MotoGP
24 juil.
Événement terminé
14 août
Événement terminé
21 août
Événement terminé
11 sept.
Événement terminé
09 oct.
Prochain événement dans
15 jours
16 oct.
Prochain événement dans
22 jours
C
GP du Teruel
23 oct.
Prochain événement dans
29 jours
C
GP d'Europe
06 nov.
Prochain événement dans
43 jours
13 nov.
Prochain événement dans
50 jours
20 nov.
Prochain événement dans
57 jours

Laguna Seca 2008, une confrontation déterminante pour Rossi et Stoner

partages
commentaires
Laguna Seca 2008, une confrontation déterminante pour Rossi et Stoner
Par :

En bagarre pour le titre, Rossi et Stoner ont livré à Laguna Seca un combat passé à la postérité et que tous deux considèrent déterminant dans leur parcours.

De ses plus jeunes années à aujourd'hui, la carrière de Valentino Rossi a été émaillée de grands adversaires, des repères indispensables auxquels le #46 s'est confronté à la fois en piste et en dehors. Avec chacun d'eux, le parcours du Docteur a été marqué par quelques épisodes particulièrement forts, points d'orgue de son rapport électrique avec quiconque lui tenait tête. Parmi ceux qui sont passés à la postérité, il y eut notamment le Grand Prix des États-Unis 2008, la course qui incarne le mieux la féroce rivalité ayant opposé le pilote italien à Casey Stoner.

Lire aussi :

Sacré pour la première fois la saison précédente, Stoner faisait face à la volonté de revanche du maestro. À ce stade du championnat, celui-ci occupait la tête du classement mais il venait de voir son avance fondre de 30 points après trois victoires consécutives de l'Australien. Vint alors Laguna Seca, et Stoner poursuivit sur sa lancée en dominant chacune des séances d'essais et les qualifications, avec à chaque fois une très nette avance sur ses concurrents. En course, cependant, alors que Rossi prenait le départ à ses côtés, un duel acharné entre les deux hommes allait tout éclipser. Tous deux se sont frôlés sans relâche et ont enchaîné les attaques, jusqu'à une manœuvre contestée dans le Corkscrew où Rossi a pu sauver son dépassement en passant sur la terre. La lutte a pris fin lorsque Stoner a manqué une trajectoire et mordu la poussière, avant de remonter en selle pour sauver la seule place possible, la deuxième. Face au pilote Ducati furieux, dénonçant son agressivité, le #46 affichait alors sa fierté et s'en est allé embrasser le bitume du Corkscrew qui venait de fortement contribuer à sa victoire, sportive comme morale.

Aujourd'hui encore, Rossi cite ce Grand Prix comme sa deuxième course préférée, après celle de Welkom en 2004, pour la revanche qu'elle lui a permis de prendre et l'élan que ce succès lui a donné peu après la mi-saison. "En 2007 est arrivé celui qui devait me remplacer, à savoir Casey Stoner, le nouveau Valentino Rossi, qui m'a battu avec la Ducati. Mais j'ai alors fait un autre pari, celui de dire à Yamaha : 'Si vous me donnez les Bridgestone à moi aussi, je vais l'avoir, même s'il est plus jeune'. Laguna Seca a été ma revanche face à Stoner, la course qui m'a fait gagner le championnat", soulignait-il récemment auprès de La Gazzetta dello Sport. "Il était très rapide pendant les essais, il avait dominé, il partait de la pole… Le battre là-bas a vraiment été un moment fort de ma carrière."

Bien que battu ce jour-là, Stoner estime lui aussi que cet épisode a compté dans son parcours. "J'ai beaucoup appris de 2008. Je ne pense pas que je changerais quoi que ce soit, je ne changerais certainement pas ce moment parce que cela m'a donné énormément de motivation et de pouvoir pour le reste de la carrière", a-t-il expliqué dans sa récente interview pour le podcast Rusty's Garage. "Cela aurait pu m'affaiblir, mais au contraire ça a construit un vrai mur pour moi, ça m'a énormément endurci. J'ai appris à composer avec tout et cela m'a vraiment aidé pour les années suivantes, car rien ne pouvait vraiment m'affecter comme ça avait été le cas à l'époque. Et à partir de ce moment-là, j'ai eu plus de respect pour les pilotes autour de moi et j'ai pris conscience que si quelqu'un me battait, c'est qu'il avait été un meilleur pilote ce jour-là, il n'y avait rien que je puisse faire. Je m'en voulais à moi-même, pas à quelqu'un d'autre."

Valentino Rossi et Casey Stoner

Très conscient de la force que Rossi a pu tirer de sa confrontation à ses adversaires, Stoner sait qu'il a pu être une source de motivation pour le nonuple Champion du monde, cependant il n'exprime aucun regret, convaincu que cela l'a servi également. "Je pense que la rivalité a disparu dans les dernières années où j'ai couru, deux ou trois ans après cela il n'y en avait plus vraiment. La rivalité n'aurait jamais dû commencer, Valentino est celui qui l'a lancée. Il l'a fait avec quiconque s'est montré compétitif face à lui. Vous pouvez être les meilleurs amis, il peut être super amical avec vous, mais dès que vous commencez à le battre, il va essayer de vous casser, en somme, parce qu'il sait qu'il a les médias et tout le monde dans sa poche et il peut les utiliser pour créer des problèmes. Il est très, très intelligent sur ce point et j'ai beaucoup appris avec Valentino", souligne l'Australien. "Je pense que cette rivalité m'a vraiment construit pour le reste de ma vie. Je ne changerais ce moment pour rien au monde. C'est assez drôle maintenant de voir que les fans continuent à parler de ce moment-là. C'est le dernier que j'ai eu, à partir de là ça n'est plus arrivé. C'est la meilleure chose qui ait pu m'arriver dans ma carrière."

Rossi a besoin d'en faire plus ?

Si la rivalité entre les deux hommes s'était déjà estompée lorsque Stoner a raccroché, fin 2012, le temps a ensuite fait son œuvre pour laisser la place à un respect mutuel à défaut d'amitié. "Stoner a été un grand, il a toujours piloté à la limite même quand la moto n'était pas au point", salue Rossi. "Je le remercie beaucoup. Il a été un de mes grands adversaires, en termes de talent pur peut-être le plus fort de tous. Il a fait des choses impressionnantes durant sa carrière, même si elle a duré peu de temps. Mais quels coups d'éclat ! Cela a été difficile avec Stoner, d'autant qu'en termes de caractère il est assez dur. On ne s'entendait pas super bien, disons."

Lire aussi :

Contraint à une retraite précoce, Stoner reste un observateur attentif du MotoGP et a un avis bien tranché sur le cas de Rossi, toujours en activité à 40 ans mais en quête de titre depuis dix ans. "Je ne suis pas surpris qu'il continue. Je suis surpris qu'il continue avec les efforts qu'il investit", pointe l'Australien. "Je n'ai aucun doute quant au fait qu'il peut courir aux avant-postes, mais je ne vois pas l'effort être investi. Non seulement il se fait battre par tous les autres, mais il l'est par tous les autres sur la même moto et même sur des motos inférieures."

"Je ne sais pas s'il adopte une approche différente ou quoi. Une chose sur laquelle Valentino a toujours été claire, c'est qu'il ne va pas pousser une moto sur laquelle il n'est pas content. Il l'a dit : 'si la moto ne fait pas ce que je veux, je ne vais pas attaquer'. C'est là que lui et moi on était différents. Je tirais toujours tout ce que je pouvais d'une moto et c'est ce qui m'a fait aller de l'avant", souligne Stoner, qui exhorte désormais son ancien rival à réagir : "Il a fait grandir de super gamins. Il a vraiment besoin de commencer à apprendre de ces gars-là parce qu'ils commencent à le surpasser, et je ne crois pas qu'il soit trop vieux. Je continue à penser qu'il peut courir aux avant-postes et qu'il peut être un compétiteur, mais je crois qu'il a besoin de faire les choses un peu différemment. J'aimerais voir cela, j'aimerais voir plus de gens devant rivaliser avec Marc [Márquez], parce que personne n'est vraiment proche de rendre à Marc la monnaie de sa pièce pour le moment."

Lorenzo se souvient de Simoncelli: "Marco j'ai pleuré pour toi, tu étais le plus courageux""

Article précédent

Lorenzo se souvient de Simoncelli: "Marco j'ai pleuré pour toi, tu étais le plus courageux""

Article suivant

Márquez compte sur Crutchlow pour "donner un deuxième avis"

Márquez compte sur Crutchlow pour "donner un deuxième avis"
Charger les commentaires