Hamilton : Ils ont fait ces changements aéro "pour nous freiner"

Tout en acceptant le défi qu'ils proposent, Lewis Hamilton estime que les changements réglementaires introduits cette année l'ont avant tout été pour ralentir Mercedes.

Hamilton : Ils ont fait ces changements aéro "pour nous freiner"

Battu samedi à Bahreïn par Max Verstappen en qualifications, après avoir "absolument tout donné", Lewis Hamilton relève le défi de cette concurrence visiblement accrue avec beaucoup d'envie. Le pilote Mercedes constate que la hiérarchie resserrée entrevue lors des essais hivernaux est bel et bien une réalité aujourd'hui, et il est plutôt du genre à s'en féliciter, lui qui a souvent rappelé son désir de se frotter à des adversaires plus coriaces.

Si la situation ne lui déplaît pas totalement, il sait toutefois aussi faire passer les messages. Ainsi n'a-t-il pas manqué de rappeler ce qui est selon lui la véritable raison qui a motivé les changements réglementaires cette année. La découpe diagonale du fond plat, principalement, est au cœur de toutes les attentions en ce début de saison, s'intégrant dans un ensemble de mesures visant à restreindre l'appui des F1 pour épargner les gommes Pirelli. Une justification qui ne convient donc pas à Hamilton.

Lire aussi :

"Ce n'est un secret pour personne qu'ils ont évidemment fait ces changements pour nous freiner", a-t-il asséné lors de la conférence de presse après les qualifications à Sakhir. Et le Britannique a ensuite évoqué une situation similaire en rappelant l'interdiction des différents modes moteur, introduite l'an passé en cours de saison : "Nous avons eu ces changements au niveau du moteur l'an dernier, pour faire la même chose."

Lewis Hamilton s'attache cependant à établir ce qu'il considère comme un fait, sans forcément émettre de jugement ou de plainte. Quoi qu'il pense de ces modifications, il les accepte et les prend comme un défi supplémentaire. "Ce n'est pas grave, nous aimons les défis et nous ne regardons pas les choses de haut, nous travaillons juste aussi dur que possible. Et c'est ce que nous ferons", promet-il.

Un déficit d'une seconde selon Aston Martin

Lance Stroll, Aston Martin AMR21

Mercedes estime avoir pâti considérablement des changements réglementaires car il semble désormais prouvé qu'ils affectent davantage les monoplaces présentant une faible inclinaison vers l'avant – le rake –, à l'inverse de la Red Bull. La théorie est d'ailleurs corroborée par la situation dans laquelle se retrouve Aston Martin, et que déplore Otmar Szafnauer après la douche froide de ce samedi. Sebastian Vettel a été éliminé en Q1 et Lance Stroll crédité seulement du dixième temps.

"Si l'on compare les chronos des qualifications entre les deux Grands Prix [2020 et 2021] à Bahreïn, entre maintenant et il y a quatre mois, il semble que la philosophie aéro avec une forte inclinaison gagne environ une seconde au tour par rapport aux voitures avec une faible inclinaison", avance le directeur d'Aston Martin. "Mercedes et nous-mêmes sommes donc les équipes les plus touchées." Otmar Szafnauer refuse en revanche de s'épancher sur le fait qu'il s'agisse d'une volonté de ralentir certaines écuries, s'en tenant à un constat qui l'attriste avant tout sur le plan sportif.

"Je ne suis pas content", admet-il. "Et quand je dis que je ne suis pas content, c'est que je ne le suis pas pour nos deux excellents pilotes ; je ne le suis pas pour nos 500 hommes et femmes exceptionnels qui ont conçu, construit et exploitent désormais notre nouvelle voiture ; et je ne le suis pas pour nos sponsors et nos fans. Ceci étant dit, nous allons évidemment travailler pour récupérer au maximum ce déficit de performance lors des Grands Prix à venir."

partages
commentaires
Pierre Gasly surpris par sa cinquième place à Bahreïn
Article précédent

Pierre Gasly surpris par sa cinquième place à Bahreïn

Article suivant

La grille de départ du Grand Prix de Bahreïn

La grille de départ du Grand Prix de Bahreïn
Charger les commentaires