Avertissement et excuses : Horner explique sa "frustration"

Directeur de Red Bull Racing, Christian Horner a reçu un avertissement des commissaires pour des propos jugés offensants à Losail.

Avertissement et excuses : Horner explique sa "frustration"

Convoqué par les commissaires sportifs du Grand Prix du Qatar, Christian Horner a présenté des excuses et regretté son attitude. Il s'est expliqué après ses propos tenus à l'encontre des commissaires de course, qualifiant l'un d'entre eux de "malhonnête" au micro de Sky Sports avant la course de Losail. Des commentaires qui ont fait suite à la pénalité de cinq places infligée à Max Verstappen sur la grille de départ pour non respect d'un double drapeau jaune. 

"Il y a eu certains commentaires de faits, je crois, lors de notre interview tout à l'heure, où vous m'avez interrogé sur les commissaires", a reconnu le directeur de Red Bull Racing en revenant devant le micro de Sky Sports. "Et je tiens à préciser que les commissaires font un travail merveilleux, merveilleux. Ce sont des bénévoles et ils font un travail formidable. La frustration que j'ai exprimée n'était pas contre les commissaires mais contre les circonstances. Alors si j'ai offensé quelqu'un, je m'en excuse évidemment. Mais c'est toujours frustrant de se retrouver dans la situation que nous avons connue."

Les commissaires sportifs ont infligé un "avertissement officiel" à Christian Horner après l'avoir reçu, précisant les excuses qu'il avait présentées ainsi que sa proposition de participer au Programme International des Commissaires FIA en février prochain. Le tout a été accepté "sans réserve" par le collège des commissaires. 

"J'ai parlé avec la FIA", confirme Horner. "J'ai présenté mes excuses pour toute offense qui aurait pu être faite, car ce n'était pas mon intention. Ma frustration n'était pas contre un commissaire individuellement. C'était une situation où une voiture était passée, il n'y avait pas de drapeau jaune. Une voiture a reçu un simple drapeau jaune, une autre un double drapeau jaune. C'est donc l'incohérence de tout ça. Nous pouvons en tirer les leçons. Au niveau de la discipline, nous pouvons apprendre, mais concernant les commissaires : nous avons besoin de vous, nous pensons que vous faites un travail merveilleux. Et toutes mes excuses si quelque chose d'offensant a été interprété."

Le Britannique réfute toute idée d'une tension grandissante à cause du contexte de lutte pour le titre, qui exacerberait plus facilement ses propos, à l'heure où les émotions des directeurs d'équipe, y compris chez Mercedes, semblent mises à rude épreuve. Il a d'ailleurs fait allusion au comportement de Toto Wolff la semaine dernière à Interlagos. 

"Je pense que nous avons en fait été assez bons pour gérer nos émotions", estime-t-il. "Je n'ai pas montré du doigt et juré devant les caméras, ou ce genre de choses. Je suis franc. Je vous dis ce que je pense. Si je pense que vous êtes un connard, je vous le dis."

Lire aussi :

partages
commentaires
Jamais menacé, Hamilton s'est senti "assez seul"
Article précédent

Jamais menacé, Hamilton s'est senti "assez seul"

Article suivant

Alonso 3e : Ocon "aussi heureux" que s'il était sur le podium

Alonso 3e : Ocon "aussi heureux" que s'il était sur le podium
Charger les commentaires