Petrucci : Losail, pas la meilleure piste pour les tests mais on fera avec

À quelques jours de ses premiers tours de roue avec la KTM, Danilo Petrucci est plus impatient d'enfin découvrir sa nouvelle moto qu'inquiet face au programme inhabituel des essais de pré-saison.

Petrucci : Losail, pas la meilleure piste pour les tests mais on fera avec

Assuré depuis plus de huit mois de son arrivée dans le groupe KTM, Danilo Petrucci ne peut masquer son impatience à l'approche de ses premiers tests avec la RC16, qui auront lieu la semaine prochaine. Car s'il a déjà eu l'opportunité de commencer à travailler avec son nouveau constructeur, il trépigne à présent à la perspective de passer des paroles aux actes.

"Malheureusement, ça a été une phase riche en réunions techniques et en séances en soufflerie, mais je n'ai pas encore pu monter sur la moto allumée", sourit-il, lui qui a malgré tout particulièrement apprécié l'attention que lui ont réservée les responsables de KTM lors de leurs premiers contacts.

Arrivé en Grand Prix en provenance des dérivées de la série, Petrucci a gravi tous les échelons les uns après les autres, mangeant son pain noir au guidon d'une CRT puis d'une Open avant de se voir confier une MotoGP pur jus, une Ducati. Passé par une machine satellite, puis une officielle alignée par le team Pramac, il a enfin intégré l'équipe d'usine du constructeur italien, où il a couru deux ans.

À 30 ans, c'est un long chapitre de six ans passés au guidon des Desmosedici qu'il referme, pour se lancer dans un nouveau défi. "Ce sera dur, c'est ce que je me suis toujours dit quant au fait de changer de moto après de nombreuses années, mais je suis juste curieux. J'ai signé ce contrat en juin 2020 et on devait initialement avoir des essais à la fin de l'année mais ils ont été annulés ; ensuite ils devaient avoir lieu en février et ils ont été annulés à nouveau, alors j'ai vraiment hâte de tester la moto en mars", assure-t-il aujourd'hui.

Lire aussi :

Les changements apportés au programme hivernal en conséquence de la crise sanitaire ont eu pour effet de retarder les tests, mais aussi de les limiter et de les concentrer exclusivement sur la piste de Losail, où se dérouleront également dans la foulée les deux premiers Grands Prix. Conscient qu'il va devoir rapidement faire ses preuves alors qu'il dispose d'un contrat d'un an renouvelable, le pilote italien sait que cet agenda inédit le prive d'opportunités précieuses, mais refuse néanmoins de partir vaincu d'avance et veut optimiser ce temps de piste pour réussir son adaptation à la RC16.

"J'ai été assez triste de ne pas pouvoir tester la moto en novembre, et surtout en février à Sepang, parce que Sepang est une piste très complète où l'on rencontre des conditions très difficiles pour piloter la moto. Il fait extrêmement chaud et la piste est très grasse l'après-midi. Ce sont donc les plus mauvaises conditions que l'on puisse trouver, mais les plus réalistes aussi parce que pendant la course il fait souvent très chaud et la piste est très grasse."

"On n'a que cinq jours. Pour moi, cinq jours sur la même piste c'est suffisant, surtout que l'on va faire les deux premières courses au même endroit. [Losail] n'est peut-être pas la meilleure piste pour tester à 100% tous les scénarios différents que l'on peut avoir pendant le championnat, parce qu'il ne fait pas extrêmement chaud et que l'on rencontrera des conditions très différentes. Par exemple, ça n'est pas une piste qui comporte de gros freinages, il n'y a pas de virages très étroits. Mais il faut faire avec."

"Je pense que c'est déjà une bonne idée d'essayer la moto là-bas pendant cinq jours, et on verra. C'est une piste que j'aime beaucoup. J'y ai toujours été rapide en essais mais je n'ai jamais pu faire une bonne course au Qatar alors il est temps d'y arriver cette année."

Rendez-vous est pris pour samedi prochain, premier des cinq jours d'essais collectifs au Qatar, qui fera suite à une journée réservée aux rookies et aux pilotes d'essais.

partages
commentaires

Related video

Nakagami prêt pour sa première victoire, mais pas seulement
Article précédent

Nakagami prêt pour sa première victoire, mais pas seulement

Article suivant

Quartararo/Viñales : la bataille pour le statut de #1 chez Yamaha

Quartararo/Viñales : la bataille pour le statut de #1 chez Yamaha
Charger les commentaires