Le Dakar frappé par un accident mortel

Un chef mécanicien français de 20 ans a été mortellement blessé dans un accident de la circulation survenu sur la route d'assistance du Dakar 2022.

Le Dakar frappé par un accident mortel

En ce jour d'arrivée à Djeddah, au terme de la 12e et dernière étape, le Dakar 2022 est endeuillé par la mort d'un jeune chef mécanicien français qui participait à l'épreuve. Le drame est survenu sur la route d'assistance, dans un accident de la circulation impliquant une voiture de l'équipe PH Sport et un camion n'appartenant pas à la caravane de l'épreuve. 

Dans un communiqué officiel, les organisateurs ont annoncé le décès de Quentin Lavallée, qui était au volant, et indiqué que son passager, Maxime Frère, avait été blessé dans cet accident. 

"Ce matin vers 11h30, sur la route de liaison assistance, un accident impliquant un véhicule d'assistance et un camion local, selon les forces de police locales, s'est produit au kilomètre 234", précise l'organisation du Dakar. "Le pilote de la voiture appartenant au team PH Sport, Quentin Lavallée, de nationalité française, est malheureusement décédé dans l'accident. Il était âgé de 20 ans. Son passager, Maxime Frère, de nationalité belge, a été blessé et transporté au National Guards Hospital de Djeddah, où un bilan complet est en cours."

"Quentin occupait la fonction de chef mécanicien sur la 205 Turbo 16 engagée sur le Dakar Classic (n°726). À la famille, aux proches de Quentin, au team PH Sport, la caravane du Dakar présente ses condoléances attristées."

La douzième étape reliait Bisha à Djeddah ce vendredi pour conclure les deux semaines d'épreuve. Le Dakar Classic est organisé depuis l'an dernier par ASO en marge du rallye-raid et permet, parfois en empruntant un parcours différent de celui de l'épreuve phare, de faire courir des véhicules qui ont fait l'histoire du rallye par le passé. 

Cet accident mortel est le deuxième drame qui frappe le Dakar 2022 après l'explosion d'une voiture devant un hôtel de Djeddah le jeudi 30 décembre dernier, qui a gravement blessé Philippe Boutron. 

partages
commentaires
Al-Attiyah : "C'était vraiment difficile de gérer"
Article précédent

Al-Attiyah : "C'était vraiment difficile de gérer"

Article suivant

Loeb : "Il n'y a rien à se reprocher"

Loeb : "Il n'y a rien à se reprocher"
Charger les commentaires