Le Dakar cherche à éviter une "loterie" avec le roadbook

partages
commentaires
Le Dakar cherche à éviter une "loterie" avec le roadbook
Par :
Co-auteur: Sergio Lillo
3 janv. 2020 à 15:00

Après les critiques qui ont visé le roadbook l'année dernière, les organisateurs du Dakar 2020 cherchent à éviter une "loterie" qui serait provoquée par la navigation.

Les commentaires des pilotes après le Rallye du Maroc, également organisé par ASO et faisant office de test grandeur nature, ont poussé les organisateurs du Dakar à apporter quelques modifications à la philosophie de navigation. C'est ce qu'a expliqué à Motorsport.com David Castera, directeur de l'épreuve.

La publication du roadbook très peu de temps avant le départ – et non la veille – pour "au moins" quatre des 12 étapes de l'édition 2020 implique la nécessité d'y apporter davantage d'informations que les années précédentes. Auparavant, le roadbook contenait le minimum de détails, sachant que les concurrents y ajoutaient ensuite des informations supplémentaires grâce à leurs propres spécialistes en cartographie. En 2019, le roadbook avait suscité des critiques, son manque de précision étant notamment pointé du doigt par Carlos Sainz ou Daniel Elena, copilote de Sébastien Loeb

Lire aussi :

"Il est vrai qu'il y a eu plusieurs notes au Maroc où certains caps manquaient, et ça a modifié le classement", reconnaît David Castera. "Ce n'est pas ce que nous voulons ici. Nous avons fait des modifications car la difficulté doit être différente. Nous nous sommes trompés au Maroc, car nous avons fait comme avant, sans penser au fait que depuis qu'ils n'ont plus le roadbook la veille, ils ne peuvent pas apporter leurs modifications grâce à tout le travail effectué par les 'mapmen'. Je ne pensais pas que ça pouvait autant changer les choses, et nous avons eu tort. Lorsque nous le donnons le matin [le roadbook], tout change."

"Ici [en Arabie saoudite], de toute manière, la navigation est compliquée, car il y a énormément de pistes. Si vous voulez aller trop vite, c'est facile de se tromper. Au bout du compte, ce que je veux c'est une navigation difficile, mais pas une loterie. C'est très important, et certains le diront sûrement parce qu'ils sont perdus. Nous avons travaillé dur afin de compliquer la recherche du bon procédé pour tout le monde, que l'on parte premier ou dernier. Ils devront énormément se concentrer."

Le Dakar 2020 est le premier de l'Histoire à se dérouler sur le sol saoudien, où les organisateurs avaient formellement interdit les tests aux concurrents afin de ne pas créer d'iniquité. Néanmoins, Toyota et Mini X-raid ont pu contourner cette règle dans une certaine mesure, en participant à des épreuves qui avaient lieu en Arabie saoudite. 

"Personne n'a fait d'essais ici, certains ont pris part à des épreuves", confirme David Castera. "À moto, il n'y a eu personne, et en voiture c'était difficile car il y avait un conflit entre Toyota et Mini, qui ont des concurrents ici. Ils m'ont appelé pour en parler. Nous avons décidé de les laisser participer aux épreuves, mais nous avons reçu un email de tout le monde avec les gens qui ont voyagé et les endroits où ils ont couru. Nous avons contrôlé de cette manière. Si les gens voulaient courir, ils le pouvaient, mais pas faire de tests."

Article suivant
Mike Horn au départ du Dakar avec Cyril Despres

Article précédent

Mike Horn au départ du Dakar avec Cyril Despres

Article suivant

Alonso veut éviter une "erreur stupide", Al-Attiyah est "favori"

Alonso veut éviter une "erreur stupide", Al-Attiyah est "favori"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Dakar
Événement Dakar
Auteur Basile Davoine