Wolff et les "ravages" du métier de directeur d'équipe

partages
commentaires
Wolff et les "ravages" du métier de directeur d'équipe
Par :

En pleine réflexion quant à son avenir et à sa fonction au sein de l'écurie Mercedes, Toto Wolff ne cache pas le poids des responsabilités et des années sur sa vie personnelle.

L'avenir de Toto Wolff à la tête de Mercedes au-delà de la saison en cours reste mystérieux. De nombreuses rumeurs entourent l'Autrichien depuis plusieurs mois désormais, alors que son contrat avec le constructeur allemand approche de son terme, et la définition de son futur rôle se fait attendre. Car comme le révélait dernièrement Motorsport.com, Wolff devrait bien rester chez Mercedes avec des responsabilités importantes, mais à un poste qui lui permettrait de prendre un peu de recul et de ne pas assister à tous les Grands Prix. L'annonce ne devrait toutefois plus tarder…

Lire aussi :

L'an dernier, il a été question de le voir prendre la tête de la F1, puis au printemps son nom a circulé du côté de la future écurie Aston Martin. Wolff s'est toutefois montré clair sur le fait qu'il n'avait pas l'intention de quitter la firme à l'étoile, tout en admettant que le rôle de directeur d'équipe qu'il occupe maintenant depuis 2013 commençait à lui peser.

"J'adore cette équipe et je m'entends de manière fantastique avec Ola Källenius [PDG de Daimler]. Je crois que ma place est ici", rassure-t-il. "C'est juste que ces huit années en tant que directeur d'équipe ont fait des ravages, et c'est un sujet auquel je réfléchis. Il est important de prendre la bonne décision pour ma famille et pour moi-même, mais je peux vous assurer que je serai impliqué dans cette équipe d'une manière ou d'une autre."

Son propre avenir n'est pas l'unique objet des discussions actuelles. Toto Wolff doit également sceller la prolongation de contrat de Lewis Hamilton, qui a l'heure actuelle n'est engagé que jusqu'à l'issue de la saison. Cette question demeure toutefois davantage entre les mains du sextuple Champion du monde, si l'on en croit son patron.

"Nos relations sont fortes, dans la mesure où des relations professionnelles le permettent", précise Wolff dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport. "Nous sommes amis. Mais si je décidais de partir, il continuerait à gagner, car il y a énormément de bonnes personnes dans cette équipe. C'est juste que si lui devait partir, nous perdrions un grand pilote, mais Mercedes ne commencera pas à perdre des championnats tant que nous aurons la meilleure voiture et les meilleurs pilotes."

Alpine en F1 : Renault mise sur l'avenir, pas sur la nostalgie

Article précédent

Alpine en F1 : Renault mise sur l'avenir, pas sur la nostalgie

Article suivant

Virages à fond avec 5 g en latéral : voici ce que réserve le Mugello

Virages à fond avec 5 g en latéral : voici ce que réserve le Mugello
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Auteur Basile Davoine