Monza a un besoin "urgent" de 60 M€ pour sa rénovation

partages
commentaires
Monza a un besoin "urgent" de 60 M€ pour sa rénovation
Par :
Co-auteur: Guillaume Navarro
16 avr. 2019 à 14:13

Le président de l'Automobile Club d'Italie tire la sonnette d'alarme en expliquant que Monza a "urgemment" besoin d'un travail de rénovation, chiffré à 60 millions d'euros, pour pouvoir célébrer son 100e anniversaire et garantir son avenir en F1.

Les responsables de Monza avaient laissé filtrer en fin d'année dernière l'information selon laquelle le célèbre tracé italien avait besoin de grands changements en vue de son centenaire, qui sera célébré en 2022, notamment avec la possible suppression de l'une de ses chicanes.

Le circuit italien ne dispose pas, à cette date, d'accord avec les dirigeants de la F1 pour organiser le Grand Prix d'Italie au-delà de la saison actuelle.

Angelo Sticchi Damiani, présent de l'ACI, déclare qu'il est désormais urgent d'obtenir 60 des 100 M€ nécessaires à la rénovation de l'autodrome. Au cours d'un évènement italien organisé sur le thème de la mobilité urbaine et appelé ExpoMove, le président a fait savoir le besoin de soutien de Monza par le gouvernement pour garantir l'avenir du Grand Prix d'Italie.

"L'ASI est impliqué dans le paiement des frais d'accueil à Liberty Media mais ne peut pas dépenser d'argent sur la rénovation très urgente du circuit", indique-t-il. "Il s'agit d'une vieille piste qui n'est pas loin d'atteindre les 100 ans. La bonne manière d'arriver à cette date est d'avoir un circuit au niveau de son Histoire. Si de l'aide pouvait arriver du gouvernement italien pour le circuit, ce serait décisif pour faire tout ce que nous souhaitons. Nous avons été en mesure de trouver un équilibre avec l'aide de la région lombarde, qui prend fin cette année et qu'il nous faut renouveler pour les années à venir."

Monza espère aussi disposer, en sa qualité de classique du calendrier, d'un statut quelque peu spécial de la part de Liberty Media et aimerait que le promoteur de la F1 ne se montre pas trop gourmand pour pouvoir préserver la manche.

"C'est une négociation très serrée, compliquée et difficile avec Liberty Media, qui a hérité de nombreux contrats très coûteux et insoutenables", estime Damiani, qui pense que le fait que l'organisation d'autres courses ne rapporte pas assez à Liberty impose à celui-ci de requérir des coûts d'organisation élevés. Ironique, lorsque l'on sait que Monza est l'une des épreuves du calendrier les moins rentables pour la F1, qui tente justement déjà de maintenir ce marché traditionnel et passionné, important en termes d'images, en un lieu culte.

"Je crois que l'accord que nous espérons sera conclu et qu'il sera extraordinairement important pour matérialiser les importants travaux que nous avons besoin de faire", conclut Damiani, illustrant l'adage de l'œuf et la poule, et estimant que l'accord du gouvernement italien pour apporter une aide financière dépend elle-même de l'engagement que pourra prendre la F1 vis-à-vis du futur du GP pour la région.  

 

 
Article suivant
Red Bull pense avoir repris son châssis en main

Article précédent

Red Bull pense avoir repris son châssis en main

Article suivant

La F1 veut une course urbaine en Chine

La F1 veut une course urbaine en Chine
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Italie Billets
Auteur Scott Mitchell
Soyez le premier à recevoir toute l'actu