MotoGP
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
25 sept.
Warm-up dans
03 Heures
:
42 Minutes
:
20 Secondes
09 oct.
Prochain événement dans
11 jours
16 oct.
Prochain événement dans
18 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
25 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
39 jours
13 nov.
Prochain événement dans
46 jours
20 nov.
Prochain événement dans
53 jours

Un soupçon de chance fait entrer Oliveira dans l'Histoire

partages
commentaires
Un soupçon de chance fait entrer Oliveira dans l'Histoire
Par :

Miguel Oliveira a remporté sa première victoire MotoGP lors du Grand Prix de Styrie, plaçant par la même occasion le Portugal et Tech3 au sommet. Un moment historique pour le 900e Grand Prix MotoGP !

Premier Portugais à courir en MotoGP, Miguel Oliveira est entré un peu plus dans l'Histoire ce dimanche, devenu non seulement le libérateur de son pays mais aussi celui de Tech3. Sa victoire, arraché dans les ultimes instants du Grand Prix de Styrie, débloque les compteurs du Portugal et de l'équipe tricolore, tout en ôtant à KTM ses concessions… Un succès à grande responsabilité !

Pour le pilote, c'est tout bonnement la joie qui a pris le dessus à l'arrivée de la course. "Je suis heureux, fier ! Il y a de nombreuses raisons d'être heureux de cette journée : je gagne sur les terres de KTM et de Red Bull, c'est donc encore plus spécial, et puis bien sûr c'est la première pour moi", commente-t-il. "Je suis juste super content ! J'ai les pieds au sol mais ma tête vole un peu haut ! C'est un bonheur total, et pas seulement pour moi mais aussi pour ma famille et les fans portugais."

Lire aussi :

"Une pure joie d'y être enfin arrivé. Je l'ai vu venir il y a quelques courses, j'ai senti qu'on avait le potentiel de le faire et y être parvenu est un gros boost", admet-il au micro du site officiel du MotoGP, alors qu'un paddock tout entier salue également le premier succès MotoGP de Tech3. "Si vous regardez les noms des pilotes qui ont couru dans l'équipe, ils sont assez spéciaux, et pourtant aucun d'eux n'a été en mesure de gagner ! Je pense que j'avais déjà gagné une place spéciale dans leur cœur, mais maintenant je l'ai aussi au bureau !" sourit Oliveira, qui prenait son 150e départ mondial aujourd'hui.

Un changement de pneu bien pensé

Son potentiel ne faisait en effet aucun doute depuis le début de la saison, et ce mois d'août avait confirmé qu'il faisait partie des sérieux prétendants au même titre que ses collègues Brad Binder (déjà victorieux à Brno) et Pol Espargaró (passé tout près par trois fois). Mais pour arriver à ses fins, il a fallu à Miguel Oliveira une pointe de chance, d'abord en évitant la chute, lui qui a manqué l'arrivée deux fois en quatre courses, puis en tirant profit de l'interruption sur drapeau rouge.

"Je pense qu'on a fait du bon travail tout au long du week-end. J'ai eu de la chance d'avoir une deuxième chance en course, car j'ai pu changer de pneu avant et ça m'a permis d'être beaucoup plus compétitif pendant la seconde course", explique-t-il. "J'avais pris le medium et je ne pense pas que c'était le meilleur choix, mais une fois qu'on s'est arrêté j'ai mis le dur à l'avant et je me suis immédiatement senti mieux. Ça m'a permis d'être devant et de me battre pour le podium."

Bien placé, encore fallait-il que le pilote Tech3 réussisse à tirer son épingle du jeu dans le sprint qu'est devenue cette course, avec 12 tours seulement à parcourir après le restart engendré par la spectaculaire sortie de piste de Maverick Viñales. "Je ne pense pas qu'on puisse vraiment prédire quoi que ce soit sur une course de 12 tours. Il faut juste y aller, sans avoir à gérer les pneus ou le carburant. Ça a été une course facile de ce point de vue", explique-t-il.

Septième au moment de l'interruption, il a réussi son départ et s'est porté dans le trio de tête à mi-parcours, dans la roue des leaders précédents, Pol Espargaró et Jack Miller. "Je savais que Pol et Jack étaient très forts et je ne pense donc pas que j'aurais pu les passer proprement si la course avait continué. Mais Pol a commencé à fermer un peu plus les portes, Jack a essayé d'aller chercher la victoire dans les derniers virages, et j'ai su que j'allais pouvoir en tirer avantage."

Miguel Oliveira, Red Bull KTM Tech 3, Jack Miller, Pramac Racing, Pol Espargaro, Red Bull KTM Factory Racing

"Les derniers virages ont été assez fous. Ils ont tous les deux élargi et j'en ai tiré avantage pour gagner la course. C'était vraiment bien ! Je ne m'étais pas vraiment préparé jusqu'au moment où j'ai vu que c'était possible. […] Je suis resté prudent et malin, j'ai réussi à être à l'intérieur dans le dernier virage et j'ai passé la ligne d'arrivée en premier."

"Je pense que les émotions sont assez similaires pour quiconque gagne. C'est spécial parce que c'est la première pour moi. C'est du bonheur pur, de la joie, beaucoup d'adrénaline. Et puis, je ne le savais pas mais il y avait un commissaire portugais au virage 6 ! Il m'a donné un drapeau portugais, c'était sympa... Il m'a aussi donné une carte avec son numéro de téléphone, que j'ai perdu, je ne sais pas ce qu'il attendait !" sourit le 27e vainqueur du MotoGP, rattrapé jusqu'en Styrie par le bonheur de tout un pays.

Viñales sans freins : "J'ai décidé de sauter !"

Article précédent

Viñales sans freins : "J'ai décidé de sauter !"

Article suivant

L'adrénaline comme substitut aux antidouleurs pour un Zarco méritant

L'adrénaline comme substitut aux antidouleurs pour un Zarco méritant
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Styrie
Catégorie Course
Lieu Red Bull Ring
Pilotes Miguel Ângelo Falcão de Oliveira
Équipes Red Bull KTM Tech3
Auteur Léna Buffa