Hamilton : "J'étais le plus rapide" au Red Bull Ring

Lewis Hamilton a tout donné, mais le podium lui a tout de même échappé au Grand Prix d'Autriche.

Hamilton : "J'étais le plus rapide" au Red Bull Ring
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 F1 W08 et Esteban Ocon, Sahara Force India VJM10 au départ
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, en lutte avec Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-17, devant Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10 et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 F1 W08
Sergio Perez, Sahara Force India F1 VJM10, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08
Le vainqueur Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 fête sa victoire avec Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, et l'équipe
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08

Le week-end de Lewis Hamilton allait forcément être difficile avec une pénalité de cinq places sur la grille de départ pour changement de boîte de vitesses, celle utilisée à Bakou ayant montré des signes de faiblesse.

Le Britannique a néanmoins réalisé le meilleur temps des deux premières séances d'essais libres, mais ne s'est ensuite qualifié que troisième, ce qui l'a relégué à la huitième place de la grille. Or, s'il a profité du départ manqué de Max Verstappen avant de dépasser Sergio Pérez et Romain Grosjean dans les premiers tours de course, sa remontée a ensuite rencontré des obstacles plus ardus à surmonter, malgré l'undercut effectué avec succès face à Kimi Räikkönen.

Lorsque Hamilton s'est défait de Grosjean, il accusait déjà 14"448 de retard sur son coéquipier Valtteri Bottas en tête, écart qu'il a réduit de moitié au drapeau à damier. Quant à la différence temporelle le séparant de la Red Bull de Daniel Ricciardo, elle s'est stabilisée autour de huit secondes en première moitié de course, puis s'est établie entre trois et quatre secondes pendant une trentaine de tours, avant que le Britannique ne porte une attaque dans l'avant-dernier tour, sans succès. "J'ai tout donné", lâchait un Hamilton peu loquace à l'issue de la course. "C'était l'unique opportunité, et je ne l'ai pas concrétisée."

S'exprimant auprès des médias quelques instants plus tard lors de son point presse habituel, Hamilton semblait avoir quelque peu oublié sa déception et a évoqué plus longuement sa déconvenue du jour, mentionnant notamment un inconvénient lié à la stratégie – seul pilote parti en supertendres au lieu des pneus à bandes violettes, il a été le premier du top 10 à rentrer au stand.

"L'équilibre change selon les pneus", détaille-t-il. "Comme vous pouvez l'imaginer, la voiture est de plus en plus légère et les pneus se dégradent, donc l'équilibre bascule au fil du relais. Et souvent, quelques tours avant [l'arrêt], ils demandent comment est l'équilibre, ce qu'on veut changer, si l'on veut enlever de l'aileron. Je n'ai pas eu cette opportunité, parce que c'était : 'Rentre dans ce tour, fais l'inverse de Kimi'. À ce moment-là, je ne me suis pas rendu compte que je rentrais dans ce tour, donc je n'ai pas pu leur dire quoi faire avec l'aileron avant."

La menace Red Bull

Associez à cela un Daniel Ricciardo particulièrement rapide au volant de la Red Bull RB13 – l'Autrichien a réalisé une série de sept tours en 1'07 en fin de course, seul Hamilton a fait mieux – et l'on comprend pourquoi le pilote Mercedes a peiné à prendre l'avantage.

"Le rythme de Daniel était fantastique", estime ce dernier. "Je ne sais pas pourquoi, mais ils étaient très, très rapides en course. Ils ont dû progresser quelque part. J'attaquais comme un damné mais je ne réduisais pas énormément l'écart. C'est une erreur de sa part qui m'a vraiment donné une opportunité de dépasser. S'ils arrivent à être aussi rapides en qualifications, je pense que ça va être génial pour le reste de la saison, nous avons une troisième équipe qui va se battre avec nous."

Et lorsqu'il est demandé à Hamilton ce qu'il doit faire pour retrouver un cercle vertueux en termes de résultats, sa réponse est claire : "Je ne pense pas devoir faire quoi que ce soit d'autre que ce que je fais déjà. Ce n'est pas comme si l'équipe n'était pas de mon côté, ou si elle ne travaillait pas dur, ou si je ne les poussais pas suffisamment."

"Tout ce que je peux faire, c'est essayer de les inspirer avec la course que j'ai réalisée, car quand je regarde les données, j'étais le plus rapide de tous, c'est moi qui ai fait la meilleure course." C'est en effet le triple Champion du monde qui a signé le meilleur tour en 1'07"411... avec moins d'un dixième d'avance sur Ricciardo, Räikkönen et Vettel ! 

partages
commentaires
Alonso déplore les risques inutiles pris par Kvyat au départ

Article précédent

Alonso déplore les risques inutiles pris par Kvyat au départ

Article suivant

Marchionne met la pression sur un Räikkönen qu'il juge "traînard"

Marchionne met la pression sur un Räikkönen qu'il juge "traînard"
Charger les commentaires