Un podium qui a la saveur d'une victoire pour Joan Mir

Suzuki a décroché son premier podium au Mugello dans la catégorie MotoGP, grâce à la troisième place que Joan Mir a réussi à arracher. La conclusion d'une course que le Champion du monde en titre a trouvée éprouvante.

Un podium qui a la saveur d'une victoire pour Joan Mir

Joan Mir a admis avoir connu l'une des courses les plus difficiles de sa carrière, dimanche au Mugello. Touché comme l'ensemble des pilotes par le drame qui a affecté le paddock avec l'accident mortel de Jason Dupasquier, le Champion du monde MotoGP a dû faire abstraction des événements pour prendre la piste et se lancer dans une course que par ailleurs il redoutait.

"Ce fut l'une des courses les plus difficiles de ma carrière", a-t-il admis auprès du site officiel du MotoGP. "Non seulement pour la difficulté de monter sur le podium ici, mais aussi pour ce qu’il s'est passé [samedi]. Je veux envoyer toutes mes forces à la famille de Jason. C'était vraiment difficile de prendre la piste parce qu'on est humains, on ressent les choses et on est aussi des pilotes. Il n’y a rien à dire. Je suis vraiment désolé de ce qu’il s’est passé."

"J'ai essayé d'être aussi concentré que possible, de faire mon job, et je suis très satisfait de ce qu'on a fait", s'est félicité le pilote Suzuki, qui a ainsi offert au constructeur son premier podium au Mugello dans la catégorie MotoGP. "L'équipe a très bien travaillé, j'ai pu progresser ce week-end, et trouver petit à petit un bon rythme et de bonnes sensations avec la moto. L'objectif est toujours le podium, mais on savait que ce serait très difficile sur cette piste."

Lire aussi :

Malgré l'arrivée d'une nouvelle configuration électronique visant à rendre la GSX-RR plus performante dans la longue ligne droite de la piste italienne, Joan Mir s'est à nouveau qualifié en troisième ligne, contraint de se confronter aux rapides Ducati et KTM pour remonter dans la hiérarchie. Et c'est ce qu'il est parvenu à faire.

Après avoir gagné trois places au départ, il s'est confronté à Jack Miller tout en devant mener une longue bagarre contre son coéquipier, Álex Rins, sur qui il a finalement pris l'avantage à la mi-course, puis il s'est lancé en chasse de Johann Zarco et de Miguel Oliveira. "Ces deux motos ne sont pas celles contre lesquelles je veux me battre dans le dernier tour, clairement ! Ils ont tous les deux fait du très bon travail", a souligné Mir, qui a finalement réussi à décrocher la troisième position et ne s'est heurté qu'à la KTM, qu'il a jugée particulièrement performante.

"Je crois que j'ai perdu un peu de temps avec Álex. Je récupérais du temps sur Jack, mais il m'a dépassé deux ou trois fois de façon assez agressive", a-t-il expliqué. "J'ai essayé de faire de mon mieux. [Álex] a réussi à dépasser Jack, puis j'y suis arrivé moi aussi et ensuite je l'ai passé. J'ai perdu quelques dixièmes et peut-être même quelques secondes, mais quand j'ai comblé mon retard sur Miguel et Zarco c'était assez difficile pour moi de dépasser. Je perdais beaucoup de temps dans le premier secteur et [notamment] dans la ligne droite, et puis Miguel faisait du super boulot, surtout sur les freins. Je n'avais pas beaucoup de chances de le dépasser, il emmenait pas mal de vitesse dans les virages et il était bon sur les freins. C'était donc difficile."

"Je suis vraiment heureux et satisfait du travail fait ce week-end. Je n’ai pas beaucoup brillé, mais j’ai montré un assez bon potentiel en pneus usés", a-t-il souligné. "Tout le travail que j'ai fait avec les pneus usés pendant le week-end a porté ses fruits en course. J'ai réussi à très bien contrôler les pneus, le patinage et tout, et ça m'a amené sur le podium. L'équipe a fait un excellent travail et je les remercie. On a tout donné et en fin de compte, terminer ici [sur le podium] c’est comme une victoire pour nous au Mugello."

Des pistes plus favorables arrivent désormais

Grâce à ce podium, le deuxième qu'il obtient cette saison, Joan Mir remonte à la cinquième place du championnat, où il se trouve désormais à 40 points du leader. Il estime cette troisième place importante et compte sur l'élan qu'elle va pouvoir lui donner en vue des manches suivantes. "C'est important, car cela donne de la confiance. Chaque podium donne de la confiance et, le plus important, cela apporte des points. Pour le moment, je ne regarde pas les points ou le championnat, je fais juste mes courses aussi bien que possible et [j'essaye] de monter sur le podium à toutes les courses. Il y a des courses qu'on va remporter en fournissant le même effort que sur celle-ci, voire moins !"

Lire aussi :

"En tout cas, un podium c'est très important, surtout celui-là. C'est quand même spécial de faire un podium au Mugello avec la Suzuki. Avec ce qui s'est passé [samedi et dimanche], c'était encore plus triste parce que je ne voulais pas fêter ce podium. Mais voir les tribunes vides, sans fumées jaunes − elles sont normalement pour Valentino [Rossi], mais puisque j'ai du jaune aussi, j'aurais pu croire que c'était pour moi ! − c'était déjà vraiment triste. Quoi qu'il en soit, c'est un podium, dont je suis très heureux."

Le pilote espagnol se tourne à présent vers des pistes qu'il voit plus favorables à la Suzuki. "Au final, on a deux podiums pour le moment et on va maintenant se rendre sur de meilleures pistes pour nous, alors je suis assez optimiste. Je pense qu'on sera de plus en plus forts et j'espère être tout le temps [sur le podium]. Je suis donc très content, merci à l'équipe pour son travail et maintenant cap sur Barcelone."

Avec Chloé Millois

partages
commentaires

Related video

Álex Rins : "Peut-être le pire moment de ma carrière"
Article précédent

Álex Rins : "Peut-être le pire moment de ma carrière"

Article suivant

Miller juge "inacceptable" la diffusion de la chute de Dupasquier

Miller juge "inacceptable" la diffusion de la chute de Dupasquier
Charger les commentaires