Hill : Mick Schumacher a été rattrapé par la pression de la F1

Pour Damon Hill, Mick Schumacher a fini par être atteint par la pression de la Formule 1 lors de sa seconde saison chez Haas.

Hill : Mick Schumacher a été rattrapé par la pression de la F1

Mick Schumacher a disputé à Abu Dhabi son dernier Grand Prix avec Haas et potentiellement sa dernière course en F1 tout court, puisque l'Allemand n'a pas été reconduit en 2023 par l'écurie, qui lui a préféré son compatriote plus expérimenté, Nico Hülkenberg, 35 ans et auteur de 181 départs en discipline reine.

La saison du fils du septuple Champion du monde a été marquée par des sorties de piste très coûteuses et des performances certes en progrès mais qui ont peiné à convaincre ses dirigeants, notamment face au travail du revenant Kevin Magnussen, qui s'est vite montré à son aise en dépit de son année loin du paddock. L'année a été particulièrement difficile pour Schumacher qui, en plus de voir l'aventure F1 subir un coup d'arrêt, ne sera plus membre de l'académie Ferrari à partir de l'année prochaine.

Pour le Champion du monde 1996, Damon Hill, qui a été l'un des grands adversaires de Michael Schumacher dans les années 1990, Mick a tout simplement supporté une trop grande pression qui a fini par peser sur ses épaules : "Je pense que Mick a été beaucoup scruté, a subi beaucoup de pression, et je pense que cela a fini par le rattraper", a-t-il expliqué lors d'un épisode du podcast F1 Nation.

"Je ne sais pas auprès de qui il puise ses conseils, mais je pense qu'il a probablement découvert que la Formule 1 était plus difficile qu'il ne le pensait. Il y a d'autres aspects que l'on ne peut acquérir qu'avec des années d'expérience dans cette discipline, ce qui est le cas de Nico Hülkenberg. Par conséquent, il pourra se concentrer sur les résultats de l'équipe, et l'écurie a finalement besoin de personnes qui peuvent simplement faire le travail sans les stresser."

Et justement, concernant le cas d'Hülkenberg, l'ancien pilote Williams juge notamment que les quatre courses disputées par l'Allemand depuis sa fin de carrière de titulaire (deux en 2020 et deux en 2022, à chaque fois pour remplacer un pilote touché par le COVID), ont été de bons signaux : "Il a fait quelques retours, qui ont été assez impressionnants compte tenu du temps qu'il a passé hors d'une voiture", a souligné Hill.

"Il a pas mal de courses en banque, n'est-ce pas ? Je pense qu'il est difficile de [revenir] une fois que vous avez fait une pause, je pense qu'il est très difficile de se remettre complètement à niveau, mais il n'est pas sous pression de la même manière que Mick l'était."

Lire aussi :
partages
commentaires

Related video

Reportage - Au cœur de la future usine Aston Martin F1

Tony Brise, l'espoir fauché en pleine ascension