Formule 1
C
GP d'Émilie-Romagne
18 avr.
Course dans
45 jours
09 mai
Prochain événement dans
63 jours
C
GP d'Azerbaïdjan
06 juin
Course dans
94 jours
C
GP du Canada
13 juin
Course dans
101 jours
C
GP d'Autriche
04 juil.
Prochain événement dans
119 jours
C
GP de Grande-Bretagne
18 juil.
Course dans
136 jours
C
GP de Hongrie
01 août
Course dans
150 jours
C
GP de Belgique
29 août
Course dans
178 jours
C
GP des Pays-Bas
05 sept.
Course dans
185 jours
12 sept.
Course dans
192 jours
C
GP de Russie
26 sept.
Course dans
206 jours
C
GP de Singapour
03 oct.
Prochain événement dans
210 jours
10 oct.
Course dans
220 jours
C
GP des États-Unis
24 oct.
Course dans
234 jours
C
GP de Mexico
31 oct.
Course dans
241 jours

Alpine pourrait placer ses protégés dans d'autres écuries F1

Renault F1 est devenu Alpine F1, mais le problème est toujours le même : où placer les jeunes pilotes de la marque ?

Alpine pourrait placer ses protégés dans d'autres écuries F1

Red Bull place ses protégés chez AlphaTauri, Mercedes en a un chez Williams, Ferrari fait confiance à Alfa Romeo et à Haas… mais Alpine (ex-Renault) n'a jamais placé un de ses protégés en Formule 1 depuis le retour du Losange en tant que constructeur à part entière, il y a cinq ans. Et la situation semble se compliquer : McLaren ayant rejoint le giron Mercedes, le constructeur tricolore n'a plus de client moteur.

Lire aussi :

Or, Alpine vient de dévoiler le nouveau line-up de son académie, avec cinq jeunes loups prometteurs, dont Caio Collet et Victor Martins, qui vont évoluer en FIA F3, et surtout trois pilotes en Formule 2, qui ont tous piloté la Renault R.S.18 en essais : le rookie Oscar Piastri, ainsi que deux concurrents qui devraient jouer le titre, Guan Yu Zhou et Christian Lundgaard. Si ces derniers font leurs preuves et démontrent mériter un baquet en Formule 1, où vont-ils bien pouvoir aller, alors que les baquets Alpine sont occupés par Fernando Alonso – sous contrat jusqu'à fin 2022 – et Esteban Ocon, qui devra cependant parapher un nouvel accord au-delà de 2021 ?

"C'est quelque chose que nous avons identifié : des manières et des moyens de mener les pilotes, au bout du compte, à notre baquet", déclare Mia Sharizman, directeur de l'Alpine Academy, se montrant rassurant. "Même sans client moteur ni le moindre lien, il peut y avoir une collaboration avec d'autres équipes. Je ne vais pas trop entrer dans les détails. Mais cela dit, nous nous concentrons sur nos deux baquets, sur notre académie et sur nos outils. Les faire venir dans notre écurie est la priorité, mais nous pensons que la collaboration avec d'autres équipes est quand même possible, indépendamment de la fourniture moteur."

Alpine pourrait toutefois se retrouver dans une impasse similaire à celle de Ferrari il y a quelques mois, avec cinq pilotes en F2 dont trois candidats au titre et l'impossibilité de tous les faire monter en Formule 1. Cependant, les parcours divers de Zhou, Lundgaard et Piastri semblent simplifier la situation. "Ils sont tous les trois dans une année différente pour le championnat : il y a Zhou dans sa troisième année, Christian dans sa deuxième, et Oscar est évidemment rookie", souligne Sharizman. "C'est une situation légèrement différente, et une manière différente de prévoir les choses."

Lire aussi :

"La situation va être similaire à ce qu'a connu Ferrari l'an dernier. Mais pour l'instant, nous pensons vraiment que ça va prendre du temps dans le cas d'Oscar par exemple, mais sans cette attente, nous sommes conscients de la progression qu'il peut réaliser. Il nous faut avoir un plan A et déjà un plan B. C'est quelque chose que nous gardons à l'esprit. Nous pensons que ça ira pour nous et que nous pouvons bien le gérer, que nous pouvons assurer que les espoirs de nos trois pilotes deviennent réalité."

Propos recueillis par Luke Smith 

partages
commentaires
La F1 fait évoluer We Race As One et supprime l'arc-en-ciel

Article précédent

La F1 fait évoluer We Race As One et supprime l'arc-en-ciel

Article suivant

Courses sprint, gel des moteurs : la Commission F1 va trancher

Courses sprint, gel des moteurs : la Commission F1 va trancher
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1 , FIA F2
Auteur Benjamin Vinel