Loeb - "Ouvrir la route est bon pour nous"

Le nonuple Champion de monde WRC occupe la deuxième place, derrière son coéquipier Cyril Despres, du Silk Way Rally qui a basculé dans sa seconde moitié avec l'étape de lundi.

Loeb - "Ouvrir la route est bon pour nous"
#102 Peugeot: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#102 Peugeot: Sébastien Loeb
#102 Peugeot: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#102 Peugeot: Sébastien Loeb, Daniel Elena
#102 Peugeot: Sébastien Loeb, Daniel Elena
Cyril Despres, Sébastien Loeb, Peugeot Sport
#104 Peugeot: Cyril Despres, David Castera
#104 Peugeot: Cyril Despres
#100 Peugeot: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#100 Peugeot: Stéphane Peterhansel, Jean-Paul Cottret
#100 Peugeot: Stéphane Peterhansel
#103 Mini: Yazeed Al-Rajhi, Timo Gottschalk
#103 Mini: Yazeed Al-Rajhi

Contrairement à ses équipiers Despres et Stéphane Peterhansel qui les collectionnent sur cette épreuve ralliant Moscou à Pékin en passant par le Kazakhstan, Loeb n'a remporté aucune victoire d'étape jusque-là mais sa grande régularité lui vaut d'occuper la deuxième place à moins de dix minutes de l'ancien motard.

Si les deux autres pilotes Peugeot ont été plus rapides lors des spéciales sur lesquelles ils n'ouvraient pas la route, notamment en première semaine, tout comme Yazeed Al-Rajhi qui a remporté sur sa Mini la seule ayant échappé aux Peugeot, l'Alsacien se satisfait pour sa part de le faire sur les étapes de désert et/ou de pistes des derniers jours car cela lui permet, ainsi qu'à son copilote Daniel Elena, d'engranger de l'expérience.

On sait qu’on manque d’expérience mais on voit qu’on se positionne bien”, expliquait le pilote à l'arrivée de la dixième étape, mardi. “Je suis vraiment content de ce qui s’est passé aujourd’hui, on n'a fait que quelques petites erreurs. Le fait d’ouvrir la piste, c’est bien pour nous, on s’améliore de jours en jours.”

Pas de stratégie précise

À l'arrivée de l'étape précédente, lundi, Loeb déclarait que “si on peut arriver à Pékin avec le doublé Peugeot, on va le faire et jouer l’équipe.”  Mais même si la consigne donnée aux deux leaders doit être au moins de ramener chaque jour la voiture à bon port, l'écart n'est pas très élevé et bien des choses peuvent encore se passer.

Je n’ai pas réfléchi à une quelconque stratégie pour les prochaines étapes, c’est très dur de gérer quand t’es dans le feu de la course”, a expliqué Loeb. “On ne calcule pas, on se laisse porter. On va continuer à rouler vite, faire de belles spéciales et éviter les erreurs de navigation. Pour le reste on a notre assurance tout risque, la Peugeot #100 de Stéphane [Peterhansel]. C’est bon de le savoir derrière nous, au cas où.”

Le plus expérimenté, et de loin, des trois pilotes du Lion n'a plus aucun rôle à jouer au classement général après ses tonneaux de la cinquième étape (alors qu'il menait l'épreuve), mais poursuit en effet son bonhomme de chemin et, s'élançant derrière ses équipiers, a profité des quelques séances de “jardinage” de ces derniers - qui roulaient de concert - pour les doubler et s'imposer ce mardi.

Loeb fait aussi référence au rôle d'assistance dite rapide que peuvent jouer Peterhansel et son copilote Jean-Paul Cottret, comme lundi où ils l'ont aidé alors qu'il était resté coincé sur une dune. “C'est la première fois que je joue les porteurs d'eau”, a d'ailleurs fait remarquer le vainqueur du jour.

Essayer de ne pas se faire distancer par Sébastien Loeb, c’est une vraie tâche !”, a lancé Despres à l'arrivée. “On ne s’est fait prendre que deux minutes au général aujourd’hui mais c’était sport ! On était à bloc depuis qu’on a quitté le bivouac ce matin… à part pendant les quelques moments de jardinage.”

Ça a encore roulé très vite aujourd’hui, j’ai fait quelques pointes à 180 km/h. Ce qui est bien c’est que je me fais moins surprendre par les traces, j’arrive à anticiper, je gère quand il y a besoin de mettre moins de frein, plus de gaz. Avec David [Castera], on garde notre cap, on essaye de faire des spéciales propres et je me sens en confiance.”

Al-Rajhi en embuscade

Que les choses restent en l'état ou pas entre les deux 2008 de tête sur les quelque mille kilomètres chronométrés encore à parcourir (3000 en comptant les secteurs de liaison), l'équipage vainqueur du Silk Way Rally devrait de toute façon ouvrir son palmarès en rallye-raid à la fin de la semaine. Mais il faudra garder un œil sur Yazeed Al-Rajhi, qui a roulé une bonne partie de la spéciale de mardi sans direction assistée sur sa Mini mais compte moins d'une demi-heure de retard sur le leader et rêve sans doute lui aussi - même s'il n'a pour ainsi dire aucune chance de refaire son retard sans des soucis pour ses rivaux - de s'imposer pour la première fois sur une course longue distance.

partages
commentaires
Étape 10 - Peterhansel gagne, Loeb réduit l'écart

Article précédent

Étape 10 - Peterhansel gagne, Loeb réduit l'écart

Article suivant

L'étape 11 annulée en raison d'une tempête de sable

L'étape 11 annulée en raison d'une tempête de sable
Charger les commentaires