Alonso ne veut pas être une bombe à retardement pour McLaren

En dépit du manque de fiabilité et de compétitivité du package McLaren-Honda, Fernando Alonso ne voit aucun intérêt à sortir de ses gonds alors que son équipe fait tout son possible pour tenter de régler les nombreux problèmes.

Alonso ne veut pas être une bombe à retardement pour McLaren
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren, dans le Safety Car
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL32
Fernando Alonso, McLaren
Stoffel Vandoorne, McLaren, de retour à son garage tandis que Fernando Alonso, McLaren, est présent
Fernando Alonso, McLaren, Mark Temple, ingénieur de course, McLaren
Fernando Alonso, McLaren

Avant la trêve estivale, le pilote espagnol a signé en Hongrie son meilleur résultat de la saison avec une sixième place, mais la MCL32 et surtout l'unité de puissance Honda sont encore loin du niveau espéré. Sur des circuits où la puissance est cruciale comme à Spa ou à Monza, l'écurie de Woking s'attend à souffrir davantage. Pour Fernando Alonso, la situation est pénible alors qu'elle dure depuis trois saisons, à tel point que Mark Webber a qualifié le double Champion du monde de "bombe à retardement" qui pourrait exploser à tout moment. Néanmoins, le principal intéressé ne partage pas ce point de vue.

"Il n'y a pas de bénéfice si je fais ça, pas de bénéfice", répond-il. "Si j'explosais et que je gagnais une seconde lors de la prochaine course parce qu'ils travaillent plus dur, je le ferais. Mais nous sommes aussi rapides que nous le pouvons, et tous ces gars font leur maximum, donc je suis reconnaissant pour ça, mais nous avons évidemment besoin de plus."

"Je reste toujours calme et j'essaie de travailler et de croire dans le boulot de tout le monde. Nous ne sommes pas en manque de performance à cause d'un groupe de personnes qui ne veulent pas être performantes. Tout le monde est à 100%. J'ai montré à tout le monde que j'avais confiance en tout. Du premier au dernier jour, j'ai toujours cru en ce projet et j'ai toujours essayé d'être positif et optimiste, et continué à travailler 24 heures par jour."

Septembre approche... 

Tandis que Stoffel Vandoorne a été confirmé par McLaren pour la saison prochaine, Fernando Alonso continue de prendre son temps. En fin de contrat à l'issue du championnat, l'Espagnol assure même qu'il ne pense pas encore à son avenir, et qu'il ne s'attardera sur le sujet qu'à partir du mois prochain.

"Je prendrai la décision concernant mon avenir quand je le voudrai, c'est comme ça", martèle-t-il. "Ça [la confirmation de Vandoorne] n'a rien changé. J'ai toujours dit que j'y penserais en septembre, et nous sommes le 24 août, donc il y a encore plus d'une semaine." 

Pour Alonso, la clé est de pouvoir bénéficier d'une monoplace compétitive, et surtout d'avoir l'assurance de progrès conséquents du côté de l'unité de puissance Honda, à moins d'un passage à une motorisation Renault. Ce sont les deux options qu'évalue McLaren, avec dans la balance les bénéfices de la coopération entre Honda et Ilmor, qui pourrait commencer à porter ses fruits en vue de 2018.

Le simple choix du moteur sera-t-il un facteur déterminant pour Alonso ? "Pas vraiment", répond-il. "C'est la performance qui dictera ce que je ferai ainsi que les conditions de l'année prochaine. Je ne pense pas qu'il y ait un choix [de moteur] difficile [pour McLaren]."

"Je n'ai pas leurs idées ni leur connaissance dans le développement du moteur", ajoute-t-il au sujet de Honda. "Je sais qu'ils travaillent nuit et jour pour améliorer le moteur, mais c'est difficile de prédire ce qui va se passer dans six ou sept mois, et à quel point on peut progresser. Ils feront le meilleur travail possible et ils progresseront autant qu'ils le peuvent."

partages
commentaires
Sauber prêt à être un Junior Team de Ferrari, pas une équipe B
Article précédent

Sauber prêt à être un Junior Team de Ferrari, pas une équipe B

Article suivant

EL2 - Hamilton devant Räikkönen et avant la pluie

EL2 - Hamilton devant Räikkönen et avant la pluie
Charger les commentaires