Vettel : Ne faire qu'un seul arrêt "n'était pas une option"

Quatrième d'une course où il a longtemps figuré à la seconde position, Sebastian Vettel est passé une seconde fois par les stands pour changer de gommes, lui faisant perdre le podium.

Vettel : Ne faire qu'un seul arrêt "n'était pas une option"
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09 et Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari durant la parade des pilotes
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 and Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB14
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H aux stands
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H
Sebastian Vettel, Ferrari en conférence de presse
Départ : Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W09, devance Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W09, Kimi Raikkonen, Ferrari SF71H, Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 et le reste du peloton

Clairement pas dans le rythme de la Mercedes de Lewis Hamilton lors du début de course, l'Allemand et la Scuderia Ferrari avaient bien manœuvré au moment du premier passage par la pitlane, tout en profitant d'un arrêt lent de Valtteri Bottas, pour se maintenir en seconde position et minimiser la perte.

Cependant, au moment du déploiement de la Virtual Safety Car pour mettre à l'abri la Force India d'Esteban Ocon, arrêtée avant le virage 5, Vettel est de nouveau passé par les stands, pour chausser un autre train de pneus mediums. Cela lui a fait perdre deux places, le faisant ressortir derrière Max Verstappen, qu'il n'a jamais réussi à dépasser par la suite.

Interrogé après l'épreuve sur ce choix stratégique, le quadruple Champion du monde explique qu'il ne s'agissait en fait pas d'une décision mais d'une obligation : "Ce n'était pas une option de rester en piste, nous usions nos pneus plus vite que les autres aujourd'hui. Cela a l'air d'une mauvaise décision, mais c'était la bonne chose à faire."

La fin de course a semblé d'autant plus étonnante que Verstappen, au moment de la relance sous VSC, a brisé un morceau conséquent de son aileron avant en touchant l'arrière d'une Williams et choisi avec son écurie de rester malgré tout en piste.

Cela n'a pas vraiment permis à Vettel d'être suffisamment menaçant, sur un tracé où suivre une autre F1 est particulièrement ardu. "Même avec son aileron cassé. Ils peuvent faire pareil de l'autre côté aussi ! Nos pneus étaient plus frais, mais nous n'avions pas le rythme, il était plus ou moins aussi rapide. Même à la fin, je n'étais pas en bonne forme avec les pneus malgré le fait qu'ils soient les plus frais."

Pirelli apportait pour cette manche, et apportera lors des Grands Prix de France et de Grande-Bretagne, des pneus spéciaux avec une bande de roulement moins épaisse pour éviter les problèmes importants de cloquage rencontrés par la plupart des écuries lors des essais hivernaux sur cette piste resurfacée.

L'Allemand ne s'est pas trop étendu sur le sujet : "C'est dur de dire ce qui se serait passé sans le changement, mais dans l'ensemble, c'est un bon week-end. Nous devons juste comprendre les pneus."

partages
commentaires
Mercedes : "Rester humbles" après le premier doublé 2018
Article précédent

Mercedes : "Rester humbles" après le premier doublé 2018

Article suivant

Alonso : "Je pensais qu’il serait impossible d’inscrire des points"

Alonso : "Je pensais qu’il serait impossible d’inscrire des points"
Charger les commentaires