Márquez "pas à 100%" mais prêt à se battre pour le podium

partages
commentaires
Márquez
Par :
Co-auteur: Willy Zinck
1 mars 2019 à 10:30

Content de la façon dont se sont terminés ses essais hivernaux, le pilote espagnol est optimiste en vue de la première manche de la saison, qui aura lieu la semaine prochaine au Qatar. Mais il sait aussi que la véritable hiérarchie du championnat se dévoilera un peu plus tard.

Marc Márquez se présentera la semaine prochaine sur le Grand Prix du Qatar à la fois comme l'homme à battre en sa qualité de tenant du titre, et comme celui dont le potentiel reste le plus mystérieux à l'issue des essais d'intersaison. Il faut dire que le pilote Honda n'a pas pu rouler en pleine possession de ses moyens en ce début d'année, limité par les conséquences de sa lourde opération de l'épaule, subie il y a trois mois. De fait, entre le manque de force et la douleur, il a dû se montrer très prudent et n'a jamais enchaîné plus de… neuf tours !

Lire aussi :

Pour autant, l'Espagnol avait suffisamment d'éléments pour dresser lundi soir un bilan positif quant à sa condition physique, convaincu de pouvoir compter sur son épaule sans limitation dans quelques jours, pour le week-end de course. "Je suis très content de la façon dont nous avons terminé le test. En Malaisie j’étais rapide mais je ne pouvais pas faire trop de tours, et ici j’ai fait un grand pas en avant du point de vue physique. Je pense que d’ici deux semaines j’en aurai fait un autre", pressentait-il au micro de Sky Italia à sa descente de la moto.

"Oui, je serai à 100% [au Qatar] et je suis content de pouvoir le dire. Il n’y a pas de 'peut-être'. J’ai une gêne mais elle ne m’empêche pas de piloter. L’an dernier j’ai fait toute la seconde partie de saison avec de la douleur et là je suis plus ou moins au même stade, mais l’épaule me paraît plus stable."

Des secteurs encore perfectibles

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Sur l'ensemble des trois journées d'essais réalisées à Losail, Márquez aura affiché une progression solide et constante, grimpant de la dixième place le premier jour à la quatrième aux temps combinés lundi. Pourtant, certains points restent à améliorer, comme l'avant de la Honda, encore trop sensible et qui avait déjà causé des problèmes à Sepang, mais aussi la vitesse de pointe, très importante sur le circuit de Losail. Autant de domaines sur lesquels doit se pencher son équipe pour bien figurer lors de l'ouverture du championnat.

"Au niveau de la vitesse de pointe nous avons progressé, vous avez vu... c'est quelque chose d'important", met en avant le pilote Honda. "Mais il nous manque encore de petites choses avec lesquelles nous avons rencontré des problèmes l'an passé. Nous travaillons encore en sortie de virage, pour trouver une meilleure traction. L'autre chose, c'est l'avant. Nous avons un peu changé le châssis mais nous devons encore le comprendre."

Autre motif d'alerte : sa chute lundi soir, lorsque les températures ont baissé. "Nous devons donc encore travailler pour comprendre pourquoi nous ne pouvons pas utiliser le pneu soft et pourquoi nous avons besoin de recourir au pneu dur", souligne-t-il.

Lire aussi :

Les points perfectibles semblent n'être que des détails à peaufiner, sans que le niveau de la RC213V officielle ait régressé par rapport à l'an dernier, alors que Márquez a justement été habitué à contourner diverses imperfections par le passé. Il retient donc surtout que, sur deux circuits qui favorisent la vitesse, sa Honda a bien tiré son épingle du jeu en ce début d'année, et il se sent désormais en confiance à l'heure d'aborder le Grand Prix du Qatar, prêt à en découdre.

"Je suis très content […] de la façon dont nous avons terminé la pré-saison", souligne-t-il auprès du site officiel MotoGP. "La prochaine fois que nous roulerons, ce sera au Grand Prix donc il va falloir bien travailler. Nous avons eu un très bon rythme, je pense que nous sommes prêts à nous battre pour le podium ici, au Qatar, et c’est très important car c’est un circuit sur lequel nous avons du mal."

La vérité sera révélée en course

Marc Marquez, Repsol Honda Team

Vainqueur une seule fois au Qatar depuis son accession en MotoGP (en 2014), Márquez avait l'an passé bataillé pour la victoire jusqu'au drapeau à damier contre Andrea Dovizioso, ne s'inclinant que d'un souffle. S'il s'attend à pouvoir se bagarrer la semaine prochaine, ce pourrait être pour un objectif un peu plus modeste. "Si on regarde les temps, je suis prêt à me battre pour le podium, on ne peut pas cacher la réalité", pointe-t-il auprès de la chaîne espagnole DAZN. "Je ne me sens pas encore à 100% avec la moto, il y a encore des choses qui nous échappent et il faut continuer à progresser. Pour ce qui est du rythme, je ne vois personne vraiment au-dessus donc je suis optimiste pour le Grand Prix, même si les conditions seront différentes."

Qui seront les hommes forts de ce premier Grand Prix, selon lui ? "Sur un tour, je vois Quartararo, Valentino [Rossi], Lorenzo qui a fait un bon tour également, mais sur le rythme, nous sommes deux ou trois, voire quatre. Les deux Ducati seront là, elles n’ont pas tout montré. Je mets donc les deux Ducati et Viñales. Pour le reste nous verrons. Ici la course se passe toujours en groupe", anticipe-t-il auprès de Sky Italia. Et de lancer, prudent : "Les deux Ducati semblent loin mais elles sont très proches, ils sont très malins."

Lire aussi :

Mais Márquez le sait pertinemment, une saison ne se gagne pas sous le drapeau à damier de Losail, et ce d'autant plus que les conditions dans lesquelles se déroule cette première manche du championnat sont très singulières. Il faudra donc attendre quelques semaines pour en savoir plus sur le niveau de compétitivité des uns et des autres.

"Lors de la pré-saison tout le monde est rapide, c'est vrai. Et lors de la première course tout le monde sera rapide, car tout le monde aura fait des tests. La réalité surviendra en Argentine, à Austin, à Jerez, où nous ne faisons pas d'essais", annonce-t-il. "Si vous faites une journée complète, vous pouvez piloter comme vous le voulez, et il est alors plus facile de faire un temps. Mais sur un week-end de course tout est tout de suite plus difficile. Nous verrons."

Avec Charlotte Guerdoux

Article suivant
Viñales et Rins, poil à gratter de Márquez au Qatar ?

Article précédent

Viñales et Rins, poil à gratter de Márquez au Qatar ?

Article suivant

Le nouveau système de pénalité adopté

Le nouveau système de pénalité adopté
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Pilotes Marc Márquez Boutique
Équipes Repsol Honda Team
Auteur Léna Buffa
Be first to get
breaking news