Casey Stoner très limité par ses problèmes de santé

L'ancien pilote australien Casey Stoner explique ne jamais être à plus de 60% de ses capacités, alors que des problèmes de fatigue chronique ont chamboulé son quotidien depuis plusieurs années.

Casey Stoner très limité par ses problèmes de santé

Retraité depuis neuf ans, Casey Stoner a longtemps gardé un lien étroit avec le MotoGP en assumant un rôle de pilote essayeur, quoique sporadique, avec Honda puis Ducati, mais une longue coupure s'est ensuivie. De retour dans le paddock ce week-end pour la première fois depuis trois ans et demi, l'Australien a répondu aux questions des journalistes réunis pour lui, et notamment pour donner des nouvelles de sa santé.

Il y a deux ans, il révélait souffrir de fatigue chronique, ce qui le privait de la moindre activité physique. Aujourd'hui, si la situation connaît des périodes de stabilité, ce mal n'a pas quitté le double Champion du monde MotoGP, âgé de 36 ans, dont le quotidien est toujours fortement impacté.

"Depuis la fin de mon rôle d'essayeur avec Ducati, j'ai eu la reconstruction de mon épaule, ce qui a été fantastique, mais j'ai connu d'énormes difficultés avec ma santé. J'en suis arrivé au stade où je n'ai pratiquement pas pu quitter le canapé pendant cinq mois", explique-t-il. "Passer du lit au canapé était mon exercice pour la journée. Je ne pouvais pas l'expliquer, on ne comprenait rien, mais je n'y arrivais tout simplement pas. J'étais dans une énorme difficulté, mentalement et physiquement."

"Ces trois dernières années, pratiquement quatre désormais, j'ai juste essayé de gérer la situation. J'ai essayé d'apprendre à conserver de l'énergie pour la journée, d'apprendre ce qui me faisait du mal sur le long terme par rapport à ce qui, sans nécessairement me faire me sentir mieux, réduisait les effets de mon souci", ajoute Stoner.

"À la fin de l'année dernière, vers décembre-janvier, j'ai commencé à me sentir un peu mieux. Je me suis dit que, certes, je n'en sortais peut-être pas mais que je pouvais gérer cela. J'ai commencé à réussir à faire quelques petites choses pendant la journée sans être trop fatigué ensuite pendant une semaine ou deux, ce qui était très excitant. Mais vers mars-avril, je suis à nouveau reparti à en arrière."

"Je suis un peu moins optimiste avec cette situation en ce moment", admet l'Australien. "J'essaye juste de voir jour après jour comment je me sens. Parfois je suis tout simplement extrêmement épuisé sans pouvoir l'expliquer, et d'autres jours je me sens un peu mieux, mais je ne suis globalement jamais au-delà de 60% de celui que je suis habituellement. J'ai dû apprendre à marcher pour aller partout, ce que je déteste parce que j'avais l'habitude de courir tout le temps. Maintenant je dois marcher, juste pour conserver de l'énergie et aller au bout de la journée."

Lire aussi :

partages
commentaires
Michelin confirme le choix "risqué" des Ducati à Misano
Article précédent

Michelin confirme le choix "risqué" des Ducati à Misano

Article suivant

EL2 - Fabio Quartararo confirme devant les pilotes Ducati

EL2 - Fabio Quartararo confirme devant les pilotes Ducati
Charger les commentaires