Dixième à Spa, Ericsson attend Monza "avec impatience"

partages
commentaires
Dixième à Spa, Ericsson attend Monza
Par : Basile Davoine
27 août 2018 à 08:25

Dans les points à l'arrivée du Grand Prix de Belgique, Marcus Ericsson se félicite du rythme de progression d'une équipe qu'il espère convaincre de le garder en 2019.

Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37, et Brendon Hartley, Toro Rosso STR13
Marcus Ericsson, Sauber C37, aux stands
Marcus Ericsson, Sauber C37, et Sergey Sirotkin, Williams FW41
Marcus Ericsson, Sauber
Marcus Ericsson, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37 et Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37

Passé à travers le chaos du premier virage à Spa-Francorchamps – chance que n'a pas eue son coéquipier Charles Leclerc –, Marcus Ericsson n'a ensuite pas cédé un pouce de terrain pour mener sa Sauber dans les points à l'arrivée. Dixième sous le drapeau à damier, le Suédois signe son quatrième top 10 de la saison, le troisième en cinq Grands Prix.

"C'était une très bonne course", se félicite-t-il au micro de Sky Sports. "J'ai pris un bon départ, j'ai fait un bon premier tour, je me suis tenu à l'écart des problèmes. Ensuite, je me suis bien battu avec la Williams au début et la Toro Rosso ensuite. C'étaient de belles batailles avec Brendon Hartley, nous nous sommes doublés plusieurs fois et j'ai fini par prendre l'avantage. Je le connais depuis longtemps, je sais que je peux me battre de façon dure mais juste avec lui."

Lire aussi :

En Belgique, la C37 s'est montrée particulièrement à l'aise sur un tracé à haute vitesse, et son moteur Ferrari – doté de sa troisième spécification depuis la Hongrie – n'y est certainement pas étranger. De quoi rendre impatiente l'écurie helvétique pour le rendez-vous de Monza en fin de semaine, avec la ferme intention de signer un gros résultat dans le temple de la vitesse. Surtout que le développement chez Sauber est une réussite depuis le début de l'année.

"Nous attendons Monza avec impatience, c'est un circuit qui devrait bien nous convenir", ne cache pas Marcus Ericsson. "Nous étions compétitifs ici même si nous n'avons pas eu de chance en qualifications. En course, notre rythme était bon. Nos attentes sont élevées pour Monza."

"Au début de l'année, nous avions un concept si nouveau d'un point de vue aérodynamique et mécanique que nous étions un peu perdus au niveau des réglages, mais nous avons travaillé dur et bien progressé lors des premiers week-ends. Nous nous sommes concentrés sur le train arrière de la voiture, il est beaucoup plus stable désormais, cela nous donne confiance. C'est impressionnant de voir à quel point nous l'avons développée depuis les premières journées d'essais."

Pour Ericsson, le point accroché à Spa ce week-end est d'autant plus important que la question de son avenir n'est toujours pas réglée. Le baquet du Suédois, en plus de ne pas être garanti, devient très convoité et pourrait faire l'objet de candidatures supplémentaires, liées à l'agitation qui règne actuellement sur le marché des transferts.

Souffrant de la comparaison face au brillant rookie Charles Leclerc, Ericsson estime avoir redressé la barre : "Je pense que les derniers week-ends en date étaient meilleurs. J'étais compétitif en qualifications, et nous faisions jeu égal en course. Quelques dixièmes font une énorme différence quand c'est si serré en milieu de tableau. Il faut que je continue à progresser."

Prochain article Formule 1
Haas réduit l'écart sur Renault, Grosjean s'en félicite

Previous article

Haas réduit l'écart sur Renault, Grosjean s'en félicite

Next article

Vandoorne : McLaren n'a "pas progressé du tout" en 2018

Vandoorne : McLaren n'a "pas progressé du tout" en 2018
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Catégorie Course
Lieu Spa-Francorchamps
Pilotes Marcus Ericsson
Équipes Sauber
Auteur Basile Davoine
Type d'article Réactions