Départ du GP de Chine - Kvyat convaincu que Vettel a tort

Après avoir regardé la vidéo du départ du Grand Prix de Chine, Daniil Kvyat est désormais convaincu de n’avoir rien fait de mal en attaquant la Ferrari de Sebastian Vettel.

Départ du GP de Chine - Kvyat convaincu que Vettel a tort
Daniil Kvyat, Red Bull Racing sur la grille
Podium : le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari et le troisième, Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12
Podium : le vainqueur Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 Team, le troisième, Daniil Kvyat, Red Bull Racing
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB12
Le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari dans le Parc Fermé
Podium : le deuxième, Sebastian Vettel, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari avec son équipier Sebastian Vettel, Ferrari dans le Parc Fermé

On se souviendra que la Red Bull de Daniil Kvyat a plongé à l’intérieur du premier virage, provoquant un accrochage entre les deux Ferrari de Sebastian Vettel et de Kimi Räikkönen. Après la course, Vettel a qualifié le Russe de "torpille"

Après avoir vu les images du départ, Kvyat est désormais convaincu d’avoir effectué une manœuvre de course, sans plus. Lors d’une rencontre avec la presse sur la piste de bobsleigh du complexe olympique de Sotchi, il souligne avoir été l’un des rares pilotes à ne pas avoir raté ce premier virage.

"La vidéo circule un peu partout. Il a donc fallu que je la regarde", a-t-il expliqué à Motorsport.com. "Ce que j’ai fait est ce que tout pilote combatif aurait fait. Je suis un compétiteur. En général, dans toute course automobile, tout peut arriver au premier virage. Il faut être prêt à tout. Les pilotes Ferrari étaient moins prêts et en ont payé le prix."

Personne ne contrôlait

Kvyat affirme que plusieurs de ses rivaux étaient hors contrôle au premier virage, car ils avaient freiné trop tard. Cette situation lui a permis de plonger à l’intérieur du virage.

"Dans la vidéo, on peut constater que je commence à freiner beaucoup plus tôt que n’importe qui d’autre", explique-t-il. "Tout le monde est entré en vrac dans le virage. Cela a ouvert l’intérieur. De plus, le grip est très réduit à l’extérieur. Au contraire, la trajectoire intérieure offre beaucoup d'adhérence. C’est tout ce que je peux dire."

"Nous avons tous des points de vue différents de l’affaire. Trois pilotes ont été impliqués et il est bon d’en discuter. Ça appartient désormais au passé. Mais c'était un bon moment de Formule 1."

Nerfs à fleur de peau

Malgré son explication tendue avec Vettel avant la cérémonie du podium, Kvyat affirme qu’il n’y a aucune rancune, ni animosité entre les deux hommes.

"En fin de course, les nerfs sont à fleur de peau. Ça me rassure qu’un quadruple Champion du monde puisse régir de cette façon. Il est bon de s’expliquer", affirme le Russe. "Je n’ai aucune idée de ce qu’il dira à ce sujet maintenant, mais tout de suite après la course, les émotions sont vives. C’est tout à fait normal. Il m’a donné son point de vue, je lui ai donné le mien. Nous nous traiterons toujours avec respect. C’est très bien comme ça. Il n’y a aucun problème entre nous et si l'occasion se présente, je referai exactement la même chose."

Kvyat ajoute que, pour lui, l’affaire est terminée et si l’Allemand désire en reparler, il le fera avec plaisir. Interrogé pour savoir s’il devait lui reparler de l’incident, Kvyat répond : "Non, je ne vois pas pourquoi. S’il veut m’en parler, OK, mais pour moi, c’est très clair. Je suis toujours prêt à discuter."

Sous les projecteurs

Kvyat rappelle avoir effectué plusieurs fois des manœuvres semblables au cours de sa carrière, mais c’est la première fois qu’il le fait avec les leaders d’une course.

"Vous savez comment est la F1… Ça a toujours été comme ça. J’ai souvent effectué des manœuvres similaires durant ma carrière, mais cette fois, j’étais sous le feu des projecteurs. J’ai toujours tenté de profiter des ouvertures qui se présentaient à moi, surtout en monoplace quand les pilotes savent très bien qu’il ne faut jamais laisser la porte ouverte. Selon moi, tous les pilotes savent qu’il ne faut jamais faire cela", termine le Russe. 

Présentation vidéo du GP de Russie

partages
commentaires
Comment Williams est passé maître des arrêts au stand

Article précédent

Comment Williams est passé maître des arrêts au stand

Article suivant

Palmer - Après la Chine, "ce n'était pas beau à voir" chez Renault

Palmer - Après la Chine, "ce n'était pas beau à voir" chez Renault
Charger les commentaires