Espargaró : Les commissaires ? "Une guerre qu'on ne peut pas gagner"

Aleix Espargaró a exprimé tout son dépit après avoir été deux fois poussé par Marc Márquez dans le virage 1 pendant la course disputée par le MotoGP à Spielberg dimanche, sans que les commissaires ne sanctionnent le pilote Honda.

Espargaró : Les commissaires ? "Une guerre qu'on ne peut pas gagner"

Aleix Espargaró a vécu une course cauchemardesque dimanche, lors du Grand Prix de Styrie. Si celle-ci s'est terminée prématurément avec une panne moteur, sa colère avait déjà été passablement attisée par plusieurs incidents survenus avec Marc Márquez. Mais, plus que le pilote espagnol, qu'il juge habitué aux confrontations musclées, Espargaró est apparu furieux contre les commissaires pour l'absence de pénalité à son égard.

Le pilote Aprilia prenait le départ depuis la septième place ce dimanche, ravi des performances de sa RS-GP sur une piste qui favorise pourtant les moteurs les plus puissants. Seulement, à chacun des deux départs, il a été obligé d'élargir dans le virage 1, poussé à l'extérieur par Márquez. Après avoir pris un coup sur le bras la première fois, un nouvel incident au second départ, après l'interruption au drapeau rouge, lui a cette fois fait perdre dix places.

"Marc, je ne vais pas lui faire de reproche. Ça ne sert à rien, Marc c'est Marc, ça fait dix ans qu'il dépasse comme ça à chaque course. Ceux que je veux blâmer c'est le panel de commissaires", a commenté Espargaró à l'issue de la course. "Je ne sais pas, peut-être qu'ils étaient en train de regarder le dernier jour des Jeux Olympiques. Je ne sais pas, c'est difficile à comprendre. Marc décide de ce qu'il fait en course, chacun est libre de faire ce qu'il veut, mais les commissaires doivent le pénaliser."

"La manœuvre… Pff, il n'y avait pas du tout de place ! Surtout la première fois, il m'a heurté très fort au niveau du bras et je suis sorti de la piste. Heureusement [que je suis sorti] d'ailleurs, parce que Rins se trouvait de l'autre côté et j'aurais pu mettre un sacré désordre. Et pareil à la deuxième course…"

Lire aussi :

"On verra si la direction de course va faire quelque chose", a-t-il poursuivi, s'insurgeant face à l'absence de sanction lorsqu'aucune chute ne survient. "Dans une manœuvre comme celle-ci, je pense que ça n'est pas difficile : on pénalise, c'est tout, c'est la raison pour laquelle on a un règlement. Ce qui me met en colère c'est qu'on pénalise quand un pilote fait tomber un autre. Mais il faut pénaliser l'action, quel qu'en soit le résultat. Aujourd'hui si j'avais heurté Rins et qu'on était tous les deux tombés, alors là on aurait été pénalisés. Mais vu que personne n'est tombé, il n'y a pas de pénalité ! Pourquoi avons-nous un panel de commissaires pour faire ça ? On n'en a pas besoin ! Bref, c'est la course."

Dépité, Aleix Espargaró s'est dit lassé par les innombrables reproches faits vainement à la direction de course et par l'absence de dialogue. "Franchement, je ne veux plus parler du panel de commissaires", a-t-il ajouté. "Je ne comprends rien à leur boulot. Il n'y a pas de communication entre les pilotes et le panel de commissaires. À chaque Commission de sécurité, tous les pilotes leur font des reproches, mais ils ne sont pas là, on ne peut pas leur parler et personne ne comprend les pénalités… C'est frustrant. C'est une guerre qu'on ne peut pas gagner. Sincèrement je suis en colère, parce que j'ai pris deux bons départs, surtout la deuxième fois où j'étais cinquième."

"Mais ce qui me met le plus en colère c'est de ne pas avoir pu finir la course à cause d'une panne moteur. C'est ça, le résultat final", a ajouté le pilote espagnol, passé à la neuvième place du championnat après ce troisième abandon. "Je suis plus en colère à cause de notre erreur à Aprilia et moi-même. Je n'ai pas pu finir la course à cause d'un problème technique, c'est ça qui me met le plus en colère."

Pour Aprilia, c'est un zéro pointé aujourd'hui, puisque Lorenzo Savadori a pour sa part été impliqué dans l'effrayant accident qui a causé l'interruption de la course. Il souffre d'une fracture de la malléole et devra être opéré.

Lire aussi :

partages
commentaires
Lorenzo Savadori souffre d'une fracture de la malléole
Article précédent

Lorenzo Savadori souffre d'une fracture de la malléole

Article suivant

Championnat - Quartararo augmente son avance sur Zarco

Championnat - Quartararo augmente son avance sur Zarco
Charger les commentaires