Ferrari pas fan des concessions pour de nouveaux constructeurs F1

Le directeur de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto, n'est pas certain qu'il faille offrir des concessions aux potentiels nouveaux entrants en F1, alors que l'hypothèse de l'arrivée de Porsche/Audi prend de plus en plus corps.

Ferrari pas fan des concessions pour de nouveaux constructeurs F1

Les parties prenantes de la Formule 1 discutent désormais depuis des mois de la prochaine génération d'unités de puissance, qui devrait faire son arrivée en discipline reine à l'horizon 2026. Le MGU-H, pièce la plus complexe de l'ensemble actuel et qui récupère l'énergie générée par la chaleur, semble devoir être la première victime de ces négociations.

Cette situation a renforcé l'intérêt du groupe Volkswagen, qui envisage une arrivée via Porsche ou Audi. D'autant plus que des concessions potentielles ont été évoquées pour s'assurer que tout constructeur qui rejoindrait le championnat ne soit pas en position trop difficile vis-à-vis des motoristes déjà présents depuis plusieurs années, et qui ont donc plus d'expérience avec les moteurs turbo hybrides.

Toutefois, pour le directeur de la Scuderia Ferrari, Mattia Binotto, même si tout nouvel arrivant devra "partir de zéro" et qu'une tolérance pourrait être accordée du côté des dépenses d'investissement, il ne devrait pas y avoir de passe-droit sur le plan opérationnel. "Sur d'autres ressources comme les heures de banc d'essai ou les dépenses d'exploitation, je ne suis pas trop sûr [au sujet des concessions]."

"Si vous êtes un nouveau venu, vous avez un avantage venant du fait que vous vous concentrez uniquement sur le développement à venir, alors que nous, en tant que constructeurs en place, devons partager nos efforts entre les opérations en cours et ce qui sera nouveau. Je pense que la suppression du MGU-H, qui a été acceptée, implique que c'est un tout nouveau projet pour tout le monde."

"Il s'agit donc de repartir de zéro pour tout le monde, et je ne pense pas qu'ils seraient désavantagés. Je pense qu'ils ont des compétences en matière de carburants renouvelables, ils ont des compétences en matière de technologie électrique. Je ne suis pas certain qu'ils manquent de compétences pour défier les constructeurs actuels."

Récemment nommé vice-président du sport automobile de Porsche, Thomas Laudenbach a déclaré il y a peu que les conditions du retour de sa marque en F1 étaient en train de "se concrétiser", tout en avertissant ne pouvoir se permettre "d'attendre trop longtemps" pour décider d'un engagement. L'entreprise évolue cette possibilité depuis un certain nombre d'années et a même été jusqu'à préparer un projet moteur pour 2021 avant que la refonte de la réglementation en la matière ne soit écartée.

Andreas Seidl, actuel directeur de McLaren en F1 mais qui a longtemps supervisé le département compétition de Porsche, menant le firme au succès en Endurance via le LMP1, a déclaré au sujet des concessions potentielles : "Mon approche a toujours été que même en tant que nouveau venu, par exemple lorsque nous sommes arrivés au Mans, je ne voulais aucune concession."

"Parce que je veux me mesurer aux concurrents sur un pied d'égalité. Je suppose que vous devez accepter, lorsque vous arrivez dans une discipline ou dans d'autres sports, que cela peut prendre du temps pour développer cette compétitivité."

"En même temps, je n'ai aucun doute sur le fait qu'avec le calendrier qui est tracé, lorsque nous verrons les réglementations se mettre en place, qui que ce soit qui entrera en F1 aura assez de temps et, je suppose, de connaissances et de savoir-faire, [et que] ces nouveaux constructeurs pourront être dans une position raisonnablement compétitive dès la première année."

Lire aussi :
partages
commentaires
La sécurité des vibreurs "boudins" mise en cause après des blessures
Article précédent

La sécurité des vibreurs "boudins" mise en cause après des blessures

Article suivant

L'instabilité météo pourrait faire pencher la balance à Interlagos

L'instabilité météo pourrait faire pencher la balance à Interlagos
Charger les commentaires