Rowland voit Kubica comme un rival pour 2018

Oliver Rowland a bien l'intention de décrocher le baquet de Jolyon Palmer chez Renault pour la saison 2018 de Formule 1, mais le Britannique va subir la concurrence de Robert Kubica, de Sergey Sirotkin et de Nicholas Latifi dans cette optique.

Malgré ses performances en Formule 2, où il est le principal rival du dominateur Charles Leclerc pour le titre, Rowland est en difficulté dans la bataille pour ce baquet, pour une raison très simple : tandis que Sirotkin est régulièrement au volant de la R.S.17 en essais libres et que Renault a confié cette monoplace à Latifi et à Kubica lors des tests privés du Hungaroring, Rowland doit se contenter de runs de démonstration avec la Lotus E20 de 2012, comme ce week-end, à l'occasion des Gamma Racing Days.

S'il s'en satisfait, l'Anglais ne peut cacher sa frustration, d'autant qu'en parallèle, Robert Kubica est véritablement la sensation du moment, ayant démontré un certain potentiel lors des essais hongrois malgré l'accident de rallye qui l'a privé d'une partie de la mobilité de son bras droit en 2011.

"Je pense que d'un point de vue neutre, pour tous ceux qui regardent, c'est une belle histoire", déclare néanmoins Rowland pour Motorsport.com. "C'était décevant pour lui, quand il s'est blessé. Il était en train d'atteindre le sommet de sa carrière. Je sais que tout le monde a beaucoup de respect pour lui et pour le pilote qu'il était, donc c'est bien de le voir de retour. De mon côté, je souhaite évidemment être en Formule 1 l'an prochain, donc qui sait ?"

"Les essais se sont très bien passés pour lui, et tout le monde a beaucoup de respect pour lui, c'est bon à voir. L'autre partie de moi veut y être aux dépens des autres, mais nous verrons."

Lorsque nous lui demandons s'il voit Kubica comme un rival pour 2018, Rowland répond : "Mon objectif est d'être en Formule 1 et je pense qu'il est sur la liste, non ? Donc sûrement, oui."

La F2 est la priorité

Lorsque nous lui demandons quelle est la prochaine étape dans son programme avec Renault, Rowland tempère : "Qui sait ? Ma priorité est évidemment la Formule 2. Avant de faire quoi que ce soit en Formule 1, je dois montrer que je suis capable d'y être, donc pendant la trêve estivale, je vais me concentrer à 100% sur ma préparation pour la Formule 2. Ensuite, qui sait ?"

"Je vais continuer à travailler dur. Et si des opportunités supplémentaires se présentent, je serai plus qu'heureux de les saisir."

Avec 50 points de retard sur Charles Leclerc à quatre meetings du terme de la saison, Rowland n'aura en tout cas pas la tâche facile pour le titre. Sa priorité ? Commencer à signer des pole positions pour mettre un terme à l'hégémonie du Monégasque en Course Principale. Or, Leclerc est invaincu dans l'exercice des qualifications, à l'exception de la manche hongroise, où il a été disqualifié pour une irrégularité technique.

"Je n'irais pas à la prochaine course si je pensais que je ne peux pas remporter le titre", affirme Rowland. "Cinquante points, pour être honnête, c'est ce qu'on peut marquer en un week-end, donc il suffit d'un mauvais week-end pour lui et d'un bon week-end pour moi. Tant que ce n'est pas joué, ce n'est pas joué, donc je travaille dur. Nous sommes partis du milieu de tableau – DAMS avait de grandes difficultés l'an dernier avec [Alex] Lynn et [Nicholas] Latifi."

"Nous avons travaillé vraiment dur sur la voiture avec les ingénieurs pour tout améliorer. Nous progressons à chaque course et je pense que nous sommes désormais les meilleurs en course. Il nous faut encore progresser en qualifications, donc nous nous focalisons sur ce domaine pour Spa. Espérons qu'une fois que nous pourrons commencer à marquer les quatre points de la pole, nous pourrons commencer à remporter les Courses Principales, comme nous l'avons fait à Budapest", conclut le pilote DAMS.

Propos recueillis par Erwin Jaeggi

 
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1 , FIA F2
Pilotes Robert Kubica , Oliver Rowland
Équipes Renault F1 Team
Type d'article Actualités