Le crash de Verstappen va coûter 1,5 M€ selon Red Bull

Red Bull envisage toujours d'agir contre la pénalité infligée à Lewis Hamilton pour l'accrochage avec Max Verstappen, qui aurait causé 1,5 million d'euros de dégâts.

Après l'accrochage de Max Verstappen et Lewis Hamilton dans le premier tour du Grand Prix de Grande-Bretagne 2021 de F1, le Néerlandais a perdu le contrôle de sa monoplace qui est allée percuter un mur de pneus au fond du dégagement de Copse. La force de l'impact a été mesurée à 51 g.

Si le Néerlandais, sonné mais indemne après avoir passé des examens de contrôle dans un hôpital, a pu sortir lui-même de sa monoplace, cette dernière a bien entendu été grandement détruite dans le choc. Hamilton a de son côté été jugé "principalement" responsable de l'incident et pénalisé de 10 secondes, ce qui ne l'a pas empêché de gagner la course.

Lire aussi :

Près d'une semaine après cette manche qui a déjà fait couler beaucoup d'encre, le clan Red Bull Racing refuse de désarmer. Si Christian Horner, le directeur de l'écurie autrichienne avait indiqué après la course que son équipe avait le "droit" d'agir pour contester la pénalité jugée légère infligée au Britannique, il était sceptique sur les chances qu'une telle action soit couronnée de succès.

Dans un billet sur le GP de Grande-Bretagne pour la site officiel de Red Bull, et malgré des opinions pour le moins partagées sur l'incident, le dirigeant de la structure de Milton Keynes a réaffirmé son opinion selon laquelle Hamilton s'en était tiré à bon compte avec la sanction reçue. Aussi, l'équipe envisage toujours la possibilité de demander un réexamen de l'affaire.

"Ce n'est pas un secret que nous pensions sur le moment, et pensons toujours, que Hamilton a reçu une pénalité légère pour ce type d'incident. Compte tenu de la gravité de l'incident et de la pénalité clémente, nous examinons toutes les données et avons le droit de demander une révision. Nous continuons donc à examiner les preuves et à considérer toutes nos options sportives."

Red Bull ne peut pas directement interjeter appel de la décision des commissaires qui a infligé la pénalité de 10 secondes au pilote Mercedes, mais peut – comme Ferrari l'avait par exemple fait pour la pénalité de Sebastian Vettel au GP du Canada 2019 – demander le réexamen de l'incident si l'écurie apporte un nouvel élément de preuve "significatif et pertinent" dans les 14 jours suivant la décision.

Lire aussi :

Si Verstappen est ressorti sans blessure grave de l'accident, tout en se sentant "comme après avoir fait quelques rounds avec [le boxeur] Tyson Fury", on ne peut pas en dire autant de sa RB16B, réduite à l'état d'épave. Le baquet a par exemple été brisé par la force de l'impact. Si Helmut Marko, conseiller Red Bull, a d'abord estimé que les dégâts s'éleveraient à 750'000 euros, Horner a révélé que ce coût était en fait le double.

"Le mérite en revient aux normes de sécurité de ces voitures, au Halo et aux systèmes de barrières, car l'impact a été tel qu'il a cassé le baquet de Max. La voiture aurait pu facilement se retourner, ce qui était une préoccupation initiale de l'équipe médicale qui est intervenue en premier, mais heureusement ce n'est pas le cas."

"L'autre facteur important est le coût de l'accident. Cet accident nous a coûté environ 1,8 million de dollars [soit 1,5 million d'euros au taux de change actuel] et un accident comme celui-ci a des ramifications massives dans une ère de plafonnement budgétaire."

partages
commentaires
Steiner : "Quelques détails à régler" sur le contrat de Schumacher
Article précédent

Steiner : "Quelques détails à régler" sur le contrat de Schumacher

Article suivant

Leclerc : Ferrari aura du mal à répéter sa performance de Silverstone

Leclerc : Ferrari aura du mal à répéter sa performance de Silverstone
Charger les commentaires