Montoya rend hommage à un Frank Williams "incroyable"

Juan Pablo Montoya salue la mémoire de Frank Williams, qui est décédé ce dimanche.

Montoya rend hommage à un Frank Williams "incroyable"

Sir Frank Williams vient de nous quitter à l'âge de 79 ans, et avec lui, c'est une véritable page de la Formule 1 qui se tourne. Le Britannique avait donné son nom à sa propre écurie de F1, qui a remporté seize titres mondiaux – sept chez les pilotes et neuf chez les constructeurs.

Juan Pablo Montoya a bien failli contribuer à ce palmarès : en 2003, le Colombien avait longtemps joué le titre et n'avait qu'un point de retard sur le leader Michael Schumacher à trois courses du but, même s'il ne s'était finalement classé qu'à la troisième place. C'est aussi avec Williams qu'il a fait ses premiers essais en Formule 1 en 1997 et ses débuts en Grand Prix en 2001. Ainsi garde-t-il d'excellents souvenirs de Sir Frank.

"C'était quelqu'un d'incroyable", déclare Montoya dans une interview sur Motorsport.tv. "C'est en partie grâce à lui que j'ai atteint la Formule 1. La première F1 que j'ai conduite était la sienne. Il a vraiment pris soin de moi, et j'ai eu la majorité de mes succès en F1 dans une Williams. J'ai de très bons souvenirs de lui, de sa famille et de tout le monde chez Williams. Son décès est très triste, mais il faut dire qu'il a eu une très belle vie."

"J'ai parlé à la famille hier, c'est un moment dur, c'est forcément dur. Peu importe si cela vient tôt ou tard, c'est juste difficile. C'était vraiment quelqu'un de super, aimé de tant de gens. Je ne pense pas que quiconque ait quelque chose de mauvais à dire sur Frank : il avait l'esprit de la course, il vivait à l'usine, il ne pensait qu'à la course."

Juan Pablo Montoya, Williams BMW FW25

Juan Pablo Montoya (Williams-BMW FW25) en 2003

De l'avis de tous, c'est la passion de Frank Williams qui le caractérisait par-dessus tout. "Il était toujours là, il voulait toujours savoir ce qui se passait, il voulait toujours participer à la conversation", poursuit Montoya. "Je plaisantais toujours avec lui. Nous avions une très belle amitié, et c'était toujours amusant."

"Seule la victoire comptait chez Williams, il fallait faire le job. C'était quelqu'un, quand on avait un bon résultat, qui était super enthousiaste, et quand on en avait un mauvais, qui était le premier à nous soutenir et à nous dire 'ne t'inquiète pas, tu en es capable, il faut que tu fasses ça'. Il était là pour nous. On prenait toujours beaucoup de plaisir."

Et si la gestion des pilotes par Williams a souvent été critiquée, avec les départs de Nigel Mansell et de Damon Hill après leurs titres respectifs notamment, Montoya n'a rien à reprocher à Frank Williams de ce côté-là. "Je pense qu'il savait très bien gérer les gens et placer les bonnes personnes aux bons postes", estime-t-il. "Il comprenait vraiment cette industrie. Il avait l'esprit de la course par-dessus tout, il choisissait les bons pilotes, il comprenait comment en tirer le meilleur. C'était vraiment crucial. Il nous poussait toujours dans la bonne direction."

Un chose est sûre : le natif de South Shields, dans le nord-est de l'Angleterre, aura marqué l'Histoire de son sport. "Il a tout fait. On ne compte plus le nombre de titres mondiaux, de grands pilotes qui ont couru pour lui. Il sera regretté, notamment sur les circuits, même s'il venait de moins en moins. Il faut être content qu'il ait eu une belle vie. Connaissant Frank, il voudrait sûrement que tout le monde soit heureux et profite de la vie. La vie continue", conclut Montoya.

Lire aussi :

partages
commentaires
Damon Hill "redevable à jamais" envers Frank Williams
Article précédent

Damon Hill "redevable à jamais" envers Frank Williams

Article suivant

Mark Webber : "Quand Frank Williams m'appelle, comment dire non ?"

Mark Webber : "Quand Frank Williams m'appelle, comment dire non ?"
Charger les commentaires