Renault : Des pénalités moteur "tactiques" pour une pleine puissance ?

Cyril Abiteboul a fait savoir que l’équipe Renault F1 est prête à considérer le cumul volontaire de pénalités moteur au cours de la saison 2018, afin de maximiser la performance de son unité de puissance.

Renault : Des pénalités moteur "tactiques" pour une pleine puissance ?
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS18
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport Racing, lors de la conférence de presse
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team RS18
Carlos Sainz, Renault Sport F1 Team R.S.18
Carlos Sainz, Renault Sport F1 Team R.S.18
Nico Hulkenberg, Carlos Sainz Jr., Renault F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Carlos Sainz Jr., Renault Sport F1 Team R.S. 18
Cyril Abiteboul, directeur général de Renault Sport F1 Team
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team R.S. 18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS18
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS18

Tous les motoristes ont désormais un grand défi à relever : cette année, la fiabilité sera encore plus cruciale que par le passé, et Renault sait, tout comme Honda, que son Talon d’Achille de la saison passée ne se trouve pas uniquement au niveau de la délivrance d’une puissance permettant de se placer au niveau de Mercedes-Benz et Ferrari.

Mais au lieu de tirer un trait, justement, sur cette performance que Renault a trouvée au cours de son intensif cycle de développement des mois passés, les compromis de la marque au losange pourraient se plus se trouver du côté de la collecte de pénalités à des moments stratégiques, permettant au team de libérer autant de puissance que désiré sur plus de courses et de mettre à jour les derniers gains en cours d’année, à l’heure où les motoristes doivent désormais opérer toute la saison avec uniquement trois unités de puissance (sept courses par moteur en moyenne). Renault pourrait ainsi décider de disputer la saison 2018 avec quatre moteurs ou plus.

"Je ne désire pas en dire trop à ce stade, car c’est encore très tôt, mais nous savions que cette règle arrivait. Nous savions ce qu’il nous fallait faire, et nous sommes encore ouverts à la meilleure façon de vouloir couvrir la saison", indique Cyril Abiteboul. "En particulier, nous n’assumons pas le fait de vouloir réduire la puissance potentielle du moteur à cause de la fiabilité ou du kilométrage. Nous regardons aussi attentivement l’évolution des règles en termes de pénalités sur la grille."

Des règles, donc, qui n’interdisent nullement à un motoriste d’utiliser un stock conséquent de pièces moteur, tout en sachant qu’une pluie de pénalités sur la grille peut vite changer la physionomie des week-ends de GP.

"Vous devez savoir que ça s’est un peu plus flexibilisé, que c’est un peu moins douloureux ; nous allons donc faire entrer ceci en tant que facteur dans la manière dont nous établissons les plans pour l’année en termes de production moteur, et possiblement de pénalités moteur si nous le devons ; ou si nous pensons que le faire peut procurer un avantage tactique."

Une base fiable pour délivrer la pleine puissance

Abiteboul indique que l’équipe d’usine prendra sa décision entre le terme des essais hivernaux et la première course, lorsque plus d’informations seront disponibles sur la performance et la fiabilité.

"Nous désirons établir une base, et en savoir un peu plus sur nous-mêmes, sur la performance du moteur tel qu’il est actuellement. S’il est mieux pour tout le monde d’utiliser quatre unités de puissance ou quatre V6 plutôt que trois, nous pourrions prendre cette décision. Mais il est vraiment encore trop tôt pour parler de cela."

Selon le directeur d’équipe français, Renault débutera la saison 2018 avec un niveau de performance similaire à celui de l’an dernier, mais sera en mesure de réaliser une utilisation plus élargie de cette performance grâce à une fiabilité améliorée.

"L’objectif cette année est tout d’abord de débuter la saison avec fiabilité, ce qui nous permettra d’utiliser le plein potentiel du moteur et qui est quelque chose que nous n’étions pas capables de faire l’an dernier. Cela signifie que du point de vue de la compétitivité et de la performance, le moteur devrait produire une meilleure puissance. Cela sera comparable à la fin de l’année dernière, lorsque nous utilisions son potentiel maximal, ce qui ne s’est pas produit en de nombreuses occasions, à part peut-être à Abu Dhabi", détaille-t-il.

"En voyant où nous étions l’an dernier en termes de fiabilité et l’évolution des règles, l’évidence est que ce doit être placé comme une priorité. Mais une nouvelle fois, le message-clé est qu’être fiable ouvre plus d’options en termes de performance. On ne peut pas [séparer] la performance de la fiabilité, les deux vont ensemble. Lorsque l’on travaille sur la fiabilité, on travaille en réalité aussi sur la performance."

partages
commentaires
Kubica refuse les comparaisons de chronos avec Sirotkin

Article précédent

Kubica refuse les comparaisons de chronos avec Sirotkin

Article suivant

Wehrlein abandonne l'idée de courir en Super Formula

Wehrlein abandonne l'idée de courir en Super Formula
Charger les commentaires