WSBK
31 juil.
Événement terminé
07 août
Événement terminé
C
Aragon I
28 août
Prochain événement dans
16 jours
C
Aragon II
04 sept.
Prochain événement dans
23 jours
C
Barcelone
18 sept.
Prochain événement dans
37 jours
02 oct.
Prochain événement dans
51 jours
C
Villicum
09 oct.
Prochain événement dans
58 jours
C
Misano
06 nov.
Prochain événement dans
86 jours

Melandri : "Faire de notre mieux, car personne n'est imbattable"

partages
commentaires
Melandri : "Faire de notre mieux, car personne n'est imbattable"
Par :
22 août 2017 à 18:00

En exclusivité pour Motorsport.com, Marco Melandri fait le point sur sa situation, alors que la saison de son retour à la compétition a d'ores et déjà été auréolée d'une victoire et qu'il a l'assurance de poursuivre l'expérience l'année prochaine.

La reprise du WSBK a été marquée par l'annonce du prolongement de contrat de Marco Melandri et Ducati pour la saison 2018. Une confiance à laquelle le pilote italien est particulièrement sensible et qui lui offre une importante opportunité de capitaliser sur l'expérience acquise cette année au guidon de la Panigale R. À 35 ans, et après une pause forcée, l'ancien vice-Champion du monde MotoGP et Superbike a encore de beaux restes et compte bien le prouver.

Le renouvellement de ton contrat doit te faire extrêmement plaisir, effacer les amertumes passées et te donner confiance en l'avenir.

L'idée de pouvoir exploiter l'expérience de cette saison avec la moto et avec l'équipe pour continuer à progresser l'année prochaine, c'est assurément quelque chose qui m'a manqué ces dix dernières années, où j'ai sans cesse changé de team et de moto. Ce renouvellement signifie que Ducati et l'équipe estiment que j'ai fait du bon travail et que j'ai de la marge de progression.

Par contre, pendant encore un an, vous disposerez d'une moto désormais arrivée en fin de course et Kawasaki pourrait se révéler encore une fois hors de portée. Comment trouve-t-on la motivation dans ces circonstances ?

C'est incroyable comme Kawasaki arrive à progresser, même de façon inattendue. À Laguna Seca, entre le samedi et le dimanche, ils ont fait un bond impressionnant, de quasiment une seconde au tour... Il est difficile de comprendre quel est leur véritable potentiel : n'oublions pas qu'après la seconde partie du championnat 2016, alors que Davies avait gagné tellement de fois, on pensait qu'en 2017 Chaz pourrait, peut-être pas dominer mais presque. Au lieu de ça, Kawasaki nous a une nouvelle fois étonnés, en renversant la situation. Alors on part en ayant conscience de la situation mais sans se sentir battus d'avance. En ce qui me concerne, j'estime que je n'ai pas réussi à m'exprimer à 100% et que j'ai encore une bonne marge qui découlera d'une connaissance toujours plus grande de la Panigale.

Qu'est-ce que cela signifie précisément ?

Je dois surtout travailler sur la mise au point quand les conditions de piste changent. À Laguna Seca, j'étais très rapide et régulier le matin, quand il faisait frais. En course, avec 15-20°C de plus au sol, j'ai eu des difficultés. Je dois comprendre quelles interventions faire sur la moto pour ne pas subir ces changements. Je n'ai pas encore trouvé les bonnes solutions pour mon style de pilotage, il me manque encore quelque chose. De ce point de vue, chaque test est très important parce que cela permet d'essayer des choses que l'on ne peut pas faire pendant les week-ends de course.

Marco Melandri, Ducati Team, fête sa victoire sur le podium

Est-ce que l'expérience de Chaz avec la Panigale t'a servi ?

Même si, outre le physique, on a des styles de pilotage différents, on a souvent des demandes similaires en termes de set-up et c'est un point qui joue en faveur de la moto. Son expérience m'aide donc, d'autant que mon rapport avec Chaz est excellent et on travaille avec un objectif commun.

Un objectif qui est de battre Jonathan Rea. Dans l'optique de 2018 comment le meilleur package pilote-moto du moment peut-il être battu ?

Difficile de faire quoi que ce soit avec quelqu'un qui fait deuxième quand sa journée se passe mal... Même quand il est sous pression, il ne commet que peu de fautes, parce qu'il a beaucoup de marge et il sait assurément gérer la situation. Le résultat, c'est une association incroyable, car Johnny s'adapte à la perfection à la Kawasaki et vice-versa. Mais il faut qu'on regarde ce qui se passe dans notre box et toujours faire de notre mieux, car personne n'est imbattable. Et puis j'ai une équipe vraiment fantastique, préparée et motivée. Avec Aligi Deganello [son ingénieur, ndlr], on s'entend à la perfection, et on va donc faire notre possible pour être prêts.

Comment as-tu changé par rapport au Marco Melandri du passé, qui passait sans cesse d'une équipe à l'autre ?

Les moments difficiles m'ont assurément aidé à grandir et ils m'ont surtout apporté beaucoup d'expérience. La chose positive qui m'a aidé à aller de l'avant, c'est de toujours savoir ce qui n'allait pas. Tant que l'on sait pourquoi les choses se passent mal et pourquoi les résultat n'arrivent pas, on ne doute jamais de soi et on arrive toujours à repartir avec la même conviction dans ses compétences.

Marco Melandri, Ducati Team

À quel point cela t'a-t-il aidé de fonder une famille ?

C'est absolument essentiel. Je pensais être la personne la moins adaptée de la terre au fait d'avoir une famille, mais quand on se retouve dans cette situation, on découvre des aspects de la vie qu'on n'aurait jamais imaginés. Manuela [son épouse, ndlr] a un cacractère positif, elle est souriante de nature et elle m'a énorémment aidé à dédramatiser. Et puis Martina [sa fille, ndlr] est arrivée au moment où les choses ont commencé à mal aller. Sans elles, j'aurais été plus mal, mais quand je refermais la porte de la maison, j'oubliais le monde extérieur et j'étais heureux.

Combien de temps continueras-tu à courir ?

Tant que je m'amuserai et que je pourrai apporter quelque chose à ce milieu.

Peut-être jusqu'à pouvoir courir avec la nouvelle quatre cylindres de Borgo Panigale en 2019 ?

Ça ne serait pas mal, on verra. Pour l'instant j'aimerais penser à laisser une trace sur les dernières saisons de la deux cylindres.

Un week-end plein pour Camier, qui fond sur Van der Mark au général

Article précédent

Un week-end plein pour Camier, qui fond sur Van der Mark au général

Article suivant

Jonathan Rea aimerait un nouveau contrat de 2 ans avec Kawasaki

Jonathan Rea aimerait un nouveau contrat de 2 ans avec Kawasaki
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries WSBK
Événement Lausitzring
Lieu EuroSpeedway Lausitz
Pilotes Marco Melandri
Équipes Ducati Corse Boutique
Auteur Marcello Pollini