McLaren farouchement opposé à un test de Sainz avec Ferrari

Carlos Sainz a beau avoir le suffixe "Jr" dans son nom, il n'en est pas moins un pilote en activité en 2020 et n'a aucunement le droit de se présenter aux tests d'Abu Dhabi avec Ferrari en fin de saison, rappelle l'équipe McLaren, lassée par les tentatives de flexibilisation des règles de toutes parts !

McLaren farouchement opposé à un test de Sainz avec Ferrari

Andreas Seidl, directeur de l'équipe McLaren, insiste sur le fait que Carlos Sainz, qui quitte la structure de Woking en cette fin de saison pour rejoindre Ferrari, ne devrait absolument pas être autorisé à piloter pour l'équipe de Maranello lors des tests "jeunes pilotes" d'Abu Dhabi, en fin de saison… auxquels prend notamment part le vétéran sur le retour, Fernando Alonso.

La FIA a finalement autorisé les pilotes qui n'ont pas couru en 2020 à participer à ce qui était initialement prévu comme étant un test pour débutants, ouvrant ainsi la porte à Alonso chez Renault mais aussi au testeur et pilote de développement en simulateur de longue date Sébastien Buemi chez Red Bull. Robert Kubica, a lui aussi été autorisé à rouler chez Alfa Romeo.

Avant de tenter de faire vaciller les règles à son avantage, Ferrari était l'une des nombreuses équipes s'être montrées frustrées par la décision de la Fédération internationale de l'Automobile de laisser Alonso acquérir plus de connaissances de la Renault 2020. À tel point que l'équipe fait maintenant pression pour que Sainz soit autorisé à y participer lui aussi afin de prendre ses marques avec le team, alors que l'on sait que les tests d'intersaison seront extrêmement limités avant la saison 2021... sur décision commune des équipes et des instances dirigeantes.

Changer de team n'est pas un prétexte

Le pilote espagnol a déclaré jeudi qu'il sera contractuellement libre de tout engagement avec McLaren en date des tests après le GP d'Abu Dhabi et qu'il est impatient de participer à ces essais avec Ferrari. Si la FIA lui accorde la permission, il remplacera ainsi dans le baquet rouge le pilote de simulateur habituel Antonio Fuoco, qui doit en toute logique piloter l'une des deux voitures de l'équipe italienne. Néanmoins, Sainz n'a en théorie pas plus le droit d'y participer que ne l'aurait Daniel Ricciardo, qui arrive chez McLaren en provenance de Renault.

Tout comme Racing Point, McLaren a depuis longtemps décidé de faire l'impasse sur ces tests dans le but d'économiser de l'argent et du fait que l'équipe ne dispose pas en son sein pas d'un jeune pilote ayant besoin d'accumuler du kilométrage. À l'époque du choix de l'équipe de ne pas s'aligner, la possibilité de faire courir un autre pilote qu'un jeune était totalement exclue et McLaren n'avait alors pas tenté de faire pression pour tenter de faire rouler son nouveau pilote 2021 en provenance de Renault, Daniel Ricciardo.

Lire aussi :

Quelque peu consterné par le fait que Ferrari décide de tenter une telle pirouette avec Sainz dans une circonstance similaire, Seidl demeure catégorique sur le fait que l'Espagnol n'est pas éligible pour participer.

"Le règlement est clair, donc je ne vois pas comment Carlos pourrait piloter la voiture", martèle-t-il. "Pour nous, il est clair qu'en vertu du règlement en vigueur, nous ne pouvons pas y aller avec un pilote F1 en activité, et c'est pourquoi nous avons décidé [...], dès le mois d'avril, de ne pas participer à cette épreuve. Et pour l'instant, je pense que c'est toujours valable. De notre point de vue, il n'est pas prévu de faire ce test".

Le fait que Ferrari insiste pour obtenir une telle autorisation ouvre un écueil encore différent du traitement de faveur accordé pour le retour de Fernando Alonso, estime de manière compréhensible Seidl, qui compte désormais sur les instances pour poser des limites incontestables. "Il n'y a pas de place pour lui pour piloter une Ferrari car, malheureusement pour lui, les règles ne le permettent pas. C'est un test pour jeunes pilotes. [C'est] ce que dit le règlement. Et si quelqu'un d'autre en a décidé différemment, il n'y a rien que je puisse faire contre."

Même si le test était soudainement ouvert à tous les pilotes, McLaren ne pourrait pas y participer car le transport de son matériel et du personnel a déjà été organisé vers la base anglaise. "Encore une fois, nous n'avons pas l'intention de participer à ce test. Les règles sont assez claires, il n'est pas possible de faire le test avec un pilote de course actif. Je ne gaspille pas plus d'énergie sur ce sujet, et et nous n'en gaspillons pas plus non plus au sein de l'équipe."

McLaren respectera les règles établies en ne faisant rouler Daniel Ricciardo dans la McLaren que lorsque cela sera bel et bien autorisé. "Nous savons que nous avons assez à faire en nous concentrant sur nous-mêmes. Nous sommes impatients de faire monter Daniel [Ricciardo] à bord à partir de janvier : c'est un pilote expérimenté avec une équipe expérimentée, et je suis sûr que nous serons en bonne forme l'année prochaine".

Seidl déclare par ailleurs qu'il n'est pas nécessaire de demander à la FIA des éclaircissements sur la procédure des tests. "Je pense qu'il n'y a pas besoin d'autres clarifications, parce que c'était une règle unique pour cette année, que les équipes ont acceptée en avril, avec la FIA, lorsque la pandémie a commencé et dans le but d'économiser sur les coûts. C'est un ensemble de mesures qui ont été décidées en même temps que le fait de sauter un test l'année prochaine lors des essais hivernaux. C'était une situation unique pour cette année et je pense que pour l'instant, les règles pour l'année prochaine sont claires."

Comprendre : toute tentative de les flexibiliser représente aux yeux de ceux qui jouent le jeu une transgression inappropriée !

partages
commentaires
Verstappen et Sainz jugent "dangereuse" cette version de Sakhir

Article précédent

Verstappen et Sainz jugent "dangereuse" cette version de Sakhir

Article suivant

Renault : "Assez fort" que Racing Point s'oppose au test d'Alonso

Renault : "Assez fort" que Racing Point s'oppose au test d'Alonso
Charger les commentaires