Räikkönen admet mettre "trop de temps" à être performant

partages
commentaires
Räikkönen admet mettre
Valentin Khorounzhiy
Par : Valentin Khorounzhiy
19 avr. 2017 à 16:12

Kimi Räikkönen a reconnu qu'il mettait "trop de temps" à s'habituer à la Ferrari SF70H, ce qui lui fait perdre du terrain par rapport à son coéquipier Sebastian Vettel.

Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Kimi Raikkonen, Ferrari
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Felipe Massa, Williams FW40
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H, Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Felipe Massa, Williams FW40, Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF70H

Alors qu'il concurrençait Sebastian Vettel en fin de saison dernière, dans une campagne certes difficile pour Ferrari, Kimi Räikkönen est pour le moment distancé par son coéquipier, après les trois premiers Grand Prix. Non seulement le Finlandais compte deux fois moins de points que l'Allemand (34 contre 68), mais il a été devancé systématiquement en qualifications comme en course jusqu'à présent.

La tendance s'est confirmée le week-end dernier à Bahreïn, où le Champion du monde 2007 a terminé loin de l'autre Ferrari, menée par un Vettel qui compte déjà deux victoires tandis que Räikkönen n'est pas encore monté sur le podium.

"Franchement, ça prend trop de temps", admet Räikkönen quant à son adaptation à sa monoplace. "On est supposés s'y habituer immédiatement, et ce n'est évidemment pas le cas. Il y a beaucoup de raisons, mais lors de la course [en Chine], ne pas piloter le premier jour n'a pas aidé. Quand on rencontre des problèmes, on veut au moins du temps de piste."

À Melbourne comme à Shanghai, Räikkönen a fait face à un sous-virage qu'il déteste. Ces problèmes ont persisté à Bahreïn dimanche dernier, même s'ils étaient moins importants.

"Je suis plutôt content de la voiture désormais", assure-t-il. "J'ai le sentiment que nous faisons absolument les bonnes choses. Et en course, je sentais que la voiture était très bonne, mais j'ai tout gâché dans le premier tour, ce qui nous a mis dans une position difficile."

Placé sous la pression du président de Ferrari, Sergio Marchionne, dès le deuxième Grand Prix de l'année en Chine, Räikkönen affirme que les progrès sont là, même si cela ne s'est pas traduit par des résultats concrets.

"Ce sont seulement des petites choses maintenant ; dans l'ensemble, nous sommes à peu près là où nous voulons être. Nous devons juste affiner certaines choses", insiste-t-il. "Je ne crois pas que ce soit des grosses choses, mais évidemment, ça nous a affecté. Ça prend trop de temps, mais personne ne se plaint, c'est mon boulot."

"Globalement, oui, nous sommes bien plus satisfaits, mais je ne peux pas être très heureux du résultat de ce week-end. C'est une vision d'ensemble. Quand on regarde, c'est assez décevant."

Prochain article Formule 1
Les tests de Ferrari tronqués par une coupure générale dans le garage

Previous article

Les tests de Ferrari tronqués par une coupure générale dans le garage

Next article

Essais Bahreïn, J2 - Bottas en tête, McLaren sans le moindre problème !

Essais Bahreïn, J2 - Bottas en tête, McLaren sans le moindre problème !

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Kimi Räikkönen Shop Now
Équipes Ferrari Shop Now
Auteur Valentin Khorounzhiy
Type d'article Actualités