Mercedes et Red Bull provoquent la hausse des directives techniques

Selon Michael Masi, la lutte acharnée entre Red Bull et Mercedes au classement général a poussé la FIA à agir en introduisant plusieurs directives techniques afin d'éclaircir les zones grises du règlement.

Mercedes et Red Bull provoquent la hausse des directives techniques

La FIA a pour habitude de publier des directives techniques à l'intention des équipes en réponse à des demandes d'éclaircissement du règlement, ce qui lui permet également d'apporter des changements pour des raisons de sécurité. Cependant, trois directives techniques émises au cours des six dernières semaines ont reçu une attention médiatique toute particulière.

Premièrement, la FIA a instauré un contrôle renforcé de la rigidité de l'aileron arrière à la suite des commentaires de Mercedes sur le niveau de flexibilité de l'élément de Red Bull au Grand Prix d'Espagne. Puis les crevaisons du Grand Prix d'Azerbaïdjan ont poussé la fédération à envoyer une deuxième directive introduisant un contrôle de pression des pneus plus strict. Enfin, une troisième directive est arrivée dans la semaine du Grand Prix de Styrie afin de rallonger la durée des arrêts aux stands pour des raisons de sécurité, à partir de la Hongrie.

Le week-end dernier, le directeur de la compétition de Ferrari, Laurent Mekies, a invité la FIA à discuter davantage avec les équipes avant de publier ses futures directives techniques. Le directeur d'équipe d'Alfa Romeo, Frédéric Vasseur, a quant à lui été plus direct dans ses propos en déclarant recevoir "plus de directives techniques que de communiqués de presse le lundi matin" et en ajoutant que cette nouvelle manière de gouverner la F1 "n'est pas la bonne".

Lire aussi :

Interrogé par Motorsport.com après les commentaires de Vasseur, Michael Masi, directeur de course de la FIA, a estimé que la prolifération des directives techniques depuis le début de la saison n'est qu'une conséquence de la guerre faisant rage entre Mercedes et Red Bull, puisque les trois derniers ajustements concernent au moins l'une de ces deux équipes en lice pour le titre mondial.

"Il est évident qu'avec un grand nombre de domaines et une intensification de la lutte en tête du classement, la situation est bien plus tendue que lors de ces dernières années", a-t-il indiqué. "Et oui, le besoin de clarification sur les conseils opérationnels et les directives dans certains domaines a augmenté. Mais je pense que c'est le cas en raison de ce qui se passe sur la piste."

Selon Masi, il ne s'agit pas d'une nouvelle manière de gouverner la F1, comme l'avait assuré Vasseur, mais de simples clarifications venant du département technique de la FIA. "Je n'appellerais pas cela une gouvernance", a-t-il poursuivi. "Mais c'est assurément un moyen d'essayer de communiquer avec toutes les équipes sur la façon dont certains règlements peuvent, du point de vue du département technique interne, être interprétés, ou dont certaines procédures peuvent être suivies, pour déterminer la conformité. Et tout le monde veut toujours plus de clarté dans certains domaines, d'où le nombre [de directives] avec tout ce qui se passe en ce moment."

partages
commentaires

Related video

Alex Zanardi communique mais n'est pas en mesure de parler
Article précédent

Alex Zanardi communique mais n'est pas en mesure de parler

Article suivant

Après la FIA, quel avenir pour Jean Todt ?

Après la FIA, quel avenir pour Jean Todt ?
Charger les commentaires