Russell : "J'ai simplement trop attaqué ce dernier virage"

Une semaine après ses superbes qualifications du GP de Belgique, George Russell n'a pas connu la même réussite à Zandvoort, où une sortie de piste l'a privé d'une Q3 qui paraissait accessible.

Second des qualifications à Spa, ce qui s'est quasi automatiquement transformé en podium le lendemain, George Russell a sans doute été un peu trop gourmand lors de la Q2 du Grand Prix des Pays-Bas. Le Britannique, en amélioration dans sa dernière tentative pour passer en Q3, a perdu le contrôle de sa Williams en abordant le dernier virage et est parti en tête-à-queue dans les graviers.

Par chance, le choc avec les Tecpro qui semblait important ne s'est pas forcément traduit par de gros dégâts et il a pu regagner son stand, même si cela signifiait la fin de sa séance et donc une 11e place presque décevante.

Lire aussi :

Que s'est-il passé ? Ça avait l'air d'aller si bien...

Oui, c'était vraiment le cas. Nous n'étions pas autant dans le rythme ce week-end que nous l'aurions espéré, et j'étais sur un très, très bon tour. Je suis sorti de l'avant-dernier virage, le droit-gauche serré, et mes pneus étaient usés, et j'ai simplement trop attaqué ce dernier virage et perdu l'arrière. Je suis vraiment désolé pour l'équipe parce que ce n'est pas comme ça que nous voulions terminer nos qualifications.

À quelle point la voiture est-elle endommagée ?

Il y a un peu de dégâts sur la suspension arrière, mais il ne devrait pas y avoir de pénalités, pas de problèmes, rien que les gars ne seraient pas capables de réparer en une nuit. Comme je l'ai dit, je suis désolé pour l'équipe parce qu'à ce moment-là, ça m'aurait permis d'entrer dans le top 10. Je ne sais pas comment ça se serait passé plus tard dans la séance. J'ai simplement senti que je devais foncer et voir ce que je pouvais faire. Ce n'est pas comme ça que je voulais finir mes qualifications.

Difficile d'aborder la course sur un circuit où vous ne pouvez pas doubler ?

C'est un circuit sur lequel vous aurez vraiment du mal à dépasser, et personne ne sait comment les pneus vont réagir. Il y a tellement de virages à droite sur ce circuit que le pneu avant gauche et le pneu arrière gauche vont être mis à rude épreuve. Cela va donc rendre les choses très délicates.

Certains ont gardé deux [trains de] pneus mediums pour demain, peut-être qu'ils envisagent deux arrêts, d'autres non et pensent quand même à deux arrêts, ou peut-être que certains vont prendre le risque de ne faire qu'un seul arrêt. Parce que c'est une nouvelle expérience, et nous avons seulement fait 12 tours d'affilée vendredi, nous en avons 72 demain, donc nous ne savons pas comment ça va se passer.

partages
commentaires
La grille de départ du GP des Pays-Bas
Article précédent

La grille de départ du GP des Pays-Bas

Article suivant

Verstappen victime d'un souci de DRS qui a failli lui coûter la pole

Verstappen victime d'un souci de DRS qui a failli lui coûter la pole
Charger les commentaires