donc fait face à un dilemme : rester arrêté à attendre du renfort quitte à risquer un embrasement généralisé de la voiture, ce qui aurait signifié un abandon pur et simple dès la première journée, ou bien tenter de rallier l’arrivée en vitesse pour trouver d’autres moyens d’extinction avant que le feu ne se propage. Et c’est finalement cette dernière option qui a été choisie.

“Il a fallu prendre rapidement une décision. L’extincteur présent dans le cockpit n’était pas suffisant pour circonscrire l’incendie. J’ai donc profité du passage de Giniel [de Villiers, l’un de ses coéquipiers chez Toyota] pour qu’il me remorque jusqu’au point stop.”

Une belle solidarité dans le clan Toyota et un pari gagnant pour Al-Attiyah, qui a pu venir à bout du feu avant que ce dernier ait pu endommager des pièces maîtresses du pick-up. “La voiture et le moteur en particulier n’ont pas subi de dégâts, nous sommes donc prêts pour la prochaine journée. En fait, on a eu de la chance dans notre malheur, dans le sens où tout cela est arrivé sur une petite spéciale [39 kilomètres]. Cela aurait été une autre paire de manches si cela s’était produit sur l’étape suivante.”

Une deuxième étape d’un autre calibre, comprenant 275 kilomètres chronométrés, qui reliera Resistencia à San Miguel de Tucuman, en mettant le cap à l’ouest au travers des routes étroites et poussiéreuses du parc national du Chaco. Nasser Al-Attiyah et son copilote Matthieu Baumel auront la lourde tache d’ouvrir la route. Départ de la spéciale prévu à 16h05 heure française.

Prochain article Dakar
Sainz - Un changement de règlement injuste envers Peugeot

Previous article

Sainz - Un changement de règlement injuste envers Peugeot

Next article

Motos - Pénalité volontaire pour De Soultrait

Motos - Pénalité volontaire pour De Soultrait