Les F1 2019 ne font pas "honneur" aux recherches des teams

Directeur technique Renault, Bob Bell estime que la réglementation technique qui devrait entrer en vigueur en 2019, tournée vers la facilitation des dépassements, ne fait pas "honneur" aux recherches entreprises par les écuries de Formule 1.

Un certain nombre de changements concernant la réglementation 2019 ont été approuvés par la Commission F1 le mois dernier, parmi lesquels un aileron avant et un conduit de frein simplifiés, ainsi qu'un aileron arrière plus large et plus profond.

Ces propositions avaient été faites par le département R&D de la F1, mais les écuries ont été invitées à mener leurs propres recherches, dont les conclusions, selon la FIA, indiquent que les changements auront "un impact positif sur la course et les dépassements".

Les écuries soutenant la proposition pour 2019 ont néanmoins été surpassées en nombre par celles qui ont voté contre, alors que cette mesure avait également besoin du soutien de la FIA, de la FOM ainsi que des représentants des sponsors et des promoteurs pour être approuvée.

Bell, dont l'employeur Renault ferait partie des détracteurs de ce projet, déclare que la décision de la FIA d'impliquer les équipes dans les recherches était positive, sans toutefois produire suffisamment de conclusions en faveur de ces changements.

"Nous avons contribué [aux recherches], c'est un bon pas en avant, car je crois que les équipes sont les organisations qui ont la capacité de faire ce genre de choses et qui savent le faire", déclare Bell. "Mais je ne suis pas sûr qu'on y ait fait honneur, je pense que tout ça est un peu tardif."

"Je ne suis pas opposé au principe de changer le design des voitures pour essayer d'améliorer les dépassements, personne ne le serait. Mais je pense que ce à quoi je serais opposé, ce serait d'essayer de le faire dans l'urgence et de contraindre les équipes à réagir de façon moins économique."

"Je ne pense pas que l'apport de ces changements ait été pleinement prouvé. Et nous les introduisons à la dernière minute. Personnellement, j'aurais préféré attendre, mettre tout nos efforts dans la réglementation 2021, et ne pas tenter d'introduire dans l'urgence quelque chose qui n'a pas été complètement réfléchi."

Une hiérarchie nivelée ou des écarts creusés ?

Christian Horner, quant à lui, avait déjà qualifié les propositions pour 2019 de "précipitées", les estimant basées sur des "recherches immatures". Selon le directeur d'équipe Red Bull, cette réglementation ne fera que creuser les écarts entre les différentes écuries.

Lorsqu'il lui est demandé si ces modifications aéro vont être l'opportunité pour Renault de réduire l'écart sur les trois top teams, Bell est en phase avec le point de vue de Horner : "Il y a deux écoles, j'imagine. Si l'on chamboule la situation, il est possible que cette perturbation permette aux équipes qui sont derrière de rattraper leur retard d'une certaine manière, il y a plus de chances que cela nivelle le peloton."

"Mais je n'en suis pas sûr. Je pense que cela tend à jouer en la faveur des atouts des grandes équipes, qui ont davantage de ressources, car nous faisons désormais face à une décision qui sera pire qu'elle ne le serait autrement : quand lâche-t-on du lest sur le développement de la voiture de cette année pour se focaliser sur celle de l'an prochain ? Quand on a davantage de ressources, davantage d'employés, cette décision est légèrement plus facile à prendre."

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités