WTCC - Citroën a travaillé dans tous les domaines

Engagé en Championnat du Monde des Voitures de Tourisme cette saison pour la première fois de son histoire, Citroën travaille depuis de très longs mois sur son projet

Engagé en Championnat du Monde des Voitures de Tourisme cette saison pour la première fois de son histoire, Citroën travaille depuis de très longs mois sur son projet. La C-Elysée a été mise en piste très tôt par rapport à ses concurrentes, et les essais se poursuivent encore. Pour la marque aux chevrons, le travail aérodynamique a été le plus important pour s'adapter à la règlementation 2014. Mais Xavier Mestelan-Pinon explique que bien d'autres domaines ont bien évidemment dû être travaillés, et que Citroën a d'abord tâtonné avant de trouver le meilleur compromis entre performance et fiabilité.

"Chaque point a nécessité une attention complète", souligne le directeur général-adjoint et directeur technique de Citroën Racing. "Si nous prenons l’exemple des suspensions, nous avons commencé à définir leur géométrie en partant de ce que nous connaissions de plus proche : la Xsara Kit-Car, une traction conçue pour l’asphalte. Pour autant, la vitesse ou les obstacles rencontrés par les deux véhicules sont très différents. Nous avons donc un peu ‘jardiné’ avant de parvenir à l’efficacité et à la fiabilité souhaitées."

Pour le moteur, c'est le programme exploité en rallye avec la DS3 qui a servi de support à Citroën.

"Sur le plan de la motorisation, notre tâche a été plus aisée. Le moteur de la C-Elysée WTCC est une évolution de celui conçu pour la DS3 WRC et qui est exploité pour la quatrième saison en rallye. Certaines technologies, comme le ‘fresh air’, sont moins sensibles en circuit et nous sommes vite arrivés à un résultat satisfaisant. Même avec la cinquantaine de chevaux supplémentaires, nous n’avons pas rencontré de problèmes de fiabilité majeure."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries WTCC
Type d'article Actualités