Portrait - Jeff Gordon, une fin de saison aux allures de film hollywoodien

Jeff Gordon, c’est la grande vedette d’une fin de saison de la NASCAR Sprint Cup qui semble avoir été concoctée par des auteurs de blockbusters hollywoodiens.

Portrait - Jeff Gordon, une fin de saison aux allures de film hollywoodien
Rick Hendrick and Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet
Le vainqueur Jeff Gordon, Hendrick Motorsports Chevrolet

Imaginez un instant : une grande vedette des courses de stock-cars aux États-Unis qui a une chance unique d’être sacré champion lors de sa toute dernière saison dans ce sport… C’est "Jours de Tonnerre" revu et corrigé, le scénario parfait à tous les points de vue!

C’est pourtant ce que vit Jeff Gordon, âgé de 44 ans. Le quadruple champion de la NASCAR Sprint Cup dispute sa dernière saison en carrière en 2015, et il possède une chance réelle d’être sacré champion à Homestead-Miami dimanche.

Contrairement à la majorité des autres pilotes de la NASCAR, Gordon n’est pas natif des traditionnels états du sud-est américains, terreau historique du stock-car, mais de la Californie, ce qui a fait froncer bien des sourcils quand il est arrivé en Cup à Atlanta en novembre 1992.

Coaché de main de maître par Ray Evernham au sein de l’équipe de Rick Hendrick, Gordon progresse à pas de géants. Sponsorisée par les peintures Dupont (devenues Axalta par la suite), sa Chevrolet N°24 arbore un arc-en-ciel multicolore qui fera sa marque de commerce et celle de ses équipiers, surnommés les ‘Rainbow Warriors’.

Il remporte sa première victoire en Cup au Coca-Cola 600 à Charlotte en 1994 après avoir démarré depuis la pole position. Il décroche son premier titre l’année suivante avec sept victoires.

Gordon sera sacré champion à trois autres reprises : en 1997, 1998 et 2001. Il s’est aussi classé deux fois deuxième et trois fois troisième au championnat. Au fil de ses 24 saisons passées en Cup, Gordon a décroché 93 victoires et a terminé 325 fois dans le top 5.

Le Californien, qui a commencé à courir en quarter midgets, est aussi un excellent pilote sur les circuits routiers. Il a d’ailleurs couru en Rolex Sports Car Series ainsi qu’en IROC (International Race Of Champions). En juin 2003, Gordon a même testé la Williams-BMW de Juan Pablo Montoya sur le circuit routier d’Indianapolis, sans avoir l’air ridicule.

En 2009, Gordon devient le premier pilote de la NASCAR à atteindre le plateau des 100 millions de dollars en gains, excluant ceux de ses sponsors personnels.

Gordon gère aussi une fondation destinée à soulager les enfants atteints d’un cancer. Il est aussi vigneron à ses heures et produit son propre vin californien.

Durant cette saison 2015 en dents de scie, Gordon et son crew chief, Alan Gustafson, n’ont remporté qu’une seule victoire, celle de Martinsville, qui lui a procuré son ticket pour la grande finale du Chase à Miami. Reste à savoir si le scénario de cette course a lui aussi été écrit par des auteurs de blockbusters hollywoodiens!

Saison 2015

Avouons qu’avant sa victoire à Martinsville, la saison 2015 de Jeff Gordon fut décevante. L’idée de la retraite commençait-elle à résonner un peu trop fort dans sa tête? Gordon et ses équipiers ont eu du mal à tirer leur épingle du jeu. Au cours des 10 premières courses, Gordon a réalisé trois poles, mais n’a obtenu qu’une troisième place comme meilleur résultat… Il a aussi connu deux courses fort décevantes à Indianapolis et à Watkins Glen.

Gordon termine la saison régulière en 13e place au classement. Par contre, les choses commencent à mieux aller dès le début du Chase. Il termine troisième à Talledega avant de décrocher la victoire à Martinsville et obtient ainsi son ticket pour la grande finale à Homestead-Miami.

"Ce fut une saison folle. Mais depuis le début du Chase, l’équipe a une meilleure attitude. La voiture est plus performante, notre exécution [des pit stops] est meilleure, nous communiquons mieux et nous obtenons de bien meilleurs résultats", déclare Jeff Gordon qui aura la chance de récolter un cinquième titre dimanche.

Jeff Gordon

Né le 4 août 1971
- Quatre fois champion de la NASCAR Sprint Cup (1995, 1997, 1998 et 2001)
- 93 victoires en Cup
- Troisième au nombre de victoires en carrière
- Trois fois vainqueur du Daytona 500 (1997, 1999 et 2005)
- Cinq fois vainqueur du Brickyard 400 (1994, 1998, 2001, 2004 et 2014)
- Trois fois gagnant du Sprint All-Star Challenge (1995, 1997 et 2001)
- A remporté 9 victoires sur des circuits routiers

partages
commentaires
Les statistiques favorisent Kevin Harvick

Article précédent

Les statistiques favorisent Kevin Harvick

Article suivant

Portrait - Kyle Busch, le come-back de l'année!

Portrait - Kyle Busch, le come-back de l'année!
Charger les commentaires