Pourquoi Magnussen n'a pas été pénalisé à Suzuka

partages
commentaires
Pourquoi Magnussen n'a pas été pénalisé à Suzuka
Par : Benjamin Vinel
8 oct. 2018 à 08:23

Directeur de course de la Formule 1, Charlie Whiting explique les raisons pour lesquelles les commissaires n'ont pas pénalisé Kevin Magnussen au Grand Prix du Japon.

Kevin Magnussen s'est attiré de nombreuses critiques suite à un incident survenu au deuxième tour du Grand Prix du Japon. Alors que Charles Leclerc prenait l'aspiration de son rival dans la ligne droite des stands et se décalait vers l'intérieur, Magnussen a immédiatement fermé la porte. Leclerc a ainsi percuté la Haas par l'arrière, endommageant son aileron avant et provoquant sur la monoplace américaine une crevaison qui allait mener à son abandon.

Nombreux sont ceux qui jugent la défense de Magnussen trop agressive, bien que Günther Steiner, directeur de l'écurie Haas, ait pris la défense de son pilote. Selon Charlie Whiting, l'analyse de la vidéo montre que Magnussen n'a pas forcément réagi à la manœuvre de Leclerc mais a plutôt pris la même décision, quasiment au même instant.

Lire aussi:

"Si vous analysez les images avec beaucoup d'attention, ce que vous voyez, ce sont deux voitures qui accélèrent, Kevin qui ne bouge pas et Charles qui le rattrape, encore et encore", relate Whiting. "[Charles] décide d'aller à droite et, exactement au même moment – sur la vidéo, ça devait être l'image d'après –, Kevin change de trajectoire."

"Je pense qu'il est impossible de dire que Kevin l'a bloqué. C'est juste qu'il a pris la décision d'aller à droite une fraction de seconde après que Charles a pris la même décision. Il faut regarder la vidéo à plusieurs reprises et l'analyser en détail pour le voir, mais je pense que c'était juste malencontreux. Et je pense que c'était l'avis des commissaires."

Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18, Charles Leclerc, Sauber C37 et Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Kevin Magnussen, Haas F1 Team VF-18, victime d'une crevaison

Pourquoi Alonso a été pénalisé

Whiting est également revenu sur l'incident impliquant Lance Stroll et Fernando Alonso au premier tour. Les deux hommes abordaient la chicane au coude-à-coude lorsque Stroll a tassé Alonso dans l'herbe au freinage, ce qui lui a logiquement valu une pénalité de cinq secondes... mais le pilote McLaren est resté pied au plancher en coupant la chicane, si bien qu'il a franchi la ligne de départ/arrivée avec plus d'une seconde d'avance sur Stroll et a également été sanctionné.

"Pour les commissaires, ce qu'a fait Fernando était parfaitement clair", indique Whiting. "Il a coupé la chicane, a franchi le bac à gravier à pleine vitesse et est revenu en piste devant. Je pense qu'il était très clair qu'il avait tiré un avantage de sa sortie de piste." 

Lire aussi:

"Les commissaires ont estimé que Stroll avait tassé Fernando hors de la piste, mais ce n'est pas pour autant que Fernando était en droit de couper la chicane. Il n'aurait pas dû gagner de place en le faisant, mais en même temps, Stroll n'aurait pas dû le tasser hors de la piste. Ils ont donc estimé que chaque pilote devrait écoper de cinq secondes de pénalité pour des infractions séparées."

Pour le double Champion du monde, il y avait une solution très simple pour échapper à cette sanction : "S'il avait rendu la place, je ne pense pas que Fernando aurait été pénalisé", souligne Whiting. "Cela aurait été vite vu."

Propos recueillis par Jonathan Noble

 
Fernando Alonso, McLaren MCL33, hors piste derrière Lance Stroll, Williams FW41
Prochain article Formule 1
GP du Japon : ce qu'ont dit les pilotes

Article précédent

GP du Japon : ce qu'ont dit les pilotes

Article suivant

Vers un Grand Prix du Vietnam en 2020

Vers un Grand Prix du Vietnam en 2020
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Japon
Catégorie Course
Pilotes Kevin Magnussen
Équipes Haas F1 Team
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités