Leclerc ne va pas prendre de "risques stupides" face à Renault

partages
commentaires
Leclerc ne va pas prendre de
Par : Benjamin Vinel
28 oct. 2018 à 15:00

Après les accidents dont il a été victime lors des deux derniers Grands Prix en date, Charles Leclerc ne compte pas changer d'attitude au départ, mais se montrera néanmoins prudent dans la lutte face à Renault.

Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Sauber C37
Charles Leclerc, Alfa Romeo Sauber C37

À Mexico, Sauber F1 Team a réalisé l'un de ses meilleurs résultats de la saison en plaçant ses deux monoplaces en Q3, avec Charles Leclerc neuvième et Marcus Ericsson dixième.

Malgré ses performances habituelles, voilà trois courses que Leclerc n'a pas marqué de points, victime d'un incident polémique avec Kevin Magnussen au deuxième tour du Grand Prix du Japon, tandis qu'il a été percuté par l'autre Haas, celle de Romain Grosjean, dès le premier tour à Austin.

Le Monégasque ne compte pas changer d'approche pour autant, même s'il reconnaît qu'il ne fera pas preuve d'une témérité superflue dans la lutte avec les Renault qui monopolisent la quatrième ligne de la grille de départ – le Losange occupe la quatrième place du championnat des constructeurs, tandis que Sauber est neuvième, à la lutte avec Toro Rosso pour la huitième position.     

Lire aussi:

"Franchement, le week-end dernier, au départ, je ne pouvais rien faire", commente Leclerc. "Le week-end d'avant, ce n'était pas au départ, mais un peu plus tard, et encore une fois, je ne pense pas que j'étais en faute. Je ne me vois pas changer quoi que ce soit pour l'instant. Bien sûr, je ne vais pas prendre de risques stupides, car Renault n'est pas une équipe contre laquelle nous nous battons au championnat. Je vais avoir la même mentalité que lors des autres départs."

Le pari des hypertendres

Les Renault et les Sauber prendront le départ de la course sur le très fragile composé hypertendre, dont la faible durée de vie pourrait engendrer des arrêts au stand dès le cinquième tour, alors que Force India, derrière, s'est volontairement laissé le choix entre ultratendres et supertendres en ne chaussant pas les gommes à bandes roses en Q2. "Nous y avons pensé, mais nous avons décidé de ne pas prendre de risque et de rechercher la performance maximale", explique Leclerc.

Par conséquent, la pluie pourrait être un allié bienvenu pour Sauber : "Ce serait bien pour nous, car nous ne devrions pas prendre le départ en hypertendres." Les risques de précipitations sont actuellement supérieurs à 60% pour la course.

En cas de piste sèche, Leclerc ne désespère pas de donner du fil à retordre aux Renault : "Si nous prenons un bon départ et faisons un bon premier tour, tout reste possible, car il est possible de dépasser sur ce circuit, et ils sont sur le même composé pneumatique que nous. Ce sera plus difficile de résister à ceux qui seront sur un composé plus dur que nous, mais nous ferons le maximum."

Propos recueillis par Scott Mitchell

Article suivant
La panne "inhabituelle" de Bottas ne menace pas Hamilton

Article précédent

La panne "inhabituelle" de Bottas ne menace pas Hamilton

Article suivant

Ocon satisfait malgré des qualifications paradoxales

Ocon satisfait malgré des qualifications paradoxales
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Mexique
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Sauber
Auteur Benjamin Vinel
Type d'article Actualités