Ailerons flexibles : Red Bull pourrait aussi porter réclamation !

Le spectre d'une joute politique entre Mercedes et Red Bull lors du Grand Prix d'Azerbaïdjan est désormais agité par les deux camps, qui s'écharpent sur la question des ailerons flexibles en Formule 1.

Ailerons flexibles : Red Bull pourrait aussi porter réclamation !

Mercedes menace mais Red Bull Racing n'est pas en reste. À une semaine du Grand Prix d'Azerbaïdjan, le dossier des ailerons flexibles paraît plus brûlant que jamais et agite le paddock, qui pourrait vivre un week-end particulièrement politique à Bakou. La FIA a pris le sujet au sérieux en annonçant un renforcement des contrôles, mais cette mesure n'entrant en vigueur qu'à l'aube du Grand Prix de France, elle permettra aux équipes soupçonnées d'utiliser un aileron arrière trop flexible de le conserver pour encore une épreuve. Une situation qui contrarie principalement Mercedes et McLaren, Toto Wolff menaçant clairement de porter l'affaire devant les commissaires.

Lire aussi :

Red Bull, Ferrari et Alfa Romeo font partie des écuries qui auraient trouvé une astuce pour flexibiliser au maximum leurs ailerons tout en respectant les tests FIA appliqués jusqu'à présent. Devant l'éventualité d'une réclamation portée par Mercedes à Bakou, le clan Red Bull assure toutefois ne pas être intimidé, et Helmut Marko se dit même prêt à contre-attaquer, pointant du doigt la flexibilité... de l'aileron avant de la W12 !

"Nous trouvons ça un peu étrange", explique le consultant spécial de Red Bull dans un entretien exclusif accordé à notre publication sœur en Allemagne, Formel1.de. "La FIA a décidé que les règles pour les tests, particulièrement concernant la résistance à la torsion, seront modifiées. Cela s'appliquera à partir du Paul Ricard. Il s'agit d'une décision et d'une réglementation très claires. Si Monsieur Wolff pense que c'est trop tard pour lui, selon moi c'est toujours à la FIA de déterminer la procédure. S'il [porte réclamation], il est libre de le faire. Mais je pense qu'il devrait aussi regarder son aileron avant. Car sur ServusTV et aussi sur Sky, il y a des images où l'on voit à quel point cet aileron avant se rapproche drastiquement du sol."

Dans l'état actuel des choses, Red Bull s'en tient purement et simplement au calendrier édicté par la FIA, point également rappelé en cette fin de semaine par Ross Brawn, le patron sportif de la F1 confiant qu'il serait "étonné" de voir une réclamation aboutir si elle était déposée à Bakou. "Une date butoir a été fixée et nous avons fait des progrès durant cette période", rappelle Helmut Marko. "Pour le moment, nous sommes en piste avec une voiture légale. Et au Paul Ricard, nous mettrons en place le renforcement correspondant sur notre aileron arrière."

Interrogé sur la possibilité de voir Red Bull porter réclamation contre l'aileron avant de Mercedes, Helmut Marko répond "bien sûr", sans ambiguïté. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois que Red Bull évoque la flexibilité de l'aileron avant sur la monoplace allemande, et Toto Wolff en a parfaitement conscience.

"Nous avons analysé les ailerons avant, et ils se déforment exactement de la même manière que chez Red Bull, donc nous pourrions porter réclamation l'un contre l'autre", ironisait-il dimanche dernier à Monaco. "Mais il est évident que l'aileron arrière se déforme plus qu'il ne le devrait. Dans le cadre de la réglementation, il a été classé non conforme. Mais il y a un vide, puisque le nouveau test sera introduit après Bakou. C'est comme ça. Mais notre position d'un point de vue légal est plutôt solide."

Propos recueillis par Christian Nimmervoll  

partages
commentaires
Il y a 5 ans : Red Bull tire une balle dans le pied de Ricciardo
Article précédent

Il y a 5 ans : Red Bull tire une balle dans le pied de Ricciardo

Article suivant

Vasseur : "Un énorme fossé entre survivre et faire du bénéfice"

Vasseur : "Un énorme fossé entre survivre et faire du bénéfice"
Charger les commentaires