Sainz : Le cas Verstappen-Hamilton aurait été empêché avec du gravier

Pour Carlos Sainz, l'incident du virage 4 du circuit d'Interlagos entre Max Verstappen et Lewis Hamilton lors du Grand Prix de São Paulo est l'exemple parfait que la F1 a besoin de plus de bacs à gravier.

Au 48e tour du Grand Prix de São Paulo, alors qu'ils luttaient pour la tête de l'épreuve, Max Verstappen et Lewis Hamilton ont abordé le virage 4 du tracé d'Interlagos côte à côte, avec un avantage pour le Britannique. Toutefois, en retardant son freinage pour tenter de reprendre la position, le Néerlandais n'a pas pu rester sur le circuit et a entraîné son adversaire avec lui, les deux hommes se retrouvant plusieurs mètres hors piste, et la Red Bull retrouvant la tête dans l'opération.

La polémique a rapidement éclaté à partir du moment où les commissaires ont décidé de ne pas intervenir, jugeant qu'une enquête n'était même pas nécessaire sur ce cas. L'affaire a rebondi ce mardi, quand Mercedes a annoncé demander à exercer le droit de révision prévu par le Code Sportif International de la FIA, leur permettant, en soumettant de nouveaux éléments, d'éventuellement espérer un nouveau jugement de la part du collège de commissaires d'Interlagos.

Pour Carlos Sainz, toutefois, la problématique de fond de cet incident et de bien d'autres réside dans le fait que les dégagements offrent la possibilité que ce genre de situations se produisent, alors que des bacs à graviers inciteraient à plus de prudence. "Je pense personnellement que ce problème serait résolu avec un bac à gravier à la sortie du virage 4", a déclaré celui qui a terminé sixième de l'épreuve pour le compte de Ferrari.

"Je pense que vous avez également vu au départ [dimanche] quelques voitures – dont nous – partir au large dans le virage 4. S'il y avait eu un bac à gravier, nous n'y serions pas allés. Et au lieu d'être une question pour les commissaires, si vous mettez un bac à gravier ici, ce ne serait plus un problème pour les commissaires, pour Michael [Masi, le directeur de course de la FIA], pour Lewis, pour Max ou pour nous."

Le plaidoyer de Sainz pour les graviers participe d'un thème récurrent ces dernières années, la F1 ayant du mal à contrôler les limites des circuits de manière cohérente. L'Espagnol espère que des modifications pourront être apportées à Interlagos.

"Nous demandons sans cesse des bacs à gravier", a-t-il ajouté. "Et nous espérons qu'à l'avenir, notamment sur un circuit comme São Paulo, où le MotoGP ne roule pas, nous aimerions voir revenir les bacs à gravier, car nous ne freinerions jamais aussi tard dans le virage 4."

Lire aussi :

Avec Filip Cleeren et Oleg Karpov

partages
commentaires
Quand Tyrrell conjuguait roublardise et inéluctable déclin
Article précédent

Quand Tyrrell conjuguait roublardise et inéluctable déclin

Article suivant

Ferrari pourrait perdre son sponsor titre actuel

Ferrari pourrait perdre son sponsor titre actuel
Charger les commentaires