Russell : Les pilotes vont être timorés s'il y a trop de pénalités

Pour George Russell, trop de pénalités ont été imposées lors des dernières courses de F1, une tendance dont il craint qu'elle amène les pilotes à être trop prudents.

George Russell a été pénalisé de trois places sur la grille de départ après son accrochage avec Carlos Sainz dans le premier tour des Qualifications Sprint du GP de Grande-Bretagne. Même si la FIA a ces dernières années tenté d'adopter une approche suivant la philosophie "Let them race" ("laissez-les se battre"), cet incident et celui du lendemain entre Lewis Hamilton et Max Verstappen ont amené à des sanctions.

Russell a d'ailleurs expliqué que le fait que cet incident survienne dans le premier tour a été un argument soulevé par le clan Williams devant les commissaires. "C'est ce dont nous avons discuté", a-t-il répondu lorsque Motorsport.com l'a interrogé sur sa pénalité. "Je pense que c'est toujours une bonne chose pour les fans et même pour les pilotes d'avoir des courses serrées et acharnées."

"Je pense donc que lorsqu'il y a autant de pénalités distribuées, cela change un peu le point de vue des pilotes, la façon dont ils les abordent, et personne ne veut rester là et être prudent, parce que ce ne sera divertissant pour personne."

Lire aussi :

Russell a suggéré que le contact relativement léger avec Sainz a attiré l'attention des commissaires parce qu'il a coûté de nombreuses places au pilote Ferrari. "Je pense que [la pénalité] était un peu dure. Ce n'était qu'un incident de premier tour, il se passait beaucoup de choses. Vous savez, j'ai eu un petit blocage, il n'y avait rien de malveillant."

"Je n'essayais pas de le serrer ou quoi que ce soit. Et je pense que si ça avait été n'importe quel autre virage, il aurait simplement continué, peut-être même devant moi. On nous dit donc que les conséquences d'une action ne sont jamais prises en considération. Mais j'ai eu l'impression que dans ce cas précis, c'était le cas. Mais je respecte la décision. Au bout du compte, ce sont eux qui établissent les règles, donc nous devons nous en tenir à leurs opinions."

Lorsqu'on lui demande si les commissaires sont globalement plus sévères en 2021, ce que Michael Masi a lui-même confirmé en indiquant que cela répondait à une demande des pilotes, il répond : "Eh bien, ce n'est que lors des deux dernières épreuves que les pénalités ont vraiment augmenté. Aucun d'entre nous ne veut voir des pénalités infligées semaine après semaine.

"Donc oui, nous devons comprendre leur point de vue sur ce sujet. Il y a toujours une marge étroite entre une pénalité et une autre. Et peut-être que c'est juste une coïncidence, ces deux dernières courses, qu'il y en ait eu plus que d'habitude."

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
C'était un 27 juillet : l'histoire tragique du dernier triomphe de Berger

Article précédent

C'était un 27 juillet : l'histoire tragique du dernier triomphe de Berger

Article suivant

Verstappen s'est rassuré physiquement avec une simulation de 24h

Verstappen s'est rassuré physiquement avec une simulation de 24h
Charger les commentaires