MotoGP
18 oct.
-
20 oct.
Événement terminé
25 oct.
-
27 oct.
Événement terminé
01 nov.
-
03 nov.
Événement terminé
15 nov.
-
17 nov.
Événement terminé

"Une erreur stupide" puis une chute incompréhensible pour Rossi

partages
commentaires
Par :
15 nov. 2019 à 17:49

Le pilote italien est tombé deux fois au cours de la première journée d'essais libres du Grand Prix de Valence. Piégé par un bitume particulièrement froid ce matin, il a plus de mal à comprendre sa deuxième chute.

Une fois n'est pas coutume, Valentino Rossi a subi deux chutes au cours de cette journée. Piégé dans deux virages à droite connus pour être traîtres, car ils suivent de longs enchaînements sur la gauche, le pilote Yamaha a par deux fois vu son pneu avant se dérober alors qu'il était sur l'angle. S'il a bien compris l'erreur qu'il a commise ce matin, il peine en revanche à saisir ce qui a pu le faire tomber en EL2 (voir la vidéo ci-dessus).

"La première chute est plus claire. Sur les données, si on regarde la température, le pneu n'était pas prêt. J'ai essayé d'arriver plus lentement mais malheureusement je ne l'étais pas assez et je suis tombé. Ça arrive", concède-t-il. "J'étais assez rapide et, franchement, j'ai fait une erreur stupide : j'avais le pneu soft à l'avant, mais j'ai attaqué un peu trop et je suis tombé."

"Cet après-midi j'ai donc essayé de rester plus calme, j'avais le medium à l'avant mais la chute a été plus forte parce que j'allais plus vite. Mais, surtout, ça s'est passé au bout de sept ou huit tours et je ne m'y attendais donc pas", admet Rossi. "On a regardé [les données], mais je n'ai rien fait de différent par rapport au tour précédent. Il est clair qu'ici avec le medium à l'avant tout le monde est très à la limite, car la température est très basse sur le bitume, et ce virage est très dangereux car on y arrive après beaucoup de virages à gauche. C'est le problème. Mais on va regarder ça plus en détail."

Lire aussi :

Les très faibles températures qui règnent sur Valence peuvent en effet expliquer en partie ces glissades, alors que le bitume était évalué à seulement 9°C ce matin et à peine à 17°C cet après-midi. "Pour moi, le problème n'est pas le pneu avant de Michelin, mais c'est le fait qu'on est le 15 novembre. Peut-être qu'il faudrait qu'on fasse cette course à Sepang, parce qu'ici c'est l'hiver !" pointe Rossi, qui ne remet pas en cause les gommes pourtant asymétriques qui sont fournies. "Sur le pneu avant Michelin, il y a une bonne différence entre la droite et la gauche. Le côté droit est très, très tendre, mais parfois ça n'est pas suffisant."

"Ici, à Valence, c'est toujours très dangereux sur la droite, il faut faire attention, surtout avec ces températures, très hivernales. […] La première chute, elle pouvait être évitée. J'avais de bonnes sensations avec la moto et j'ai été un peu trop optimiste, or ici ça ne pardonne pas. Surtout ce matin, où il y avait quelque chose comme 11°C sur le bitume, or habituellement avec ces températures, nos pneus restent au stand", ajoute le #46. "La deuxième fois je suis tombé assez fort alors j'ai eu de la chance de ne rien me faire. Mais ici c'est comme ça, il faut faire attention, et malheureusement aujourd'hui je n'ai peut-être pas fait assez attention."

Après cette journée compliquée par ces interruptions, Rossi n'occupe que la 14e position, ayant renoncé à se lancer dans un time attack en fin de journée. Son objectif est clair : se replacer dans le top 10 dès le début des EL3 samedi matin, afin d'accéder directement à la Q2. "Mon rythme n'est pas trop mauvais. C'est toujours assez difficile ici, à Valence, mais je me sens plutôt bien avec la moto", souligne-t-il. "Ce matin, avant ma chute, j'étais troisième, et cet après-midi j'étais entre la cinquième et la septième position. L'objectif est donc d'être dans ces positions. Il faut essayer de bien travailler, comprendre quels pneus utiliser, parce qu'aujourd'hui Maverick a été rapide avec le dur. Il faut faire attention mais tout dépend de demain matin. Il faudrait essayer de tout de suite prendre la piste et de faire un bon tour pour être dans les dix premiers."

Viñales en état de grâce

Maverick Vinales, Yamaha Factory Racing

De l'autre côté du stand, en effet, Maverick Viñales a connu une journée bien plus positive, lui qui s'est affirmé comme l'un des hommes forts en rythme de course. "Je me suis directement senti très bien sur la moto", se félicite le pilote espagnol, classé deuxième. "À Valence, en général, on a pas mal de difficultés au niveau du rythme, surtout ces dernières années. Mais nous sommes arrivés avec une toute nouvelle mentalité et avec une moto totalement différente. Je me suis directement senti vraiment bien, ce matin quand il faisait froid et cet après-midi avec le vent, y compris avec le pneu hard."

"C'est important d'être rapide sur des circuits différents, qu'ils soient rapides ou lents on est là et c'est la clé pour continuer le processus", se réjoui Viñales, qui estime bénéficier de la solide série de courses outre-mer qu'il a réalisée. "Pendant la tournée asiatique, j'ai bien plus compris comment piloter la moto, et piloter trois semaines de suite c'est toujours bien pour s'améliorer. Je me suis amélioré moi-même mais la moto aussi a un peu progressé, et elle me donne beaucoup plus de confiance, surtout à l'avant."

Avec Michaël Duforest

Article suivant
Un bon time attack pour Quartararo, mais un rythme à travailler

Article précédent

Un bon time attack pour Quartararo, mais un rythme à travailler

Article suivant

Márquez prépare la course, mais aussi 2020

Márquez prépare la course, mais aussi 2020
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries MotoGP
Événement GP de Valence
Catégorie EL2
Lieu Valencia
Pilotes Valentino Rossi Boutique , Maverick Viñales Ruiz Boutique
Équipes Yamaha Factory Racing
Auteur Léna Buffa