Le top 8 n'est pas suffisant pour Haas

À l'issue des deux premiers Grands Prix de la saison, Haas F1 Team occupait une étonnante cinquième place au championnat des constructeurs.

Le top 8 n'est pas suffisant pour Haas
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16
Romain Grosjean, Haas F1 Team
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team
Günther Steiner, Haas F1, Team Principal
Esteban Gutierrez, Haas F1 Team VF-16

Lors des manches suivantes, l'écurie américaine a peiné à réitérer ses bons résultats, et a rétrogradé au huitième rang de la hiérarchie. Cependant, bien que Haas ait quitté Monaco les mains vides, la course en Principauté a mis du baume au cœur à l'écurie.

"Les essais de Barcelone, après le Grand Prix d'Espagne, nous ont permis de reprendre confiance dans ce que nous faisions", explique Günther Steiner, directeur d'équipe. "En Chine et en Russie, nous peinions à trouver la bonne fenêtre de fonctionnement des pneus. Maintenant, nous avons plus confiance en notre package. Nous sommes de retour là où nous étions en début de saison."

Les pilotes sont également très optimistes, bien que Romain Grosjean n'ait marqué que quatre points lors des quatre dernières courses et qu'Esteban Gutiérrez n'ait pas encore ouvert son compteur.

"La voiture réagissait bien mieux à ce que nous faisions, et à mon style de pilotage", estime Grosjean. "C'était bien, c'était une bonne direction. Nous sommes revenus à des réglages plus courants, et nous avons travaillé à partir de là."

"Plus nous connaissons la voiture, plus je me sens à l'aise et confiant", renchérit Gutiérrez. "À chaque fois que nous prenons la piste, je connais une meilleure direction à suivre avec les réglages."

Le pilote mexicain apprécie tout particulièrement le Circuit Gilles Villeneuve : "J'aime toutes les chicanes parce qu'on peut bien utiliser les vibreurs, c'est très enthousiasmant. J'ai vraiment hâte d'y aller et de prendre le volant."

La confiance pour freiner

Que les pilotes Haas aient retrouvé confiance dans leur voiture sera crucial à Montréal, sur un tracé où freiner tard est primordial.

"Le principal, c'est la confiance du pilote en les freins", souligne Günther Steiner. "Plus de confiance, c'est plus de rapidité. Il leur faut avoir confiance en le fait que les freins vont toujours fonctionner de la même façon au même endroit au même moment. C'est le plus important. L'équipe peut surveiller l'usure avec la télémétrie, donc en cas de danger, nous pouvons prévenir le pilote à la radio qu'il a un problème."

Quant à la huitième place actuellement occupée au championnat, elle aurait peut-être été considérée comme inespérée il y a trois mois, mais elle n'est pas source de satisfaction.

"Nous faisons toujours de notre mieux. Nos résultats sont difficiles à prédire, car les autres marquent des points, eux aussi. Bien sûr, nous gardons un œil sur les points. Nous sommes huitièmes et voulons faire mieux que ça, et nous faisons de gros efforts pour y parvenir", conclut Steiner.

partages
commentaires
Red Bull met "plus de pression que jamais" à Mercedes
Article précédent

Red Bull met "plus de pression que jamais" à Mercedes

Article suivant

Button optimiste pour Montréal malgré la faiblesse de Honda

Button optimiste pour Montréal malgré la faiblesse de Honda
Charger les commentaires